De la dynamite... à manier délicatement!

Maxime Comtois devrait rendre de fiers services aux... (Pix-M)

Agrandir

Maxime Comtois devrait rendre de fiers services aux Tigres de Victoriaville pour les quatre prochaines années.

Pix-M

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand Hockey Canada a permis, à quelques heures d'avis, à Joe Veleno d'être admissible au repêchage de la LHJMQ en juin dernier, bien des dirigeants d'équipe bougonnaient. Comment une telle décision, qui change complètement la dynamique, pouvait être prise si tardivement?

Bien sûr, chez les Sea Dogs de Saint-John, détenteurs du premier choix, c'était la fête! Ce qu'on sait moins par contre, c'est qu'une autre équipe était elle aussi aux anges par la tournure des événements...

Avant l'arrivée de Veleno dans le décor, les Tigres de Victoriaville semblaient en effet résignés à troquer le troisième choix au total de la séance de sélection. 

Sachant que Maxime Comtois et Antoine Morand allaient être les deux premiers joueurs à parader sur l'estrade, le directeur-gérant Daniel Fréchette et son armée de recruteurs devaient en théorie se tourner vers Shane Bowers, un autre patineur élite.

Le hic, c'est que cet attaquant des Maritimes ne voulait rien savoir de jouer à Victoriaville. Le clan Bowers avait semble-t-il une très courte liste de destinations potentielles. Du coup, Fréchette a mis son choix aux enchères, et il avait de sérieuses discussions avec deux équipes lorsqu'il est débarqué aux assises à Sherbrooke. 

Fréchette avait fait ses devoirs, en cognant souvent à la porte de la LHJMQ pour s'assurer que Veleno ne soit pas admis à la dernière minute. Chaque fois, on lui assurait que la décision était coulée dans le béton! Vous vous doutez bien qu'aujourd'hui, Fréchette se félicite d'avoir suivi son instinct et d'avoir fait preuve de patience dans le dossier. Car quand tu monnaies un troisième choix au repêchage alors que tes rivaux savent que tu es coincé, c'est difficile de boucler une transaction à son avantage. 

«C'est une discussion avec un agent quelques jours avant le repêchage qui m'a mis la puce à l'oreille sur la possibilité réelle que Hockey Canada change son fusil d'épaule. On a fait des vérifications, on a été très prudent. Et effectivement, la situation a fait en sorte que nous avons mis la main sur un très bon joueur.» 

Veleno a donc pris la route de Saint-John. Le Titan a collé à son plan de repêcher Morand, ce qui a fait débouler Comtois dans les Bois-Francs. Un cadeau du ciel, qui montre une fiche de 10 buts et 11 passes en 16 matchs, en plus d'un différentiel de +6. Comtois a enregistré le double de points de Veleno jusqu'à maintenant, et le double de buts de Morand, son ancien complice dans le midget AAA.

Les trois se préparent actuellement à participer au Défi Mondial des moins de 17 ans. «Ça va bien, je suis content. Je voulais être le premier choix au repêchage. J'essaie de montrer que je méritais cette place! Mais rien n'arrive pour rien dans la vie, et je suis dans une bonne situation à Victoriaville. J'ai la confiance de mon entraîneur. Et notre équipe joue de mieux en mieux. La vie est belle!»

Maturité et émotions

Du côté de Bruce Richardson, on ne bombe pas trop le torse. Il sait bien que Comtois, c'est de la dynamite entre ses mains. L'entraîneur a choisi de la manier avec soin.

«On a eu deux blessés dans notre top 6 à l'attaque, ça lui a ouvert la porte et Maxime a saisi l'opportunité. Il fait très bien actuellement, il s'en va vivre une autre belle expérience au Défi mondial des moins de 17 ans. Sauf que j'ai assez d'expérience pour savoir qu'une saison de hockey junior est remplie de hauts et de bas. Particulièrement pour les jeunes joueurs. L'important, ce sera sa façon de réagir à l'adversité», prévient le pilote des Félins, un peu sur la défensive. «Ce n'est pas le gars le plus rapide, mais il fait tout le reste très bien et il est servi par une intelligence au jeu supérieure. De plus,

il est doté d'un bon physique, alors il a certainement un potentiel pour cheminer chez les pros. Son mandat, c'est de vivre le moment présent.» 

De l'aveu de Richardson, Comtois est très mature dans sa prise de décision sur la glace, ce qui en fait un patineur fiable dans les trois zones. Il devra toutefois trouver une façon de mieux maîtriser ses émotions. Richardson ne badine pas avec cette directive, il l'a renvoyé au vestiaire en début de saison au beau milieu d'un match parce qu'il avait dit sa façon de penser à un officiel. «Je ne veux plus que ça arrive! Il avait eu un 10 minutes de mauvaise conduite, j'ai voulu m'assurer qu'il comprenne bien qu'il est plus utile sur la glace qu'au banc des pénalités.

Les émotions, elles peuvent être très utiles. À condition de bien s'en servir!»

Gabriel Gagné et Mathieu Ayotte sont sur le point de sortir de l'infirmerie, il y aura plus de congestion à l'attaque quand Comtois reviendra du Défi Mondial. Vous pouvez toutefois compter sur cet athlète natif de Sainte-Martine pour défendre farouchement sa place sur l'échiquier offensif de Richardson. «Je ne vois pas pourquoi je ralentirais. J'aime ça, être le gars qui fait la différence! Ce que je veux par-dessus tout, c'est d'aider l'équipe à gagner.»

Grâce à Hockey Canada, ce sont les Tigres qui en profiteront au cours des quatre prochaines années...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer