BILLET

Cataractes: encore loin d'une parade...

Si cette équipe a beau compter sur un... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Si cette équipe a beau compter sur un noyau de jeunes surdoués mené par Anthony Beauvillier et Samuel Girard, elle manque de vétérans dans son puzzle.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

Après trois saisons sous le sceau de la reconstruction, personne ne va se plaindre chez les Cataractes d'être perçu comme un club de pointe!

Mais, il serait quand même sage d'attendre un peu avant de planifier une journée de congé au bureau pour un éventuel défilé dans les rues de la ville en juin prochain!

C'est que cette équipe a beau compter sur un noyau de jeunes surdoués mené par Anthony Beauvillier et Samuel Girard, elle manque de vétérans dans son puzzle. Martin Bernard n'a que deux joueurs de 19 ans à sa disposition. Le trio de joueurs de 20 ans aurait par ailleurs besoin d'un peu plus de tonus...

Quand on regarde position par position, l'attaque semble solide. Elle sera encore plus menaçante si Alexander Dergachev finit par débarquer de Russie, ce qui est toutefois loin d'être coulé dans le ciment.

En défense par contre, les Cataractes auront besoin tôt ou tard de renfort. L'addition d'un arrière de qualité, peut-être même deux, pourrait faire la différence entre un printemps excitant et une sortie expéditive, comme l'an dernier.

Finalement, entre les poteaux, les Shawiniganais s'en vont à la guerre avec un trio de gardiens au nombril vert. Est-ce que l'un d'eux saura s'élever au rang de numéro un? Personne n'a actuellement cette donnée en main...

Martin Mondou aura donc du pain sur la planche pour fournir des munitions supplémentaires à son entraîneur. Un boulot qu'il a accompli avec brio en 2009, puis en 2012. Mais cette fois, sa position est plus délicate car techniquement, les Cataractes seront aussi puissants l'an prochain avec les éléments actuels en place. Le directeur-gérant devra en tenir compte dans son magasinage.

Avec les valeurs qu'il a en main, et le travail de développement des trois dernières saisons, Mondou peut croire que son équipe amorce une période prospère de trois saisons. À condition évidemment de bien jouer ses cartes.

À court terme, il doit se croiser les doigts pour que Dergachev se pointe en Mauricie, et qu'un de ses trois gardiens mérite l'étiquette de numéro un. Un dénouement positif dans ces deux dossiers faciliterait beaucoup son job...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer