Trois victoires d'affilée pour Shawinigan

Brandon Gignac et les Cataractes connaissent passablement de... (PHOTO: SYLVAIN MAYER)

Agrandir

Brandon Gignac et les Cataractes connaissent passablement de succès depuis une dizaine de jours. La formation shawiniganaise est invaincue à ses trois dernières sorties.

PHOTO: SYLVAIN MAYER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Il est pratiqué à toutes les séances d'entraînement, il est presque aussi souvent découpé segment par segment sur vidéo. Il a également coûté plusieurs heures de sommeil aux entraîneurs... et une couple de victoires depuis le début de la saison!

Mais dimanche, le jeu de puissance des Cataractes s'est enfin réveillé et sa fureur a littéralement détruit la journée de travail des Saguenéns, qui ont quitté la Mauricie après un douloureux revers de 6-1.

Humiliés 8-1 vendredi à Rimouski, les Saguenéens avaient pourtant amorcé ce duel sur les chapeaux de roues, ce qui leur avait permis de se forger une avance de 1-0 grâce à un barrage de 17 tirs.

Les visiteurs ont toutefois creusé leur propre tombe en deuxième en écopant de trois pénalités successives, dont une majeure imposée à Jérémy Carignan qui a blessé Evan Scott avec une charge dangereuse dans le dos. Les Cataractes en ont alors profité pour se façonner une savoureuse poussée de quatre buts en avantage numérique, ce qui coupé les jambes des Saguenéens, qui croupissent contre toute attente au 17e rang du classement général en ce moment.

Les Cataractes sont rentrés au vestiaire avec une avance de 5-1, qu'ils ont protégée en troisième afin de signer une victoire sans appel devant plus de 2700 amateurs ravis sur l'avenue Jacques-Plante.

«Nous sommes tombés dans le piège en première. On a manqué un peu de respect, même si c'était évident que les Saguenéens allaient connaître un bon départ après leur défaite à Rimouski. On a revu notre vraie équipe en deuxième et notre jeu de puissance a fait la différence», analysait Martin Bernard.

«Le jeu de puissance, c'est une grosse question d'exécution. Les gars bougeaient bien ensemble collectivement, on sentait l'énergie. Ç'a provoqué de l'espace libre...»

Bernard s'encourageait aussi avec la fin de match de ses hommes, qui ont eu tendance à échapper des avances ces dernières semaines. Cette fois, les Cataractes sont restés droits comme un chêne et ils ont évité le cachot. «C'était le mot d'ordre en troisième, la discipline. Il y a eu des matchs cette saison où on s'est fait plaisir, aujourd'hui ce n'était pas le temps. Les gars étaient concentrés en troisième.»

Dans l'autre camp, Patrice Bosch déplorait que les officiels aient raté un bâton élevé d'un joueur des Cataractes, quelques instants à peine avant la majeure imposée à Carignan.

«Ça change tout. Si la pénalité est appelée, ce sont d'autres joueurs qui embarquent, en avantage numérique. Les Cataractes ont été très bons à cinq contre quatre, nous avons été très mauvais en désavantage numérique. Mais tout part d'une pénalité non appelée et qui a sûrement été vue. Ça s'est passé à côté de notre banc, le juge de lignes était tout près. Ils sont quatre sur la glace, il faudrait peut-être qu'ils soient huit sur la glace», déplorait Bosch, qui croit que sa bande méritait mieux que le pointage au tableau indicateur.

«On avait un excellent match en première. En troisième, on avait un bon match. C'est une décision qui a renversé le scénario complètement.»

Anthony Beauvillier a encore une fois dirigé l'attaque de son équipe avec une production d'un but et deux passes, une production identique à celle de son coéquipier Dennis Yan. Gabriel Slight, Olivier Caouette, Sébastien Gauthier et Dylan Labbé ont également déjoué Julio Bilia, bombardé à 45 reprises.

Marvin Cüpper a pour sa part fait face à 35 rondelles. «Martin (Bernard) nous a réveillés au premier entracte, on a pris conscience qu'il fallait travailler davantage si on voulait gagner. On a par la suite profité de nos chances en avantage numérique. On savait que la pénalité majeure était un point tournant du match et on voulait faire la différence. L'exécution a fait le reste», a conclu Beauvillier, qui apparaît maintenant au neuvième rang des marqueurs dans la LHJMQ avec une fiche de 15 buts et 14 passes en 22 matchs.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer