Les Cataractes peuvent compter sur l'Armada

Joël Bouchard... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Joël Bouchard

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Cataractes pouvaient compter sur l'Armada de Blainville-Boisbriand dans leur croisade pour s'assurer que le mécanisme adopté à la place du veto territorial soit suffisamment solide pour protéger les franchises du circuit Courteau.

Actionnaire, président, entraîneur-chef et directeur-gérant de l'Armada, Joël Bouchard se dit satisfait de l'amendement dont a accouché le comité consultatif, et qui a ensuite été accepté par les gouverneurs. Ne manque plus que la sanction royale des membres pour que la constitution soit corrigée. 

«On a fait partie du processus, toutes les équipes ont travaillé ensemble d'ailleurs. Pour moi, c'est très important que Shawinigan, Sherbrooke, Gatineau, en fait toutes les équipes soient en santé. Je ne veux pas jouer tout seul!»

Bouchard convient du bout des lèvres qu'il y avait plus qu'une simple solidarité dans le camp de l'Armada quand est venu le temps de se positionner. La franchise établie tout près de la métropole voulait se blinder contre tout promoteur qui voudrait s'installer à Laval.

«On voulait protéger nos intérêts, c'est vrai. Je fais confiance à la ligue là-dedans, on est tous des partenaires. Nous sommes rivaux sur la glace mais pour que notre ligue fonctionne, nous devons tous être des partenaires à l'extérieur de celle-ci. Pour moi tout n'est pas noir ou blanc, je suis capable d'écouter avant de prendre une décision. Mais nous devons nous orienter de façon à ce que nos franchises soient le plus en santé possible», répète-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer