Les Cataractes accordent une prolongation de contrat à Martin Bernard

Martin Bernard, entraîneur des Cataractes.... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Martin Bernard, entraîneur des Cataractes.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La défaite des Cataractes au premier tour des séries n'a pas affecté d'un iota la relation entre Martin Mondou et Martin Bernard. Au contraire, le directeur-gérant de la plus vieille organisation de la LHJMQ a même décidé de lui offrir une prolongation de contrat, qui accorde maintenant une protection financière au pilote jusqu'à la fin de la saison 2016-17.

«C'est une décision logique, considérant la progression de notre équipe depuis son arrivée», expliquait Mondou, qui a toujours vanté le travail de Bernard depuis son arrivée en poste à l'été 2013. «Il lui restait une saison à écouler à son contrat, je voulais qu'il dirige l'esprit en paix. Il a fait grandir ce noyau de joueurs, c'est normal qu'il puisse les diriger alors qu'ils seront à maturité.»

Bernard se disait touché par cette marque de reconnaissance, une deuxième du genre depuis qu'il a déménagé en Mauricie. Après quelques mois en poste, il avait en effet vu Mondou activer l'année d'option prévue à son contrat initial. «Pour moi, ça veut dire beaucoup. Travailler l'esprit tranquille, c'est quelque chose de très important pour un entraîneur. Je me sens apprécié», confie-t-il.

«C'est encore plus touchant quand ça arrive dans un environnement que tu apprécies. Ce n'est un secret pour personne, j'aime comment ça se passe ici, de la façon dont je suis entouré. C'est un bon fit aussi pour ma famille, qui s'est très bien intégrée à la région. Pour toutes ces raisons, je n'ai pas hésité quand on m'a offert cette prolongation de contrat.»

Au-delà de l'aspect financier, cette décision prouve que les Cataractes perçoivent Bernard comme un pilote capable de gagner le dernier match de l'année, avec cette bande qui arrivera à maturité dans quelques mois. «Je suis arrivé en même temps que les Beauvillier, Welsh, Gignac et Phelan. Plusieurs jeunes ont été ajoutés en cours de route. Je grandis avec eux... On veut tous aller à la même place avec ce groupe.»

En principe, Bernard sera entouré du même personnel d'entraîneurs la saison prochaine, à moins que Steve Larouche ne réussisse à obtenir une promotion dans une autre organisation.

Larouche fait partie des prétendants au poste d'entraîneur-chef des Islanders de Charlottetown, avec qui il doit s'entretenir d'ici au repêchage des joueurs midgets. Il est également en lice pour un poste vacant d'entraîneur-adjoint dans la Ligue américaine de hockey.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer