Martin Mondou nommé directeur-gérant de l'année

Martin Mondou a été nommé directeur-gérant de l'année... (Photo: La Presse)

Agrandir

Martin Mondou a été nommé directeur-gérant de l'année dans la LHJMQ, mercredi soir lors du Gala des Rondelles d'Or.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Montréal) Les Cataractes ont sombré plus rapidement que prévu à la grande valse du printemps, mais le travail de reconstruction de la plus vieille formation de la LHJMQ n'est pas passé inaperçu au sein du circuit. Mercredi soir au Gala des Rondelles d'Or qui se tenait dans la métropole, Martin Mondou a mis la main sur le trophée Maurice-Filion remis au directeur-gérant de l'année.

«C'est très apprécié de recevoir cet honneur de mes pairs. Après la Coupe Memorial en 2012, on a tracé un plan et on s'est retroussé les manches pour reconstruire le plus vite possible. C'est en équipe qu'on s'est relevé, je veux souligner la contribution de mon bras droit Alain Bissonnette et de notre personnel d'entraîneurs. On aime dans quelle direction on s'en va», expliquait Mondou, qui hérite du titre pour la première fois après avoir été finaliste à trois reprises.

Cette sélection n'a quand même pas réussi à lui faire digérer l'élimination crève-coeur de son équipe 24 heures plus tôt. «La vérité, c'est qu'un honneur personnel ne peut pas mettre un baume sur une déception collective. Faut vivre avec notre élimination, on n'a pas le choix. On sait toutefois que l'avenir est prometteur.»

Si Mondou a été choisi, c'est qu'à partir du repêchage en juin dernier, il a ajouté plusieurs éléments de qualité à son alignement, qui ont ramené contre toute attente les Cataractes parmi les clubs de tête cet hiver. Il y a eu bien sûr la sélection de Samuel Girard qui vient en tête de liste, suivie de celle de Gabriel Sylvestre en fin de première ronde, un risque qui a été très payant puisque le colosse a délaissé son plan initial de s'exiler aux États-Unis pour plutôt mettre le cap sur Shawinigan.

L'acquisition de Dennis Yan via le repêchage européen s'est aussi avérée un coup de maître. Puis aux Fêtes, Mondou a ajouté Christophe Lalonde et Mathieu Olivier à un prix très raisonnable. «On a reconstruit dans la tempête, alors on a dû faire des choix osés pour accélérer le processus. C'est en bougeant pour des choix au repêchage que l'essentiel du travail s'est fait. À partir de là, nos dépisteurs ont fait de l'excellent travail, puis nos entraîneurs ont su bien développer notre noyau.»

Samuel Girard, l'autre membre des Cataractes en nomination mercredi, a été coiffé par Dmytro Timashov des Remparts de Québec comme recrue par excellence. Girard a par contre été élu sur l'équipe d'étoiles des recrues, tandis qu'Anthony Beauvillier a été choisi sur la deuxième équipe d'étoiles. Par ailleurs, Beauvillier rejoindra vendredi l'équipe canadienne au championnat du monde U-18.

Conor Garland, premier de classe

Parmi les autres récipiendaires de la soirée, mentionnons que Conor Garland a mis la main sur le trophée Michel-Brière accordé au joueur par excellence du circuit. L'Américain a dominé la colonne des pointeurs dans le circuit Courteau cette année, aidant les Wildcats de Moncton à terminer au deuxième rang du classement général.

Parce qu'il a mené - à la surprise générale - l'Armada au championnat de sa division, Joël Bouchard a posé avec le trophée Ron-Lapointe, qui récompense le meilleur pilote. Jan Kostalec (Océanic) a pour sa part été choisi le meilleur défenseur du circuit, récoltant le trophée Émile-Bouchard. La personnalité de l'année a été octroyée au tombeur des Cataractes Nikolaj Ehlers, alors que son compagnon de trio Timo Meier a été identifié comme le meilleur espoir professionnel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer