Lendemain de veille difficile à Val-d'Or

Le Centre Air Creebec était rempli en finale... (Photo: La Presse)

Agrandir

Le Centre Air Creebec était rempli en finale l'an dernier, mais depuis le début de la nouvelle saison, les Foreurs évoluent devant des gradins beaucoup plus dégarnis.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Val-d'Or) Le party a été mémorable le printemps dernier à Val-d'Or avec la conquête de la Coupe du Président, mais le lendemain de veille commence à s'étirer un peu trop chez les Foreurs, qui sont menacés de rater les séries et qui sont loin de faire courir les foules en début de saison.

Le directeur-gérant des Foreurs, Alexandre Rouleau, est confiant... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le directeur-gérant des Foreurs, Alexandre Rouleau, est confiant que son équipe sera plus performante au cours des prochaines semaines.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Directeur-gérant et actionnaire de l'équipe, Alexandre Rouleau convient qu'il ne s'attendait pas à être obligé de virer son journal à l'envers pour voir son club en bonne position au classement. Ça ne l'empêche pas de croire que l'équipe est en train de se replacer sur les rails.

«On parle de lendemain de veille et ça ressemble pas mal à ça! La première séquence de dix matchs a été très difficile, je pense qu'on croyait que les victoires seraient plus faciles à décrocher. On n'apportait pas beaucoup d'émotion dans nos matchs. Nous ne sommes pas où on voudrait au classement, c'est certain, mais il reste beaucoup de matchs à la saison et ça va de mieux en mieux.

On déploie plus d'intensité depuis cette séquence-là et j'ai l'impression que les résultats s'en viennent», analyse le jeune homme de hockey, qui pointe évidemment la défensive comme premier secteur à redresser pour recommencer à gagner des matchs avec plus de constance.

«On a la pire moyenne défensive de la ligue, c'est sûr qu'on doit s'améliorer à ce chapitre. Notre offensive est jeune mais elle produit. Quand nous réussirons à accorder moins de buts, nous serons en bonne position pour gagner notre part de matchs.»

Parallèlement aux efforts sur la glace, le personnel administratif redouble d'effort pour convaincre les amateurs de hockey de la région de supporter davantage l'équipe.

Le spectaculaire parcours de l'équipe lors des dernières séries a permis aux Foreurs de vendre 200 billets de saison de plus et de signer quelques nouvelles ententes avec le monde des affaires, mais les foules enregistrées jusqu'ici sont loin d'être suffisantes pour permettre à l'équipe de faire ses frais. Le bruit court à travers la ligue que les Foreurs ont quand même déposé un bilan financier écrit à l'encre rouge l'an dernier malgré tous ces matchs locaux présentés en éliminatoires, ce que ne nie pas Rouleau.

«On a dû travailler très fort pour que ce soit correct sur le plan financier l'an dernier, avec une moyenne de 1850 amateurs par match. C'est sûr qu'à long terme, on vise une moyenne de 2000. On n'a pas d'inquiétude à ce niveau, le corporatif répond bien et nous avons une bonne entente avec la Ville.

Le défi, c'est d'aller chercher les amateurs un par un, car c'est plus tranquille à la porte les soirs de match. On sent pourtant plus de fierté en ville grâce à la Coupe l'an dernier, nos couleurs sont affichées. On travaille à traduire ça en plus de présences aux matchs et on fait particulièrement des efforts pour séduire la clientèle familiale.»

Concentré, Richard

La reconstruction des Foreurs sur la glace devrait se faire autour des Nicolas Aubé-Kubel, Julien Gauthier, Olivier Galipeau et Anthony Richard, qui produit à la hauteur des attentes avec ses nouvelles responsabilités. «Il est explosif, il connaît un super bon début de saison. Il est arrivé prêt au camp et je le sens plus concentré, autant sur la glace qu'à l'école», mentionne Rouleau, en convenant que son protégé traverse une saison importante puisqu'il sera éligible au prochain repêchage de la LNH.

«Il a des attentes, il se met de la pression, mais en même temps, il est très réceptif aux consignes de Mario (Durocher) et il veut s'améliorer. On veut l'accompagner et l'aider à atteindre ses objectifs.»

Le Trifluvien jure quant à lui que le repêchage ne monopolise pas son attention. «J'y pensais davantage l'an dernier! Cette saison, j'ai plus de responsabilités et ça va bien. Je me concentre à aider l'équipe à gagner. On ne connaît pas le départ souhaité, il faut le reconnaître. Sauf qu'on sait que nos jeunes en défensive vont progresser tout au long de la saison et que si on continue à travailler fort, les résultats vont finir par être au rendez-vous.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer