Une saison «inévitable» pour les Remparts

Philippe Boucher devrait enfiler son costume de vendeur... (Photo: Le Soleil)

Agrandir

Philippe Boucher devrait enfiler son costume de vendeur à la prochaine période des transactions.

Photo: Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les temps changent. Du moins, l'époque où les Remparts réussissaient à éviter les reconstructions appartient au passé.

C'est le grand manitou Philippe Boucher qui l'admet lui-même, le club qu'il dirige doit mettre l'accent sur le développement au cours de la prochaine saison. «On veut toujours que ce soit des saisons de performances. Ça en sera une, mais d'une façon différente. On va miser sur la progression de nos jeunes, sur le travail. Et on verra bien où ça nous mènera.»

Ça tombe mal, les Remparts ont pris possession du Centre Vidéotron ces derniers jours, le nouveau joyau de la Ligue canadienne de hockey... qui mise sur quelque 18 000 sièges. Les amateurs de hockey junior de la Vieille Capitale ont été gâtés depuis une décennie. Vont-ils remplir le nouvel aréna dans un contexte moins réjouissant? «Il ne faut pas penser à ça, ni dévier de notre plan. Si nos joueurs se présentent match après match, que le travail est au rendez-vous, nos partisans seront derrière nous.»

Boucher insiste: cette saison qui s'annonce difficile sur le plan des performances était inévitable. «Impossible de faire autrement dans le contexte d'aujourd'hui. Les Cataractes l'ont vécu il y a trois ans, toutes les équipes qui reçoivent le tournoi de la Coupe Memorial sont pris avec une saison de transition. Je parle souvent de transition depuis le début du camp, mais je dois avouer qu'on peut aussi utiliser le mot reconstruction. Avec les nouvelles règles, c'est de plus en plus difficile d'attirer les Américains, et les Européens de talent. Il faut absolument bâtir par le repêchage, ce que notre organisation n'a pas fait ces dernières années.»

À partir de là, facile de deviner que les Remparts vont devoir vendre leurs vétérans en cours de route s'ils veulent inverser cette vilaine tendance, car la banque de choix est vide pour juin prochain! «Je n'aime pas ça, parler de cette possibilité. Mais c'est vrai qu'il n'y a pas 1000 façons de regarnir une banque de choix! Je vais avoir bientôt un entretien avec Jacques Tanguay (le président des Remparts) et on va parler du plan de match à adopter en vue de la prochaine période des échanges...», raconte Boucher, qui dit ne pas regretter d'avoir monnayé son choix de première ronde de 2016 alors qu'il savait que celui-ci pouvait se retrouver parmi les premiers.

«Je n'avais pas le choix. Je n'étais pas ici quand l'organisation a décidé de se lancer dans l'organisation du tournoi de la Coupe Memorial. Le mandat était de mettre sur pied une équipe représentative, et j'estime que le travail a été accompli.»

«Nous avons presque touché à la Coupe du Président, nous étions aussi à quelques minutes de passer en finale à la Coupe Memorial. Je suis fier de ce que nous avons accompli comme groupe. La finale de la ligue face à l'Océanic, je pense qu'on va en entendre parler longtemps! C'est maintenant aux joueurs qui ont vécu ces beaux moments et qui sont encore ici de jouer le rôle de leaders avec nos jeunes.»

Partager

À lire aussi

  • Le Phoenix prendra-t-il son envol?

    Hockey junior

    Le Phoenix prendra-t-il son envol?

    S'il y a une équipe à surveiller, c'est le Phoenix de Sherbrooke, toujours à la recherche d'une première victoire cette saison. Les équipiers de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer