Deux ex-Draveurs à la tête du Phoenix

Denis Bourque, président, et Jocelyn Thibault, vice-président hockey... (Spectre media: Julien Chamberland)

Agrandir

Denis Bourque, président, et Jocelyn Thibault, vice-président hockey et nouveau directeur général, ont annoncé les changements apportés à l'organigramme du Phoenix de Sherbrooke mercredi.

Spectre media: Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une nouvelle ère s'amorce chez le Phoenix. L'organisation sherbrookoise a congédié mercredi matin le directeur général Patrick Charbonneau et l'entraîneur-chef Judes Vallée.

Le vice-président hockey et actionnaire de l'équipe, Jocelyn Thibault, devient ainsi le deuxième directeur-gérant de la courte histoire du Phoenix.

Son ami de longue date, l'ancien joueur des Faucons de Sherbrooke Stéphane Julien, a pour sa part été nommé entraîneur-chef par intérim, lui qui remplissait déjà le rôle de directeur du développement des joueurs.

L'entraîneur-adjoint Benoît Desrosiers et le responsable des gardiens Jean-François Labbé conservent leur poste.

«C'est une journée très difficile et triste pour nous, admet le président et actionnaire du Phoenix, Denis Bourque. Nous sommes très émotifs. Les membres de l'organisation sont tous des amis. Les résultats connus en début de saison ont mené à la décision prise aujourd'hui. On a dû laisser de côté le volet humain pour penser à nos partisans et à nos partenaires.»

«On ne souhaitait pas en arriver là, confie Jocelyn Thibault. Après un bon début de saison en 2014-2015, l'équipe ne s'approche même pas de la barre du,500 depuis ce temps. On a tenté de déceler une progression dans le développement de l'équipe, mais en vain. Nous devions nous rendre à l'évidence que notre club devait prendre une nouvelle direction.»

Julien: le meilleur choix

Selon Jocelyn Thibault, Stéphane Julien s'avérait le candidat idéal pour remplacer Judes Vallée. Il était d'ailleurs primordial d'opter pour un membre actuel du personnel :

«J'aime la stabilité dans ma vie personnelle et professionnelle. C'était important de regarder à l'interne. Je connais Stéphane depuis longtemps. Il est respecté, rigoureux, intelligent et déterminé.»

Selon lui, il est possible que Stéphane Julien devienne l'entraîneur en permanence.

«Le processus d'embauche commence aujourd'hui, ajoute Thibault. Ma liste de critères n'est toutefois pas encore complète. Il y a déjà des gens qui m'ont contacté, mais évidemment, je n'ai pas procédé à des entrevues encore. Ce qui est important pour nous, c'est de stabiliser la situation à court terme et de sécuriser les entraîneurs qui seront ici jusqu'à la fin de la saison.»

Le hasard a fait en sorte que Stéphane Julien a effectué un retour derrière le banc le week-end dernier puisque son emploi du temps lui permet désormais de s'investir davantage au sein de l'organisation. 

Il a toutefois été le premier surpris en apprenant le congédiement de l'état-major, mais se dit heureux de relever le défi.

«Je suis là depuis le jour 1, rappelle l'ancien hockeyeur professionnel. Tout arrive si vite. En tant que joueur, j'étais à mes affaires, j'avais le souci du détail et je me considère comme étant une personne respectueuse, mais exigeante envers moi-même et les autres. Je miserai sur le jeu d'équipe et je tenterai d'éliminer l'individualisme. Ça prendra un changement radical en ce qui concerne l'attitude de quelques joueurs.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer