Les Cataractes battus par une équipe plus affamée

Alexis D'Aoust a beau avoir enfilé l'aiguille une... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Alexis D'Aoust a beau avoir enfilé l'aiguille une fois vendredi soir, en bout de ligne c'est le gardien des Tigres Olivier Tremblay qui aura eu le dernier mot.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand deux équipes confiantes et talentueuses décident de s'échanger les chances de marquer, c'est celle dont l'exécution est la plus à point qui se sauve avec les deux points. Ce rôle, ce sont les Tigres de Victoriaville qui l'ont campé vendredi soir, et ils ont mérité un gain de 6-4 aux dépens des Cataractes devant 2700 personnes réunies au Centre Gervais Auto.

Anthony Beauvillier a apposé sa signature sur un premier... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Anthony Beauvillier a apposé sa signature sur un premier contrat professionnel, accordé par les Islanders de New York.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

C'était un septième triomphe d'affilée pour les Victoriavillois, qui ont dominé 43-37 dans la colonne des tirs cadrés. Pour les Cataractes, ils pliaient l'échine pour une première fois en six sorties. Une défaite qui s'explique par de l'insouciance dans le territoire défensif, les visiteurs ayant pu très souvent défier Mikail Denisov à bout portant. Les attaquants ont triché par moment, et leurs potes à la ligne bleue étaient plus brouillons qu'à l'habitude, ce qui a exposé le gardien des Cataractes à une tonne de tirs de qualité.

À l'autre bout de la patinoire, les Cataractes ont quand même fait des flammèches. Sauf qu'ils bénéficiaient de moins de temps pour finir leurs jeux, ce qui a facilité un peu la tâche à Olivier Tremblay.

Le match s'est amorcé sur les chapeaux de roues, avec un filet spectaculaire de Giovanni Fiore après 28 secondes écoulées. Les Tigres ont toutefois eu besoin de moins d'une minute pour répliquer, un filet qui a donné le ton à une période dominée par les visiteurs. En retard 4-2 après 20 minutes, les Shawiniganais ont bien tenté de remonter la pente, mais ils n'ont jamais réussi à s'extirper du rétroviseur des Tigres. «On a gazouillé pas mal avec la rondelle. Et si on avait un quotas de surnombres à donner, on l'a épuisé ce soir! On a mal géré la rondelle», bougonnait Martin Bernard au terme du match. «Il faut en tirer une leçon. Et la leçon, c'est qu'on ne peut pas toujours jouer du hockey de rattrapage», martelait-il.

Anthony Beauvillier était guère de meilleure humeur que son patron. Poutant, en matinée, il avait apposé sa signature sur un premier contrat professionnel, accordé par les Islanders de New York. Choix de première ronde en juin dernier, le capitaine des Cataractes s'est entendu avec le directeur-gérant Garth Snow sur les termes d'un pacte de trois ans.

«Je suis convaincu qu'en me levant demain, je serai fier de ce premier contrat pro. Ça m'enlève de la pression, et ça montre que les Islanders ont aimé ce que j'ai fait au camp. Mais ce soir, c'est dur de penser à autre chose qu'à notre défaite. Les Tigres nous ont surpris, ils étaient prêts pour ce match. On s'est tué nous-mêmes en première», analysait le capitaine des Cataractes, qui a été expulsé par les officiels dans la dernière minute de jeu. «J'ai perdu mon sang-froid. Ça m'arrive... Je me dois d'éviter ça le plus possible à l'avenir. Je dois mieux réagir même si je suis un joueur visé.»

Dans l'autre vestiaire, Bruce Richardson, vous le devinez, avait le sourire plus facile.

«Ce fut une très belle performance. J'ai senti mes gars engagés. On a dominé les premières minutes, ce qui n'a pas empêché les Cataractes de marquer sur leur premier lancer. Or ce but a fouetté tout le monde sur notre banc. On a su élever notre jeu d'un cran.»

Giovanni Fiore, Jocktan Chaîney, Alexis D'Aoust et Mathieu Olivier ont marqué pour les Cataractes. La réplique est venue des bâtons de Félix Lauzon (2), Samuel Blais (2), Maxime Comtois et Jake Barter. Les deux clubs se retrouvent dès dimanche après-midi, cette fois au Colisée Desjardins. «Il faut relever notre niveau de compétition et récupérer plus de rondelles libres», prescrivait Bernard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer