Éric Veilleux adore son nouveau défi

Éric Veilleux peut renouer avec quelques-uns de ses... (Photo: Twitter)

Agrandir

Éric Veilleux peut renouer avec quelques-uns de ses anciens protégés dans la Ligue américaine, notamment Anton Zlobin qu'il a croisé récemment.

Photo: Twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le Drakkar a beau se pavaner en tête du classement général à la surprise de tous, sa visite vendredi soir au Centre Gervais Auto a un peu moins de cachet que par les années passées, puisque ce n'est plus Éric Veilleux qui le pilote.

Après neuf saisons dans la LHJMQ - sept à Shawinigan, deux à Baie-Comeau -, le petit général sentait qu'il avait fait le tour du jardin et il a accepté un poste d'adjoint avec les Admirals de Norfolfk, dans la Ligue américaine. Sans détour, Veilleux admet qu'il aurait préféré graduer en tant que pilote, mais il considère que l'expérience qu'il vit aux côtés de son ex-coéquipier Jarrod Skalde sera salutaire dans son parcours.

«Après la dernière saison, j'ai eu des discussions avec plusieurs équipes professionnelles, dont certaines pour un poste d'entraîneur-chef. Pour une raison ou pour une autre, il y a des portes qui se sont refermées, mais celle de Norfolk s'est ouverte alors que c'est un de mes anciens coéquipiers qui avait obtenu le poste de pilote. Je me retrouve au sein d'une bonne organisation, celle des Ducks d'Anaheim, où il y a une belle stabilité au sein de leur personnel. Le timing était bon pour moi, tant du point de vue professionnel que familial, alors j'ai accepté le poste», explique Veilleux.

«Depuis 2001, je travaillais à ma façon, alors c'est loin d'être mauvais de pouvoir apprendre de d'autres hommes de hockey. Chaque entraîneur a un chemin bien à lui, Bob Hartley a commencé en tant qu'adjoint à Jacques Martin à Cornwall... Ça ne fait que deux mois que je suis à Norfolk et déjà, je peux dire que je suis un meilleur entraîneur. Si jamais une opportunité de diriger chez les pros se présente dans le futur, je serai plus prêt que si j'avais eu un poste semblable cet été.»

Veilleux a beau avoir changé de pays et être passé des rangs juniors aux rangs pros, il garde un oeil avisé sur ce qui se passe sur la planète LHJMQ. Il se réjouit des succès du Drakkar et... il surveille attentivement la progression des Cataractes! «Il reste de gros morceaux chez le Drakkar. L'équipe va bien, je suis content. De plus, elle ne pourra que profiter des retours au jeu de (Valentin) Zykov et (Jérémy) Grégoire. Quant à Shawinigan, je mentirais si je disais que je n'ai pas écouté quelques matchs en début de saison. J'ai encore des amis dans cette équipe, notamment Steve Larouche. Et je connais bien aussi Martin Bernard...»

Cataractes et Drakkar devront faire un maître vendredi soir, dans le premier duel à Shawinigan entre les deux clubs depuis le balayage subi le printemps dernier par les Shawiniganais. Un défi de taille pour les jeunes Cataractes, puisque les visiteurs se pointent avec une seule défaite en temps réglementaire à leurs dix dernières sorties.

Chez les hommes de Martin Bernard, il n'y a eu que trois victoires au cours de la même séquence, mais ils peuvent s'encourager avec ce gain enregistré aux dépens de l'Océanic samedi dernier. «On affronte une excellente équipe et notre mandat, c'est de se donner une chance de gagner à chaque match contre ce genre d'équipe. On a réussi ça dernièrement, on veut le reproduire face au Drakkar. Tous les duels intra-division sont importants», note Bernard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer