Festival offensif, avantage Cataractes

Dennis Yan a participé allègrement au festival offensif... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Dennis Yan a participé allègrement au festival offensif avec une récolte de cinq points, dont un tour du chapeau.

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Les Cataractes n'allaient pas se faire damer le pion à domicile deux fois. Transportés par les ténors du club, les hommes de Martin Bernard ont vaincu Rouyn-Noranda 8-7 en prolongation, rangeant aux oubliettes la défaite de 6-1 subie face à ces mêmes Huskies il y a deux semaines.

Saluant son retour devant ses partisans, le capitaine Anthony Beauvillier a inscrit le filet décisif dès la 14e seconde de la prolongation. Un dénouement logique à une soirée mettant en vedette les meilleurs joueurs qui, décidément, voyaient la vie en rose. Beauvillier, Dennis Yan et Alexis D'Aoust ont tous récolté cinq points. Les deux premiers ont réussi un tour du chapeau, tandis que le défenseur Samuel Girard a ajouté sa touche personnelle au festin, engraissant sa fiche de quatre mentions d'aide.

Beauvillier magistral

Bénéficiant de beaucoup d'espace à trois contre trois, Beauvillier a trompé la vigilance de Samuel Harvey à l'aide d'un bon tir du poignet pour semer l'hystérie chez les 2778 amateurs réunis au Centre Gervais Auto. Des spectateurs qui sont passés par toute la gamme des émotions. «Un match émotionnel et vraiment spécial», s'emballait le héros de la soirée, quelques minutes plus tard à sa sortie du vestiaire.

«Je suis content d'être revenu à Shawinigan», poursuivait l'espoir des Islanders de New York, flamboyant sur la patinoire grâce à sa vitesse et ses lancers précis.

«Nous avons encore du travail à faire, mais dans l'ensemble, on peut être fiers.»

Du bon, du moins bon

Beauvillier dressait une analyse plutôt juste en parlant «d'un couteau à double tranchant.»

C'est que les Cataractes contrôlaient leur destinée après 40 minutes, guidés entre autres par deux buts inscrits à court d'un homme. Menant 5-2, les locaux ont encore mieux saisi pourquoi les Huskies trônent au sommet de la LHJMQ.

Fouettés par les changements apportés par l'entraîneur Gilles Bouchard, les visiteurs ont marqué trois filets dans les dix premières minutes du troisième engagement. L'ancien des Cataractes Bruno-Carl Denis a notamment enfilé un premier but cette saison.

Malgré un temps d'arrêt demandé par Bernard, les Huskies ont continué d'occuper le territoire adverse et ont même repris les devants 6-5. La séquence a conduit au retrait du match d'Antoine Samuel, remplacé devant le filet par Mikhail Denisov. Rouyn-Noranda avait aussi effetué une permutation de cerbères plus tôt dans le duel.

Tenaces

Yan, complétant son truc du chapeau, a ramené tout le monde à la case départ, puis Beauvillier a inscrit ce que l'on pensait être le but de la victoire. Les Huskies ont nivelé le pointage une dernière fois avec moins de deux minutes à jouer, mais ce fut leur dernier moment de réjouissance.

«C'est avec ce genre de rencontres que je n'ai plus de cheveux», a lancé avec une pointe d'humour Martin Bernard, néanmoins soulagé de quitter avec deux points.

«On a vécu 10 minutes de turbulence en troisième, mais nos locomotives offensives ont accompli le reste du travail. Un gars comme D'Aoust, qui arrive à 19 ans, démontre toute sa maturité.»

Le Trifluvien a d'ailleurs forcé la pénalité qui a conduit au septième but des siens. Il a aussi laissé sa marque sur la feuille de pointage sur les cinq premiers filets de Shawinigan (un but, quatre passes).

«Nous n'avons pas paniqué, on a juste saisi nos chances, expliquait le numéro 37. Compter huit buts face aux Huskies, ça prouve qu'on a une bonne équipe.»

Les festivals offensifs ont la cote entre ces deux clubs. Le 27 septembre 2013, les Huskies quittaient Shawinigan avec un gain de 10-9. Cette fois, ils ont dû se contenter d'un point.

«On n'a pas respecté notre identité dans les périodes un et deux, observait Gilles Bouchard. Par contre, je n'ai rien à dire sur notre intensité en troisième. Ç'a été un match disputé en plusieurs volets et je lève mon chapeau aux gars qui n'ont jamais abandonné.»

En attendant la visite des Foreurs de Val-d'Or, Beauvillier a probablement le mieux résumé ce qui attend les joueurs des Cataractes, aujourd'hui avant le match.

«Je pense que nous allons avoir une petite séance de vidéo!»

«Des matchs de 8-7, les entraîneurs ne raffolent pas de ça», opinait D'Aoust, sourire en coin.

Les partisans, eux, ont assurément apprécié ce spectacle divertissant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer