Qui veut de l'Armada?

L'Armada a gagné 12 matchs d'affilée en début... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'Armada a gagné 12 matchs d'affilée en début d'année, mais la formation, propriété de Québecor, n'a jamais attiré 2500 personnes au cours de cette séquence.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

Outre l'amendement à la constitution sur le délicat point du veto territorial qui a été traité en long et en large la semaine dernière dans Le Nouvelliste, Gilles Courteau a plusieurs autres dossiers à surveiller au cours des prochaines semaines. Voici les principaux, avec les commentaires du principal intéressé!

Joseph Veleno, ce surdoué de 14 ans, aimerait... (Photo: Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Joseph Veleno, ce surdoué de 14 ans, aimerait obtenir le statut de joueur exceptionnel et faire le saut dans la LHJMQ dès l'an prochain.

Photo: Le Soleil

Le dossier Québecor

Depuis l'achat des Remparts de Québec, Québecor possède deux franchises dans la LHJMQ si l'on compte aussi l'Armada de Blainville-Boisbriand, une situation qui contrevient aux règles en vigueur. Gilles Courteau dit avoir les coudées franches pour réfléchir puis accoucher de la meilleure façon de procéder dans le dossier.

Il ajoute qu'il n'est pas pressé de statuer. Pourtant, en coulisses, deux équipes, sous le couvert de l'anonymat, ont confié au Nouvelliste que ses employeurs lui avaient demandé d'arriver avec une proposition dans les six mois suivant la transaction!

Quoiqu'il en soit, Courteau n'écarte nullement l'hypothèse de permettre à Québecor d'opérer à la fois les Remparts et l'Armada.

«Ce qu'il faut bien mesurer là-dedans, c'est la perception des gens. On n'est plus à l'époque où une famille contrôlait Laval et Granby, nous sommes rendus ailleurs. Tout le monde sait que c'est Joël Bouchard qui opère l'Armada. Penses-tu qu'il appelle Pierre Dion avant de faire une transaction? L'important dans notre ligue, c'est d'avoir des franchises solides, avec de bons propriétaires. C'est à tout ça que je dois réfléchir», lance Courteau, en insistant sur le fait qu'aucune corporation n'est encore venue cogner à sa porte pour savoir si l'Armada était à vendre.

«L'équipe est parmi les quatre formations qui attirent le moins par rapport à la population de son marché. L'Armada a gagné 12 matchs d'affilée en début d'année, or elle n'a jamais attiré 2500 personnes au cours de cette séquence. Il faut prendre le temps de bien évaluer la situation avant de prendre une décision. On cherche de nouveaux revenus, on a besoin de franchises fortes dans nos gros marchés.»

Pour Bouchard, la cause est entendue, c'est le statu quo qui doit prévaloir. «C'est la meilleure option, honnêtement. Québecor croit en notre ligue et en nos jeunes, on devrait s'en réjouir. J'invite d'autres corporations à les imiter. Que Québecor soit à la tête de deux clubs ne change rien aux opérations quotidiennes. Gilles Courteau a quand même bien fait d'interdire toute transaction entre les deux clubs. Et je n'ai aucun problème à ce que la directive reste en vigueur pour toujours! J'aurai alors 16 autres équipes avec qui je peux transiger, ce qui est bien suffisant», lance Bouchard, qui jure ne pas avoir parlé avec ses autres partenaires de la possibilité de racheter la concession si la LHJMQ décide de garder sa réglementation intacte.

«Pourquoi parler de ça? C'est de l'hypothétique... On continue à opérer comme on le faisait avant, sans se poser de questions.»

Veleno sera bientôt rencontré

Gilles Courteau a toujours l'intention de rencontrer Joseph Veleno, ce surdoué de 14 ans qui aimerait faire le saut dans la LHJMQ dès l'an prochain. Veleno, auteur d'une fiche de 49 points (16-33) à ses 38 premières sorties avec les Lions du Lac-Saint-Louis, souhaite devenir le premier a obtenir le statut d'exceptionnel, un privilège qui a été refusé dans le passé à Sidney Crosby et Patrice Cormier.

«Il y a maintenant un processus qui encadre ce genre de demande», explique Courteau, qui veut bien l'expliquer à Veleno et à sa famille avant qu'elle ne l'enclenche. «On est content de son intérêt et s'il amorce le processus, je veux juste m'assurer qu'il comprend que la réponse pourrait être positive ou négative, qu'il n'y a rien de garanti.»

Courteau va-t-il aussi exiger de Veleno qu'il se présente à l'équipe qui va le repêcher si jamais il obtient le statut d'exceptionnel? À ce sujet, le commissaire n'est pas si tranchant, même s'il reconnaît qu'il va aborder la question. «Ça va faire partie de notre discussion, je veux qu'il soit conscient de ce que ça comporte s'il devient disponible à la séance de sélection. On me dit que son agent (Peter Svoboda) est au courant de tout ce que ça implique, on verra bien...»

La formule du tournoi de la Coupe Memorial ne changera pas à court terme

La formule du tournoi de la Coupe Memorial fait jaser depuis que La Presse révélait en septembre dernier que la Ligue canadienne de hockey avait enregistré au printemps dernier la marque de commerce «May Mania», qui rappelle drôlement celle de «March Madness» aux États-Unis. Gilles Courteau reconnaît que les bonzes du hockey junior canadien réfléchissent à l'heure actuelle sur les fondations de leur bal de fin d'année, mais il assure qu'aucun changement n'est prévu à court terme.

«Il faut être prudent dans ce dossier. Rogers et TVA Sports, qui sont devenus des partenaires importants, seront consultés. Il faut notamment s'assurer que le cadre financier et le plan d'affaires de l'événement soient respectés si on fait des changements», prévient Courteau, en faisant valoir que son circuit était celui qui exigeait la garantie financière la moins importante, question de permettre aux marchés de moyenne taille d'accueillir le tournoi.

«On veut continuer à travailler dans le même sens, on ne veut pas que seulement quatre ou cinq marchés puissent accueillir le tournoi. La réflexion est entamée. Mais il n'y a rien qui sera modifié à court terme. Et même à moyen ou long terme, rien ne garantit qu'on va changer de formule. C'est tellement majeur comme décision, il faut être sûr de notre coup avant de modifier ce qui est en place.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer