Martin Gélinas parmi les immortels de la LHJMQ

Le Shawiniganais Martin Gélinas a été intronisé au... (Photo: La Presse)

Agrandir

Le Shawiniganais Martin Gélinas a été intronisé au Temple de la renommée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Montréal) Ça se passait à la fin des années 80. Une verte recrue shawiniganaise débarquait dans le vestiaire des Olympiques sur la pointe des pieds. Mais son talent, sa vitesse et son désir de se surpasser lui ont rapidement permis d'attirer les projecteurs... et de terroriser les gardiens adverses!

Ce jeune homme, c'est bien sûr Martin Gélinas, qui a été reçu mercredi soir parmi les immortels de la LHJMQ. Un moment qu'il a tenu à partager avec ses parents et sa petite famille, venue de Calgary pour l'occasion.

«C'est une soirée émotive. Pour moi, mais aussi pour mes parents! Ils ont toujours été là pour moi, je leur dois beaucoup et je voulais vivre ça avec eux», souriait Gélinas.

Son passage au sein du circuit Courteau aura été aussi bref que percutant. En deux saisons à Hull, entre 1987 et 1989, ce choix de première ronde a amassé 208 points en saison régulière, ajoutant 42 autres points en séries, pour un total de 250 points en seulement 132 rencontres. Nommé recrue de l'année au Canada, il a aidé les Olympiques à soulever la Coupe du Président au printemps 1988, en terminant au deuxième rang des pointeurs de l'équipe avec 33 points. Ces états de service ont séduit les Kings de Los Angeles, qui l'ont repêché au premier tour avant de le céder, quelques semaines plus tard, aux Oilers d'Edmonton dans la célèbre transaction impliquant Wayne Gretzky.

Gélinas a également participé au Championnat du monde junior en 1989 avant de faire le saut, l'automne suivant, dans la LNH à 19 ans. Ça fait bien des souvenirs à chérir! «Mon meilleur souvenir, c'est la conquête de la Coupe du Président. On avait une équipe spéciale, les liens étaient très forts entre nous. J'ai gardé le contact avec plusieurs joueurs de cette équipe. J'ai été chanceux d'avoir été choisi par les Olympiques, une excellente organisation.»

Avant de monter sur le podium, Gélinas a vu ses anciens compagnons d'armes Charlie Henry, Alain Vigneault et Cam Russell lui rendre hommage.

«On avait pris la décision d'amener Martin lentement dans le junior à sa première année. Quelques mois plus tard, il était nommé recrue au Canada. Une chance qu'on voulait y aller lentement», souriait Henry, le grand architecte des Olympiques, qui a confié que Claude Ruel lui avait conseillé de sélectionner Gélinas. «Il m'a dit que le fils du barbier, c'était un vrai blue chip!»

Russell a pour sa part expliqué que Gélinas se transformait en bête avec des lames aux pieds. «Je me souviens de son arrivée au camp d'entraînement, à quel point il était gêné. Mais dès le premier match préparatoire, il nous en avait mis plein la vue! Son enthousiasme était contagieux. C'était un de nos leaders.»

Après son passage dans la LHJMQ, Gélinas a disputé 1273 matchs dans la meilleure ligue sur la planète, amassant 660 points avec sept équipes différentes. Il a aussi bu dans la Coupe Stanley avec les Oilers en 1990. Après avoir pris sa retraite, il a travaillé durant quelques saisons dans l'organisation des Predators de Nashville, puis il a accepté de seconder Bob Hartley derrière le banc des Flames.

Martin Brodeur, Michel Therrien et Billy Campbell ont eux aussi fait partie de la cuvée 2015. De plus, dans le cadre du 20e anniversaire du Temple de la renommée, la LHJMQ a honoré pour la première fois un membre de sa grande famille à titre posthume, soit l'ex-président Jean Rougeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer