Timashov a convaincu Beauvillier de devancer son retour

Dmytro Timashov n'a pas mis de temps à... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Dmytro Timashov n'a pas mis de temps à se familiariser avec Anthony Beauvillier.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Par le passé, il y a eu bien des joueurs qui ont eu du mal à se remettre émotivement d'une participation au championnat du monde junior. Pas pour rien qu'à travers la ligue, un repos d'une semaine est normalement prescrit à ces machines de guerre, question qu'ils puissent faire un trait sur cette expérience spéciale et revenir avec leur équipe avec un réservoir d'énergie renouvelé.

Dmytro Timashov, lui, n'est pas en Amérique du Nord pour se la couler douce. L'agent du Suédois avait prévenu les Cataractes avant même qu'il ne saute dans l'avion qu'il désirait jouer dès dimanche. Timashov l'a contredit à son retour au Québec: c'est vendredi, et non dimanche, qu'il voulait amorcer ce nouveau chapitre de sa carrière. Pas question de regarder l'action des tribunes, il voulait être sur la glace! Une fois son point gagné auprès des Cataractes, Timashov a ensuite posé un autre geste fort en symbolique: il a communiqué avec Anthony Beauvillier pour lui demander de venir le rejoindre.

Le plan avec Beauvillier, c'était qu'il revienne à Shawinigan lundi. Après quelques jours de repos, il avait réussi à ramener ça à samedi, question de jouer dimanche. Le premier texto de Timashov n'a pas fait plier le capitaine. Mais quand il a vu que Timashov continuait d'insister, Beauvillier a passé un coup de fil à Martin Bernard pour l'aviser qu'il allait lui aussi revêtir l'uniforme! «Il n'a pas eu besoin d'insister beaucoup. Après trois textos, c'était réglé, je m'en venais», souriait Beauvillier.

Timashov, qui a amassé quatre points dans le match de vendredi contre les Voltigeurs de Drummondville, était fier de son coup. «Je lui ai écrit que plus vite on jouait ensemble, plus vite on pourrait créer notre chimie! On est tous les deux un peu fatigués, c'est normal après un championnat du monde. Mais on n'a pas de temps à perdre, les séries s'en viennent rapidement», confiait le spectaculaire attaquant.

Le Timashow s'installe

Fatigué, Timashov? N'allez surtout pas dire ça aux pauvres Voltigeurs, qui ont vu le Timashow prendre possession du centre Gervais Auto! Alors que Beauvillier cherchait ses repères en début de match, l'ex-vedette des Remparts a pris le contrôle du building. Le voir ralentir ainsi le jeu et s'amuser à rejoindre des options plus risquées avec ses savantes passes transversales rappelaient les beaux jours de Mike Ribeiro dans le junior!

Timashov disait s'être amusé comme un petit fou sur la glace. Une glace qu'il a choisie, rappelons-le. Le Suédois a utilisé sa clause de non-échange pour faire avorter une transaction qui l'aurait fait passer aux Wildcats. Pourquoi avoir dit oui aux Cataractes après avoir refusé d'aller s'installer à Moncton? «Parce que je veux gagner la Coupe. Et que c'est ici que mes chances sont les meilleures d'y arriver.»

Tous les nouveaux joueurs ont mis l'épaule à la roue vendredi. Le Trifluvien Jonathan Deschamps a été solide à la ligne bleue, et s'est interposé physiquement quand la situation le commandait. L'ex-Estacades Samuel Blier a participé à l'effort de guerre en désavantage numérique, et il s'est fait complice du filet de Charles Taillon. Quant à Danny Moynihan, il s'est payé une première soirée de deux buts, dont le premier valait à lui seul le prix d'entrée!

Beauvillier a bien sûr senti un support différent vendredi soir. Depuis deux ans, il est l'ennemi à abattre dans le camp adverse. Celui que les autres joueurs tentent de faire sortir de ses gonds, qui a droit parfois à une double couverture. À partir de maintenant, il n'a plus à supporter seul cette pression de faire gagner l'équipe. «Timashov vivait un peu la même chose à Québec, Moynihan aussi à Halifax. On est réunis ici, on peut diviser la pression. Tous nos trios peuvent faire des dégâts. Pour les autres clubs, ça ne sera pas évident à gérer.»

Voilà comment a débuté cette nouvelle ère chez les Cataractes. Alors que Martin Bernard a pour mission de créer une synergie à l'intérieur d'un vestiaire avec des joueurs qui arrivent d'un peu partout dans la LHJMQ, les deux joueurs les plus doués de l'équipe ont décidé de donner le ton par leur attitude! Bernard n'aurait pu souhaiter un meilleur scénario...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer