Rancuniers, ces Cataractes!

Anthony Beauvillier a marqué son 24e but de... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Anthony Beauvillier a marqué son 24e but de la saison en plus de récolter une passe, samedi, dans la victoire contre Sherbrooke.

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les Cataractes sont rancuniers. Et pas à peu près! Bafoués 7-1 en début de saison par le Phoenix, les hommes de Martin Bernard ont orchestré une spectaculaire revanche samedi, qui s'est matérialisée par un gain de 8-2 acquis devant 2400 personnes au Centre Gervais Auto.

C'est Anthony Beauvillier, qui d'autre, qui a lancé le règlement de comptes en battant Alex Bureau d'un tir précis dans la lucarne à la septième minute de jeu. Ses coéquipiers ont alors emboîté le pas, et ajouté deux buts avant la fin de la période.

Ils étaient tout aussi fringants au début de la deuxième, ce qui a permis de gonfler l'avance à 5-0. Les Cataractes ont alors versé un peu dans la dentelle, accordant de bonnes chances de marquer, mais Marvin Cüpper s'est dressé contre toute remontée potentielle. Avec un Cüpper aux commandes d'une telle avance, les Shawiniganais ont vogué lentement mais sûrement vers un gain de 8-2.

Huit marqueurs différents ont battu Bureau, qui n'affichait pas, il est vrai, sa forme des beaux jours. À sa décharge, sa défensive l'a bien mal appuyé, et le portier natif de Trois-Rivières a dû négocier avec une quantité industrielle de tirs décochés de l'enclave.

Outre Beauvillier, James Phelan, Alex Pawelczyk, Christophe Lalonde, Olivier Caouette, Alexis D'Aoust, Dylan Labbé et Giovanni Fiore ont fait scintiller la lumière rouge pour les locaux, qui ont ainsi subtilisé le huitième rang au classement général au Phoenix.

«On avait parlé avant le match de notre premier affrontement face au Phoenix et les gars ont bien réagi. Ils avaient des jambes, ils les ont bien utilisées. On affrontait une équipe rapide, c'est ce dont on avait besoin. Notre début de match a été solide et on a donné une avance à notre gardien, qui a su bien la protéger», analysait Martin Bernard.

«Ça fait du bien de prendre notre revanche. Même si ça faisait un bout de temps, on n'avait pas oublié une défaite aussi cinglante à la maison. On voulait se reprendre», reconnaissait Dylan Labbé, qui dit avoir apprécié au plus haut point voir son patron Martin Mondou basculer dans le camp des acheteurs après deux saisons de misère. 

«L'équipe va bien, c'est tellement plus l'fun de venir à l'aréna quand tout le monde a un sourire dans le visage. On a relevé de gros tests depuis le début de la saison, on a prouvé qu'on pouvait battre tout le monde. Je ne pense pas qu'il nous manque grand-chose pour aller loin cette année, si on travaille tous ensemble dans le même sens.»

Dans l'autre vestiaire, Judes Vallée était déçu de la prestation de ses hommes. «Les gars ont lâché après le troisième but. C'est la deuxième fois que ça arrive en peu de temps. D'habitude on revient mais aujourd'hui, on n'a montré aucun caractère face à une équipe qui était bien préparée», soulignait Vallée, dont l'équipe a plus de mal depuis un mois à engranger les victoires. 

«En début de saison, notre talent brut faisait la différence. Mais à ce stade-ci de la saison, on ne peut plus se fier juste à ça. Il faut s'assurer de placer la rondelle, de bien jouer défensivement, bref d'accepter de réaliser certains petits détails. On l'a fait hier (vendredi) face aux Voltigeurs et ça s'est très bien passé mais aujourd'hui (samedi), on a fait beaucoup trop de jeux individuels et on a vu le résultat.»

Les deux équipes se retrouveront jeudi à Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer