LHJMQ: six joueurs qui pourraient changer les données

Premier choix au total de la LHJMQ en... (Photo: Le Quotidien)

Agrandir

Premier choix au total de la LHJMQ en 2013, le joueur des Saguenéens Nicolas Roy peut-il finalement connaître l'éclosion tant souhaitée sur le plan offensif en 2015-16?

Photo: Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

Avant le début de la saison, tous les observateurs ont fait leurs prédictions sur ce qui nous attend au cours de cette nouvelle campagne dans la LHJMQ. Des prévisions qui sont loin d'être coulées dans le béton, puisqu'il y a année après année des surprises dans la LHJMQ. Voici six joueurs qui ont le potentiel de déjouer les calculs...

NICOLAS ROY, SAGUENÉENS

Une première saison potable, suivie d'une deuxième sans éclat l'a fait glisser loin au repêchage de la LNH en juin dernier, même si ce joueur de centre a le gabarit parfait pour les professionnels. Premier choix au total de la LHJMQ en 2013, Roy a toutefois mieux paru dans les derniers mois du calendrier, et ce n'est probablement pas étranger au changement de garde derrière le banc des Saguenéens. Peut-il finalement connaître l'éclosion tant souhaitée sur le plan offensif en 2015-16? À part la vitesse, il a les autres outils pour réussir à noircir la feuille de pointage avec pas mal plus de régularité. Dans une équipe où il y a cinq recrues de 16 ans, dont trois à la ligne bleue, le rendement de Roy aura une influence directe sur le dossier des Saguenéens, qui semblent condamnés à se battre pour une place en séries. «Il n'est pas le genre de gars à faire 100 points», prévient d'emblée son entraîneur Yanick Jean. «Mais je m'attends à voir son rendement progresser dans toutes les phases du jeu. Si ça se produit, il nous rendra de précieux services.»

JÉRÉMY ROY, PHOENIX

Comme Nicolas Roy, sa deuxième saison dans le circuit Courteau a été en-deçà des attentes. Jérémy Roy a donc attendu en deuxième ronde avant d'être choisi à l'encan de la LNH par les Sharks de San Jose qui lui ont déjà octroyé un premier contrat professionnel. Orgueilleux, Roy voudra certainement prouver qu'il méritait un meilleur sort, une excellente nouvelle pour le Phoenix qui pourrait donc compter sur le meilleur arrière du circuit. Rappelez-vous, Anthony Duclair avait connu sensiblement le même parcours chez les Remparts de Québec il y a quelques années, et il était intouchable sur la glace à 18 ans! Si Roy imite Duclair, le Phoenix sera imbattable dans sa division.

ALEXANDER DERGACHEV, CATARACTES

Ce gros Russe est actuellement coincé dans son pays, où il dispute quelques minutes par match dans la KHL. Les Cataractes espèrent que son club le laissera boucler ses valises pour de bon lorsqu'il traversera l'océan pour prendre part à la Super Série Subway. C'est également le voeu du principal intéressé... Si ça se produit, cet ailier de 6'4» et 220 livres viendra ajouter du coffre, de la maturité et de la profondeur à une offensive déjà bien garnie avec les Beauvillier, Yan, D'Aoust, Gignac et Slight. Les experts s'entendent sur le fait que les Foreurs disposent actuellement de la meilleure attaque du circuit. Mais si Dergachev finit par débarquer en Mauricie, les Cataractes n'auront plus rien à leur envier...

VITALI ABRAMOV, OLYMPIQUES

Quel départ il a connu le week-end dernier! Abramov a fait honneur à la réputation qui l'a précédé dans la LHJMQ et il a été le principal artisan des deux victoires des Olympiques, avec le gardien shawiniganais Mathieu Bellemare. Si Abramov peut soutenir ce rythme endiablé, il faudra ajouter les Olympiques parmi les clubs qui peuvent prétendre au sommet de la division Ouest. Benoît Groulx disait avant le déclenchement des hostilités aimer son groupe de joueurs. On comprend que l'ajout d'Abramov lui permet de croire que les Olympiques pourront faire mentir les experts, qui les voient comme un club de milieu de peloton.

PASCAL LABERGE, TIGRES

Un dossier intrigant. L'un des meilleurs de son groupe d'âge, Laberge a connu une première saison mouvementée, pimentée notamment par un déménagement à Victoriaville après un court mariage raté avec Benoît Groulx à Gatineau. Ce dernier a-t-il manqué de doigté avec son jeune surdoué, ou a-t-il décodé qu'il ne connaîtrait pas la carrière junior qu'on lui prédit? Les prochains mois offriront la réponse mais chez les Tigres, Bruce Richardson aime ce qu'il voit. «On travaille avec lui pour qu'il devienne un joueur de 200 pieds, et qu'il compétitionne à chaque présence. S'il le fait, le reste va venir», prédit Richardson, en disant que Laberge peut s'inspirer du parcours d'Anthony Beauvillier. «Il a été repêché très très rapidement, comme Beauvillier. Leur production à 16 ans est similaire aussi. Beauvillier a explosé à 17 ans... On ne veut pas imposer la pression à Pascal de réaliser le même tour de force, mais il peut certainement copier son ardeur au jeu et sa constance.»

JUSTIN GUÉNETTE, VOLTIGEURS

Il n'avait pas encore patiné sur les glaces de la LHJMQ que les Huskies transigeaient pour obtenir ses services, laissant passer la chance de mettre la main sur Jonathan Drouin qui, il est vrai, ne voulait pas aller s'établir en Abitibi. Guénette ne s'est peut-être pas développé autant que les Huskies le souhaitaient, mais il faisait partie de l'élite du circuit en défensive l'an dernier. Le voilà maintenant avec les Voltigeurs, qui vont l'utiliser à toutes les sauces. Si Guénette, à 20 ans, réussit à élever son jeu d'une autre coche, les soirées seront moins difficiles qu'anticipées cet hiver au centre Marcel-Dionne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer