Repêchage de la LHJMQ: le flair des recruteurs sera testé

Lors des deux dernières séances, Martin Mondou et... (Photo: Cataractes de Shawinigan)

Agrandir

Lors des deux dernières séances, Martin Mondou et Alain Bissonnette avaient pu prendre le micro très rapidement, leur permettant de sélectionner Anthony Beauvillier et Samuel Girard (au centre).

Photo: Cataractes de Shawinigan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Chaque cuvée est différente au hockey junior. Celle de 2015 se démarque par la qualité des gardiens et des défenseurs, de même que par plusieurs adolescents dotés de bons gabarits. Par contre, le flair des dépisteurs sera testé à souhait samedi à Sherbrooke avec cet encan midget où il y a peu de joueurs qui font consensus!

«Ça prend plus de projection cette année, c'est une évidence», lance le dépisteur-chef des Cataractes Alain Bissonnette, qui a évalué des centaines d'espoirs au cours des derniers mois avec ses six lieutenants. À lui seul, Bissonnette a bouffé plus de 43 000 km d'asphalte et réalisé quelque 80 entrevues afin de s'assurer de prendre les meilleures décisions possibles le jour de l'examen final.

Examen qui est un peu plus embêtant que d'habitude! «Ce n'est pas une très grande année. Parce que les joueurs disponibles ont pas mal tous des lacunes. Néanmoins, je trouve qu'il y a plusieurs projets intéressants. Je pense que plusieurs gars ont le potentiel de devenir d'excellents joueurs dans notre ligue avec un développement adéquat. Par contre, je suis pas mal certain qu'il va y avoir des surprises sur le parquet.»

Lors des deux dernières séances de sélection, Bissonnette avait pu prendre le micro très rapidement, ce qui lui a permis de sélectionner Anthony Beauvillier et Samuel Girard. À moins d'une transaction surprise, il n'aura pas accès cette fois à ce genre de surdoués. Ça ne l'empêche pas de trouver sa position confortable, avec les 14e et 21e sélections de la journée.

«On est bien placés avec ces deux choix-là si on les garde. On aura accès à des joueurs au potentiel certain, même s'il faudra un peu plus de patience pour les développer», prévoit-il. «Ça tombe bien, nous pouvons être patients avec nos jeunes car nous avons actuellement beaucoup de profondeur. Ça nous offre plus de latitude.»

Chaque année, les équipes doivent aussi composer avec le dossier des joueurs qui projettent de s'expatrier aux États-Unis... ou qui tentent de choisir leur équipe! Certains restent évasifs sur leur plan, d'autres refusent directement de rencontrer les équipes.

Shane Bowers et Antoine Crête-Belzile, deux des plus beaux espoirs répertoriés par la Centrale du soutien au recrutement de la LHJMQ, ont décliné la possibilité de s'entretenir avec Bissonnette. «Je trouve ça malheureux. Pourquoi ne pas rencontrer les équipes? Si un joueur veut aller aux États-Unis et qu'il t'explique sa démarche, je respecte ça au plus haut point. Un gars comme Michael Matheson l'a fait. On a quand même pris une chance de le repêcher, mais on savait à quoi s'en tenir. Quand tu refuses de rencontrer les clubs, il y a un gros doute qui s'installe...»

Finalement, en Mauricie, Bissonnette prévient que la récolte s'annonce un peu plus maigre qu'à l'habitude. «Ce sont des choses qui arrivent, ça n'enlève rien au travail de Frédéric Lavoie, qui fait un travail colossal avec les Estacades. Il y a quelques gars qui nous intéressent dans le midget AAA, trois à l'Espoir, mais c'est plus mince que lors des dernières années.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer