Le réservoir des Cataractes était vide

Mathieu Bellemare... (Étienne Ranger Le Droit)

Agrandir

Mathieu Bellemare

Étienne Ranger Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) La séquence de sept victoires d'affilée des Cataractes a pris fin dimanche après-midi devant 3200 personnes au Centre Gervais Auto. Et c'est un jeune gardien élevé à quelques rues de là qui a stoppé la grosse machine de Martin Bernard!

À son premier départ face à l'équipe qu'il a encouragée durant toute sa jeunesse, et qui l'a repêché, Bellemare a réalisé 27 arrêts dans la victoire des Olympiques de 3-1. Le petit portier a été choisi la première étoile du match, et il a reçu une ovation des quelques centaines de spectateurs qui étaient encore dans l'édifice.

«Ce fut un feeling extraordinaire. Cette date était encerclée depuis longtemps sur mon calendrier et j'étais excité quand j'ai mis les pieds à l'aréna. Sauf que je n'ai rien changé à ma routine, je me suis préparé comme à l'habitude. Ce fut une belle victoire d'équipe et de recevoir la première étoile, je ne m'y en attendais pas. Ce fut très spécial», livrait le gardien de 17 ans, qui trône au sommet des gardiens du circuit pour la meilleure moyenne de buts accordés depuis que les Cataractes l'ont échangé contre un choix de quatrième ronde au dernier repêchage.

«J'espère leur faire regretter de m'avoir échangé tout au long de la saison!»

Bellemare n'a toutefois pas eu à se mesurer à une équipe en pleine possession de ses moyens. Les Cataractes en étaient à un quatrième matchs en cinq jours, à un troisième en moins de 48 heures. Les attaquants shawiniganais n'avaient pas de vilaines jambes mais mentalement, c'était plus laborieux.

Giovanni Fiore a été le seul à déjouer... (Archives Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

Giovanni Fiore a été le seul à déjouer le gardien Bellemare.

Archives Le Nouvelliste

Manque de créativité, prises de décisions ordinaires, exécution lente, voilà des trucs qui n'ont pas été souvent reprochés aux Cataractes depuis le début de la saison. Donnons du crédit à la brigade défensive des Olympiques qui a fait de l'excellent boulot en l'absence de leur meneur Alexandre Carrier pour limiter les chances de marquer. Mais les Cataractes sont plus incisifs dans des circonstances normales...

«On n'avait plus d'essence. Ça se voyait en troisième, on était incapable d'atteindre l'autre palier. Les gars ont compétitionné, je n'ai rien à dire à ce niveau. On a eu des opportunités, face à un club physique qui défend très bien son territoire. Ceci dit nos joueurs étaient exténués», faisait valoir Martin Bernard, qui a dû demander à Alexandre Coulombe de reprendre du service beaucoup plus rapidement que prévu et rappeler Xavier Pouliot du midget AAA car il était à court de ressources à la ligne bleue.

«J'aimerais qu'on puisse éliminer ce genre de séquence dans notre ligue. Vous n'avez pas idée à quel point c'est difficile pour nos jeunes, à qui on demande aussi d'aller à l'école et de pratiquer. On peut commander autant d'études qu'on veut sur les commotions cérébrales, il reste que ce n'est pas un hasard si nous avons eu quelques blessés pendant cette séquence. Je pense sincèrement qu'on doit revoir la charge de travail imposée à nos joueurs.»

Avec le résultat du match et les prouesses de Bellemare, la décision des Cataractes de refiler le jeune gardien aux Olympiques pour une bouchée de pain a évidemment été au coeur du point de presse du pilote. Les Cataractes ont-ils commis une erreur? «Les gens peuvent juger la transaction comme ils le souhaitent. On avait proposé un ménage à trois gardiens à Mathieu, ça ne l'intéressait pas. Il l'a admis lui-même publiquement. Martin Mondou a fait preuve de très grande classe en lui trouvant une nouvelle équipe. Il a été choyé d'arriver dans un club mature, avec une excellente brigade défensive. Aurait-il les mêmes statistiques à Baie-Comeau? Ceci dit, je ne lui enlève rien. C'est un jeune d'ici, on lui souhaite beaucoup de succès avec sa nouvelle équipe.»

Bellemare a cédé le premier but du match, en deuxième période, sur un bon tir des poignets de Giovanni Fiore. Cinq minutes plus tard, l'excellent Yakov Trenin se chargeait de ramener tout le monde à la case départ avec un filet inscrit en avantage numérique.

Cette égalité de 1-1 a tenu jusqu'en début de troisième. Oublié dans l'enclave, Vitali Abramov a battu Antoine Samuel d'un tir sec. Puis les visiteurs ont brisé les reins des locaux au milieu du dernier tiers grâce à un tir d'Élie Bérubé, qui a changé de trajectoire dans l'enclave pendant une attaque massive. Campés dans le rétroviseur des Olympiques, les Cataractes ont bien essayé de s'y extirper, sans succès.

«Nous sommes très contents de notre performance. Il y a tellement de parité dans notre ligue. Nos défenseurs ont été solides, et Mathieu a bien fait ça. J'ai aimé comment ses coéquipiers l'ont reçu dans le vestiaire après la première étoile. Ça prouve qu'il est aimé de tout le monde. Il connaît un bon début de saison, il mérite beaucoup de crédit. Et j'en donne aussi à notre entraîneur des gardiens Stéphane Proulx, qui s'assure qu'il garde les deux pieds sur terre», racontait pour sa part Benoît Groulx.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer