Les Cataractes s'inclinent 5-3 à Québec

Les Remparts ont eu besoin de tout leur petit change pour garder leur aura... (Le Soleil)

Agrandir

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Québec) Les Remparts ont eu besoin de tout leur petit change pour garder leur aura d'invicibilité à domicile vendredi soir. Les Cataractes ont livré une bonne performance à Québec et ils menaient même 3-2 après 40 minutes de jeu mais pour un deuxième match d'affilée, ils sont rentrés à la maison les mains vides parce qu'ils ont été incapables de fermer les livres. En troisième, Dmytro Timashov a mis un point d'exclamation à une soirée fort productive en gonflant son total de points à cinq, orchestrant une remontée qui a conduit à un gain de 5-3 des locaux.

Les Remparts ont eu besoin de tout leur petit change pour garder leur aura d'invicibilité à domicile vendredi soir. Les Cataractes ont livré une bonne performance à Québec et ils menaient même 3-2 après 40 minutes de jeu mais pour un deuxième match d'affilée, ils sont rentrés à la maison les mains vides parce qu'ils ont été incapables de fermer les livres. En troisième, Dmytro Timashov a mis un point d'exclamation à une soirée fort productive en gonflant son total de points à cinq, orchestrant une remontée qui a conduit à un gain de 5-3 des locaux. 

Ce scénario ne rend pas justice aux visiteurs, qui n'ont jamais reculé d'un pouce face à leurs hôtes nettement plus matures. Mais pour une rare fois depuis le début de la saison, le portier ennemi a été supérieur à Marvin Cüpper et les Remparts ont su profiter d'une erreur de Dylan Labbé à la ligne bleue offensive pour fabriquer le but égalisateur en milieu de troisième. 

À partir de là, les deux clubs semblaient destinés à poursuivre leur duel au-delà des trois périodes réglementaires et à empocher au moins un point. Mais en fin de troisième, une pénalité fort discutable décernée à Olivier Caouette a ouvert la porte à l'avantage numérique des Remparts, et Timashov a fait bondir les quelque 7000 amateurs présents au Colisée en battant Cüpper à l'aide d'une pièce de jeu spectaculaire. Le dernier filet de Timashov a été inscrit dans une cage abandonnée, pendant que les jeunes Cataractes rageaient au banc...

«On n'a pas joué un vilain match, mais de petites erreurs ont fait mal. Sur le but égalisateur, on a laissé Marc-Olivier Roy seul dans l'enclave. Parce qu'un gars a échappé son homme en repli... C'est inconcevable, surtout quand le gars est aussi connu que Roy. Tu te dois de savoir qui est sur la glace quand tu embarques», pestait Martin Bernard, qui a soif de résultats. «Il faut apprendre de ça. J'ai hâte qu'on puisse fermer les livres, qu'on comprenne ce que ça implique pour y arriver... On n'est pas peewee AA, on est junior majeur, il faut progresser.»

Bernard n'a pas voulu élaborer sur la pénalité imposée à Caouette, mais il ne pouvait que convenir que c'est de plus en plus difficile d'avoir un style de jeu physique. «Tout est appelé maintenant, c'est dur de comprendre où on s'en va avec le jeu physique. À ce que je sache, c'est encore permis de frapper! »

Caouette, de son côté, se sentait un peu mal. «On a appelé un assaut, pourtant j'étais en repli défensif et en baisse de vitesse. Par contre, c'est vrai que (Adam) Erne avait la tête un peu basse. Ceci dit, ça fait partie de mon style de jeu de donner des mises en échec et je ne dois pas changer ça. C'est plate de partir d'ici les mains vides, on a bien joué tout au long du match», soulignait le vétéran de 20 ans, qui avait vu ses compagnons de trio Anthony Beauvillier et Dennis Yan battre Brassard plus tôt dans la soirée. L'autre filet des Cataractes fut l'oeuvre de James Phelan.

Un message porteur

Dans l'autre vestiaire, Philipe Boucher confiait que le message livré dans le vestiaire au deuxième entracte avait porté fruits. «On sait qu'on ne gagnera pas tous les matchs à domicile cette saison mais j'ai dit aux gars que si on devait perdre, il fallait que ce soit en jouant notre style de jeu, pas de la façon dont on a joué lors des deux premières périodes. Les gars ont bien répondu, nous avons disputé une excellente troisième», convenait le patron hockey des Diables Rouges, en rendant crédit aux Cataractes pour leur performance. «Ils nous donnent toujours du fil à retordre, ils étaient bien préparés pour ce match. De notre côté, c'était plus difficile en début de match, comme c'est souvent le cas après un long voyage. La bonne nouvelle, c'est qu'on a encore trouvé le moyen de gagner, même si ce n'était pas parfait.»

Carnet de notes

Les Cataractes reprennent le boulot dès samedi après-midi, avec la visite de l'Océanic de Rimouski au centre Gervais Auto. Justin Paré a été rappelé des rangs midgets AAA, et il sera en uniforme face aux équipiers de Serge Beausoleil, qui ont baissé pavillon 3-2 vendredi soir à Drummondville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer