Retour à la case départ pour les Cataractes

Les Cataractes ont été renversés par les Mooseheads,... (Ted Pritchard / The Chronicle Herald)

Agrandir

Les Cataractes ont été renversés par les Mooseheads, qui ont nivelé la série.

Ted Pritchard / The Chronicle Herald

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Halifax) Tout est à recommencer pour les Cataractes. Les hommes de Martin Bernard ont subi un revers de 4-3 mercredi soir à Halifax, ce qui a permis aux Mooseheads de créer l'égalité 2-2 dans cette palpitante série quatre-de-sept.

Marvin Cüpper a encore connu un bon match,... (Photo: The Chronicle Herald) - image 1.0

Agrandir

Marvin Cüpper a encore connu un bon match, mercredi, devant le filet shawiniganais. Le problème, c'est que son vis-à-vis, Éric Brassard, en a connu un meilleur. 

Photo: The Chronicle Herald

Pour la deuxième fois en moins de 24 heures, les locaux ont inscrit les deux premiers filets du match. Mais cette fois, les Shawiniganais ont été incapables de sortir du rétroviseur des Mooseheads, en grande partie parce qu'Éric Brassard a réussi à tenir tête à Marvin Cüpper entre les deux poteaux. 

La bande à Dominique Ducharme a aussi été un peu plus productive sur les unités spéciales dans ce match où les deux clubs ont péché par indiscipline. Le jeu de puissance des Mooseheads a touché la cible deux fois en sept essais, alors que celui des Cataractes a été limité à un but en neuf tentatives.

Les Mooseheads ont quand même dû travailler jusqu'à la fin pour sortir de cette vieille bâtisse aux allures de l'aréna Jacques-Plante avec le sourire aux lèvres. Timo Meier avait offert une avance de 4-2 à son club un peu plus tôt dans la troisième période, mais Dennis Yan a placé tout le monde sur le bout de son siège en ramenant l'écart à un seul but dans la dernière minute de jeu. Les Cataractes ont continué de bourdonner par la suite, sans toutefois réussir à percer à nouveau Brassard avant que la sirène ne soit déclenchée. 

«On a manqué de temps. On a une vingtaine de lancers en troisième, Brassard a été excellent. Il y a deux bonnes équipes sur la glace, tous les matchs auraient pu aller d'un bord comme de l'autre jusqu'ici. Il faut se préparer pour le prochain», racontait Martin Bernard, convaincu que ses hommes ont généré assez de chances de marquer pour l'emporter. «Contrairement à d'habitude, on n'a pas été opportuniste. Le jeu de puissance a généré pas mal de choses positives en troisième, on peut bâtir là-dessus.»

Surtout dans les dernières minutes, estime Gabriel Slight, qui a marqué les deux premiers buts de son club hier. «Ça paraissait qu'on voulait marquer en fin de match, on a poussé fort et ça donné le but de Yan. Il faut toujours jouer comme ça, particulièrement en avantage numérique. Amener des rondelles au filet, mettre du trafic dans l'enclave, ramasser les retours, c'est de cette façon qu'on va avoir du succès»,

Le gros attaquant était fier de l'engament physique de son club, qui ne recule pas devant ce club aguerri. «Il y a beaucoup d'adversité sauf que personne n'est intimidé. Ça se passe bien de ce côté. Il faut juste trouver une façon d'aller moins souvent au banc des punitions. Notre force, c'est de jouer à cinq contre cinq.»

Brassard répond à Cüpper

Dans l'autre vestiaire, Éric Brassard portait fièrement une veste en jeans, remise au joueur qui s'est le plus illustré dans le camp des Mooseheads. Si Meier s'est occupé de l'attaque avec une production de deux buts et une passe, le vétéran gardien de 19 ans a livré son meilleur match depuis le début de la série.

«Je le pense aussi. C'était un gros match pour nous, on ne voulait pas tirer de l'arrière 1-3 même si le cinquième match est chez nous. On a bien joué collectivement, avec hargne. Et quand tu joues serré défensivement et que tu donnes de l'espace à des joueurs exceptionnels comme (Nikolaj) Ehlers et Meier, de bonnes choses se produisent», opinait Brassard, qui confiait être motivé à l'idée de se mesurer à Cüpper. «C'est le meilleur gardien de la ligue, c'est sûr qu'il y a un peu de compétition. Il y a deux bons clubs sur la glace, voilà pourquoi c'est 2-2.»

Ducharme applaudissait chaleureusement la performance de son gardien. «Cüpper fait de gros arrêts pour les Cataractes. Brassard est très bon lui aussi depuis le début de la série, mais ce soir il a été excellent. Encore une fois, ce fut un match très serré, et ça va être comme ça jusqu'à la fin de la série. Ce qui n'est pas bon pour le niveau de stress de tout le monde qui est impliqué!»

Les deux équipes se retrouvent vendredi soir, encore une fois à Halifax, pour le cinquième duel. Puis la série se transportera à Shawinigan dimanche après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer