Les Cataractes lessivés par les Huskies

Louis-Filip Côté (à droite) des Huskies a marqué... (Photo: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Louis-Filip Côté (à droite) des Huskies a marqué deux buts dans la victoire des siens contre les Cataractes. Le gardien Mikhail Denisov a pour sa part reçu 45 tirs au cours de l'après-midi!

Photo: Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Les Cataractes avaient eu la vie facile depuis le début de la saison, décrochant quatre de leurs cinq victoires face à des clubs en reconstruction. Première équipe aguerrie à tester les Shawiniganais, les Huskies de Rouyn-Noranda les ont ramenés sur terre avec une correction de 6-1, infligée devant près de 2600 personnes réunies au Centre Gervais Auto dimanche après-midi.

Après une victoire peu convaincante face au Drakkar la veille, les locaux n'étaient visiblement pas prêts pour ce duel face aux équipiers de Gilles Bouchard. Ces derniers étaient de leur côté gonflés à bloc, et ils n'ont eu besoin que de 20 minutes pour se forger une avance de trois buts.

Les Cataractes ont mieux paru à partir de la deuxième. Mais les Huskies, qui connaissent eux aussi un excellent début de saison, ne leur ont jamais laissé la chance de revenir dans le match. 

Frustrés, les locaux ont alors versé dans l'indiscipline, avec quelques pénalités en zone centrale écopées par des vétérans qui ont coupé toute tentative de remontée. Lentement mais sûrement, l'équipe la plus dédiée, la plus concentrée et la plus incisive le long des rampes s'est dirigée vers une victoire certaine, agrémentée de 45 tirs sur la cage défendue par la recrue Mikhail Denisov.

Francis Perron a dirigé l'attaque des vainqueurs avec un doublé. Du côté des Cataractes, seul

James Phelan est parvenu à déjouer Chase Marchand, auteur de 23 arrêts.

«On a été solidement ramenés à la réalité. On s'est fait dominer sur le plan de l'effort, et on était beaucoup trop confiant en première période, ce qui a mené à 11 revirements. C'est inacceptable, surtout contre une équipe aussi talentueuse que les Huskies. Ils ont créé beaucoup de chances de marquer. C'est une équipe qui aime mettre de la pression à quatre, à cinq, il faut leur donner du crédit.

Mais de notre côté, nous n'étions pas prêts», livrait Martin Bernard d'un seul trait, avec du feu dans les yeux. 

«On a affronté une équipe sous-estimée, et on a eu droit à une bonne claque au visage. On a un genou à terre aujourd'hui, c'est à nous de nous relever.»

Alexis D'Aoust chantait sensiblement le même refrain. «On a commis beaucoup trop de revirements. Les Huskies étaient prêts, de notre côté on était trop confiant. On est capable de rivaliser avec cette équipe-là mais faut être plus éveillé», proposait le vétéran de

19 ans, qui a aussi remarqué que son équipe avait offert gratuitement quelques jeux de puissance à ses visiteurs. 

«Quand tu as un gars au banc des pénalités, c'est plus difficile de générer de l'attaque...»

Dans l'autre camp, Gilles Bouchard affichait un sourire assumé. «Je suis fier de nos joueurs. Ils savaient que les Cataractes étaient invaincus même si nous n'avons pas fait une thèse là-dessus! Or ils étaient prêts pour ce défi. Ils ont joué comme des

vrais Huskies», lançait l'ex-pilote des Estacades midget AAA et des Patriotes de l'UQTR. 

«Notre objectif cette année, c'est d'améliorer la culture de l'équipe. On veut que les gars compétitionnent davantage. C'est avec des performances comme celle-là qu'on va y arriver.»

À son premier match face à ses anciens coéquipiers, Bruno-Carl Denis ne pouvait espérer meilleur scénario. 

«Quand tu affrontes un club de tête, c'est sûr que tu veux absolument le battre! C'était notre état d'esprit aujourd'hui, et c'est en équipe qu'on l'a fait. C'est bon pour notre confiance», soulignait l'athlète de 19 ans, échangé pendant le camp d'entraînement. 

Denis s'est attiré les éloges de son pilote Gilles Bouchard, en plus de se faire remarquer pour ses talents... de pugiliste à son arrivée à Rouyn-Noranda! 

«C'est quelque chose que je n'avais pas fait avec les Cataractes, l'occasion ne s'était pas présentée. Le hasard a voulu que ça se produise une couple de fois avec les Huskies, et ça s'est bien passé! Disons seulement que je suis prêt à tout pour aider l'équipe. Elle est solide, on peut surprendre bien des clubs.»

Elle peut certainement épingler à son tableau de chasse une équipe invaincue depuis dimanche soir!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer