Les Cataractes en quête d'une sixième victoire consécutive

Anthony Beauvillier, au centre, a récolté six points... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Anthony Beauvillier, au centre, a récolté six points à ses trois derniers matchs. Vendredi soir, face aux Saguenéens, il fera face à Nicolas Roy, un espoir qui le devance sur la liste de la Centrale de recrutement de la LNH en vue du prochain encan estival, et ce, même si Roy a 31 points de moins que l'attaquant shawiniganais.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Qu'elles se le tiennent pour dit, les équipes de la LHJMQ devraient éviter le banc des punitions face aux Cataractes de Shawinigan. Depuis deux semaines, les hommes de Martin Bernard se sont transformés en tireurs d'élite lorsqu'ils évoluent en surnombre.

À leurs trois derniers matchs, les Shawiniganais ont trouvé le fond du filet à neuf occasions sur une possibilité de 14, pour un taux d'efficacité de 64,3 %. Selon Bernard, ses joueurs ont actuellement les réflexes aiguisés en matière de passes et de positionnement lorsqu'ils évoluent à plus d'un homme.

«C'est une question d'exécution. À force de pratiquer et de répéter qu'il faut s'assurer que les passes soient au bon endroit, l'exécution s'accélère et nous sommes en mesure de créer plus de chances.»

Lors de cette heureuse séquence, les Cataractes ont même vu leur taux d'efficacité passer de 19 à 22 % en seulement trois parties.

«On ne se fera pas de cachette, il y a une certaine chimie qui doit opérer pour l'avantage numérique et c'est ce qui se passe. Les deux unités fonctionnent bien et il y a même des gars qui n'y évoluent pas qui pourraient y jouer», poursuit le chef d'orchestre.

Fort heureusement que l'avantage numérique est à son meilleur, puisque les Cataractes ont eu besoin de spectaculaires remontées pour remporter leurs deux derniers matchs. Bernard espère maintenant que sa troupe sera en mesure de conserver son calme durant 60 minutes, puisqu'elle a été la première à s'inscrire à la marque avant de faire cadeau de l'avance à l'adversaire.

«Nous avons prouvé que nous sommes capables de faire des remontées, il serait temps de prouver que nous sommes capables de garder l'avance», note-t-il, ajoutant que, malgré tout, ses protégés jouent du bon hockey, ce qui a ouvert la porte à ces remontées.

«Ces gars-là jouent sans peur. Ils se présentent à l'aréna et savent qu'ils peuvent (gagner). Le hockey ce n'est pas sorcier, c'est l'équipe qui va démontrer le plus d'intensité. C'est pourquoi les gars répondent bien, même s'ils sont en arrière, ils gardent confiance. C'est toujours intéressant, même si c'est stressant pour le coach.»

Les Cataractes amorceront un voyage de deux rencontres dès vendredi soir à Chicoutimi, alors qu'Evan Scott devrait effectuer un retour, lui qui a raté le match de mercredi. Les Shawiniganais tenteront de signer un sixième gain consécutif.

Après avoir connu une séquence de sept victoires de suite lorsque Yannick Jean est arrivé à la barre de l'équipe, les Saguenéens alternent entre gains et défaites depuis, dont un cuisant revers de 6-0 en début de nouvelle année contre Shawinigan.

«C'est sûr que depuis que Yannick est là, les résultats sont différents. Il ne faut pas les prendre à la légère, après tout, ils étaient identifiés comme l'une des meilleures équipes en début année. Ils savent qu'ils peuvent produire et ils l'ont démontré dernièrement. Aller jouer à Chicoutimi, ce n'est jamais facile, il faudra être prêt dès la première minute.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer