Beaucoup de positif à retenir de la 1re ronde

Les Cataractes ont marqué en moyenne cinq buts... (Olivier Croteau)

Agrandir

Les Cataractes ont marqué en moyenne cinq buts par match en première ronde contre Sherbrooke, un rythme quasi identique à leur parcours en saison régulière.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Les Cataractes ont atteint le deuxième tour des séries pour la première fois depuis 2012. Voici cinq faits saillants du triomphe aux dépens du Phoenix de Sherbrooke, en attendant de connaître l'identité de l'équipe qui se dressera sur la route des hommes de Claude Bouchard en quart de finale.

Une production diversifiée

Les Cataractes ont marqué en moyenne cinq buts par match en première ronde, un rythme quasi identique à leur parcours en saison régulière. Auteur de 40 buts en 47 matchs cet hiver, Anthony Beauvillier a été limité à deux filets, réussis lors du même match.

Par contre, le capitaine n'a jamais paru aussi bien entouré. Pas moins de 10 joueurs ont fait briller la petite lumière rouge derrière le gardien adverse. Claude Bouchard ayant joué essentiellement avec 10 attaquants et six défenseurs, c'est un excellent ratio.

Du lot, Alexis D'Aoust se détache avec cinq buts en autant de matchs. À ce rythme, le Trifluvien de 20 ans ne disputera pas une cinquième saison dans la LHJMQ l'an prochain!

Timashov élève son jeu d'un cran

Dmytro Timashov a fonctionné par séquence depuis son arrivée à Shawinigan. Le surdoué suédois a montré une dextérité unique avec la rondelle au bout de sa palette, mais il s'était aussi fait remarquer pour son peu d'appétit dans les autres facettes du jeu et par de trop longues présences.

C'est un Timashov beaucoup plus engagé qui s'est présenté face au Phoenix. Particulièrement depuis qu'il a été réuni à Anthony Beauvillier et Alexis D'Aoust au troisième match de la série, l'ex-vedette des Remparts a été la principale bougie d'allumage de l'attaque. En acceptant de tirer davantage, il est aussi devenu plus imprévisible, et donc plus difficile à contenir. Il trône présentement au sommet des marqueurs de son équipe avec neuf points au compteur.

Cadorette en progression

Plus la série a progressé, plus Philippe Cadorette s'est montré solide entre les poteaux. Au point où le vétéran de 20 ans a été un acteur de premier plan dans les deux dernières victoires de son équipe, alors qu'Evan Fitzpatrick faisait des miracles à l'autre bout de la patinoire.

Voilà de quoi rassurer Martin Mondou, qui n'a pas hésité à sacrifier Antoine Samuel pour greffer à son club un portier expérimenté, en mesure de faire la différence quand la pression s'accentue.

Cadorette, qui a participé à deux finales, est l'élément qui sépare les Cataractes des autres clubs prétendants à la Coupe du Président. Huskies, Olympiques, Sea Dogs, tous les autres gros clubs misent sur des gardiens qui n'ont encore rien prouvé en séries. Un Cadorette au sommet de son art, dont le calme se veut rassurant pour ses coéquipiers, ça vaut de l'or à ce temps-ci de l'année.

Des unités spéciales à peaufiner

Le seul point vraiment négatif de la dernière semaine, c'est le rendement de l'équipe sur les unités spéciales. L'attaque massive, la meilleure du plateau en saison, n'a produit que quatre buts en 24 essais, pour un taux d'efficacité à 16.7 %. C'est insuffisant pour une équipe qui aspire à jouer au mois de mai.

Claude Bouchard a tenté certains changements, notamment en plaçant Dmytro Timashov sur la première vague. Ce fut un coup d'épée dans l'eau, le Phoenix trichant allégrement du côté d'Anthony Beauvillier, sachant que Timashov avait du mal à se convaincre de lui-même tirer. Peu importe le rival au prochain tour, il faut s'attendre à la même stratégie. Les Cataractes ont quelques jours devant eux pour préparer une réponse adéquate...

En ce qui concerne l'infériorité numérique, les Shawiniganais sont plus que dûs pour un vrai changement tactique. Ils forment probablement l'équipe la plus passive de la ligue à court d'un homme. Une stratégie qui les a placés au 14e rang en saison, et à l'avant-dernier en première ronde.

Seuls les Voltigeurs, charcutés en quatre matchs par les Huskies, ont fait pire que les neuf buts accordés par les équipiers de Claude Bouchard. Va falloir que les Cataractes soient beaucoup plus performants dans ce rayon s'ils veulent survivre au deuxième tour...

Pas d'engorgement à l'infirmerie

La série face au Phoenix n'a pas été très rude. Il y a bien eu Brandon Gignac qui s'est blessé au troisième match, mais il était suffisamment rétabli pour reprendre sa place dans la formation au cinquième duel. Vrai qu'il ne semblait pas à 100 %, mais il est permis de croire que les prochains jours de congé devraient lui permettre de retrouver toutes ses ressources.

La prochaine semaine sera aussi profitable à Mathieu Olivier et Matthew Klebanskyj. Blessé en fin de saison, Olivier a répondu présent face au Phoenix mais son impact a été plus limité qu'à l'habitude.

Quant à Klebanskyj, sa longue période d'inactivité dans les dernières semaines du calendrier a paru face au Phoenix. Les prochains entraînements vont l'aider à parfaire son rythme. Klebanskyj a du millage dans le corps, Bouchard a donc un préjugé favorable pour lui. Si jamais il ne parvient pas à offrir un peu plus, je ne serais pas surpris que Bouchard se tourne vers la recrue Simon Benoît, qui a beaucoup progressé dans la deuxième moitié de la saison.

De façon globale, c'est une équipe relativement en santé qui va attaquer la deuxième ronde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer