Classique hivernale: Cüpper et Beauvillier se chargent du spectacle

La neige n'a pas nui aux efforts des... (PHOTO: SYLVAIN MAYER)

Agrandir

La neige n'a pas nui aux efforts des joueurs des deux équipes. Anthony Beauvillier (91) a récolté quatre points dans le match.

PHOTO: SYLVAIN MAYER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Saint-Tite) Au pays des cowboys, ce sont les ténors des Cataractes qui ont animé ce formidable théâtre à ciel ouvert à Saint-Tite. Marvin Cüpper et Anthony Beauvillier ont été fabuleux vendredi soir, conduisant les Cataractes à une victoire de 4-2 sur les Tigres de Victoriaville enregistrée devant plus de 5900 amateurs aux Grandes estrades Coors Banquet.

Cüpper s'est chargé de la première partie du spectacle. Pendant que ses coéquipiers cherchaient leurs repères en début de match, il a été impérial face aux attaques soutenues des Tigres, qui ont connu un excellent départ. Sans le brio de l'homme masqué allemand, les visiteurs auraient pu s'emparer d'une avance insurmontable en première. 

Tirant de l'arrière 1-0 après 20 minutes, les Shawiniganais ont écoulé une pénalité en début de deuxième puis Cüpper a passé le relais à Beauvillier, qui s'est occupé du reste. Le surdoué de 17 ans a préparé les deux premiers buts de son équipe, avant de lui-même toucher la cible après une passe magique de Christophe Lalonde en avantage numérique. Les Cataractes sont rentrés au vestiaire après 40 minutes avec cette avance de 3-1, mais les Tigres n'ont pas abandonné pour autant. Ils sont revenus avec fougue au dernier tiers, réduisant l'écart à un seul but grâce au filet de Gabriel Gagné. Cüpper s'est alors interposé une dernière fois, aux dépens de Samuel Blais en échappée, puis Beauvillier a scellé l'issue du match en donnant la rondelle à Olivier Caouette dans la dernière minute pour que ce dernier la pousse dans une cage abandonnée. 

«Je regardais les estrades et je me trouvais tellement chanceux de pouvoir vivre ça», livrait le héros de la soirée. «J'attendais ce match depuis le début de la saison et l'expérience a été magique, comme je l'avais imaginé. En troisième la neige tombait, c'était comme les matchs qu'on peut voir à la télé, sauf que c'était nous qui étaient sur la glace! La foule nous a aidés à nous mettre dans le match», ajoutait Beauvillier, qui n'a pas eu l'air trop dérangé par son horaire un peu fou, lui qui était à St. Catharines la veille pour le match des meilleurs espoirs de la LCH. «Quand il y a des rendez-vous comme ça, tu n'as pas le choix de trouver l'énergie!»

Au milieu d'un carnaval

Martin Bernard a évidemment complimenté son meneur offensif, qui a ajouté quatre points à sa fiche. «Anthony, c'est un compétiteur-né. Il avait un peu de fatigue dans le corps mais tu peux toujours compter sur lui dans les grands moments», faisait-il valoir, en convenant que son club n'avait pas connu le départ souhaité. «On n'était pas là en première, on cherchait nos jambes et les gars faisaient exactement le contraire du plan de match tracé! On est revenu pas mal plus focus en deuxième. Côté ambiance, c'était incroyable, on se sentait au milieu d'un carnaval tellement il y avait du bruit. Tout le monde a embarqué, tout le monde a vécu une belle soirée et pour nous la victoire, c'est le crémage sur le gâteau.»

Un peu plus loin, Samuel Girard semblait sur un nuage. «Je n'ai pas les mots pour décrire parfaitement cette expérience. La température était parfaite, les fans étaient tellement énergiques. Et quand je sautais sur la glace, ça me rappelait ma jeunesse sur le lac Saint-Jean, quand j'y patinais avec mes frères à Roberval. Impossible de demander mieux comme feeling, j'ai déjà hâte à demain!»

Dans l'autre camp, Bruce Richardson disait avoir passé une bien belle soirée même s'il repartait les mains vides. «Ce fut une expérience incroyable. Je souhaite à tous les joueurs de notre ligue de pouvoir vivre ça. Même si on a perdu, j'ai aimé notre façon de jouer. On a manqué beaucoup de chances de marquer, les Cataractes ont de leur côté été opportunistes. Mais nous avons été dans le match jusqu'à la fin», soulignait Richardson, qui aurait toutefois aimé avoir un peu plus de sécurité derrière son banc. «Les gradins étaient très près, et certains amateurs n'ont pas eu un comportement approprié. Ils peuvent encourager leur équipe, je n'ai aucun problème avec ça, mais pourquoi être vulgaires? Mes joueurs ont été bons pour garder leur calme avec toutes ces insultes gratuites. Dans mon temps, ça se serait terminé autrement!» 

Les Cataractes vont maintenant se préparer à recevoir les Remparts de Québec pour cette deuxième et dernière portion de la Classique hivernale. Le comité organisateur se disait confiant vendredi soir de faire salle comble, puisqu'ils espèrent écouler les quelques centaines de billets encore disponibles à la porte. La rondelle tombe à 16 h, le tailgate donne le coup d'envoi aux festivités à midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer