Pari audacieux, vitrine exceptionelle (commentaire)

Les Grandes estrades de Saint-Tite semblent avoir été... (PHOTO: FRANÇOIS GERVAIS, LE NOUVELLISTE)

Agrandir

Les Grandes estrades de Saint-Tite semblent avoir été dessinées pour ceinturer une surface glacée!

PHOTO: FRANÇOIS GERVAIS, LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant même que la rondelle ne tombe vendredi soir, les Cataractes ont gagné leur audacieux pari.

Il y avait un risque financier assez important lié à la présentation de cette première Classique hivernale de la LHJMQ. Pas pour rien que plusieurs équipes du circuit Courteau ont laissé tomber le projet après une étude approfondie du dossier!

Les Cataractes, eux, ont décidé de plonger même s'ils devaient éponger une facture de plus de 200 000 $... qui est devenue un investissement maintenant que plus de 13 000 billets ont trouvé preneur pour les deux matchs face aux Tigres et aux Remparts.

Ces succès aux guichets offrent en effet une vitrine exceptionnelle aux Cataractes, qui tentent depuis des années de devenir l'équipe junior de la région. Dans la foule, vendredi soir et samedi, bien des gens qui ne sont pas des habitués du Centre Gervais Auto viendront goûter à ce party historique. Avec un bon spectacle, peut-être se laisseront-ils convaincre d'encourager l'équipe de Martin Bernard plus souvent!

Chose certaine, l'opération séduction à grand déploiement ne peut profiter d'un meilleur théâtre. Les Grandes estrades de Saint-Tite semblent avoir été dessinées pour ceinturer une surface glacée! Quelques pieds seulement séparent les gradins de la rampe, ce qui va procurer une proximité incroyable entre les acteurs et leur public. J'ai eu le privilège d'assister en 2003 au match en plein air entre le Canadien et les Oilers au domicile des Eskimos d'Edmonton.

Le caractère unique de l'événement était marquant, mais voir un match des gradins d'un stade de 60 000 places ne peut pas offrir le même feeling que ceux qui s'entasseront à Saint-Tite vont ressentir. Et puis en 2003, il faisait froid en titi à Edmonton! Dame nature a décidé d'être plus conciliante avec les amateurs de hockey de la Mauricie, les températures seront certes hivernales au cours des prochains jours, mais pas sibériennes!

Reste à espérer que la surface de jeu permettra aux deux équipes d'utiliser tout le talent qui les anime. Avec -25°C mercredi, lors du match mettant en vedette les anciens Cataractes et quelques membres des médias, la glace n'était pas - soyons polis - adéquate. Le responsable Patrick Couture promettait toutefois de relever la qualité de la surface de jeu dès que le mercure allait gagner quelques degrés. Dame nature va honorer sa partie de l'entente, à Couture de livrer la sienne!

UNE GROSSE ANNÉE POUR BEAUVILLIER

Sans avoir épaté la galerie, Anthony Beauvillier, Dennis Yan et Samuel Montembeault n'ont certainement pas perdu de points hier dans le cahier des recruteurs, qui les épiaient lors du match réunissant les meilleurs espoirs de la Ligue canadienne de hockey en vue du prochain repêchage de la LNH. Les trois faisaient partie de l'équipe de Don Cherry, qui a été renversée 6-0.

Montembeault a cédé à deux reprises sur les 17 tirs dirigés vers lui. Le gardien natif de Bécancour a mal paru sur le premier but qu'il a accordé mais pour le reste, il a paru en contrôle, tout en gagnant les concours d'habiletés la veille. Yan a pour sa part démontré qu'il savait manier la rondelle à grande vitesse, s'offrant quelques percées. Quant à Beauvillier, il a été fidèle à lui-même en dépensant chaque once d'énergie qu'il avait dans le corps.

Par contre, je commence à me demander si Beauvillier tiendra la distance. En plus du match hier à Ste. Catharines, il va bien sûr participer aux deux matchs de la Classique hivernale ce week-end à Saint-Tite. Une séquence folle de trois matchs en 48 heures dans deux provinces!

En comptabilisant les matchs de la Super Série Subway et les matchs préparatoires, Beauvillier a déjà disputé plus de 50 matchs! N'oublions pas non plus que sa saison s'est amorcée par une participation au tournoi Ivan-Hlinka et que dans la très grande majorité de ces matchs, Beauvillier obtenait beaucoup de temps de jeu, face aux meilleurs éléments adverses. Ça en fait beaucoup pour un jeune homme de 17 ans, non? Les Cataractes devront trouver une façon de le ménager un peu d'ici la fin de la saison s'ils veulent compter sur un Beauvillier au sommet de son art lorsque les séries vont s'installer...

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer