Une période de trop pour les Cataractes

À son troisième départ de la saison, Antoine... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

À son troisième départ de la saison, Antoine Samuel n'est pas à blâmer pour ce gênant revers des Cataractes, qui ont laissé les Wildcats revenir dans un match qui semblait pourtant leur appartenir.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Shawinigan) Les Cataractes avaient une période de trop à leur agenda en fin de semaine. Après une belle victoire signée en fusillade samedi, ils étaient à 20 minutes d'un deuxième triomphe consécutif en moins de 24 heures à domicile dimanche lorsque le toit du centre Gervais Auto s'est affaissé sur eux. Du coup, l'avance de 4-2 bâtie après 40 minutes s'est transformée en défaite gênante de 6-5 face aux Wildcats de Moncton.

Ces derniers étaient pourtant arrivés à Shawinigan avec très peu d'essence dans le réservoir. Battus à leurs trois dernières sorties, privés de leur meilleur marqueur Christophe Lalonde, blessé la veille à Drummondville, les Wildcats affichaient peu de conviction au cours des deux premières périodes. Sans être parfaits, les Shawiniganais en avaient profité pour réserver les deux points à l'enjeu en s'emparant d'un coussin de deux buts.

Mais une succession d'erreurs en troisième, jumelées au brio du duo russe Vladimir Tkachev-Ivan Barbashev ont complètement modifié le scénario original et fait perdre quelques cheveux à Martin Bernard, qui était d'une humeur massacrante lors de son point de presse.

«Pour être honnête, on a inventé une manière de perdre. En avance 4-2, en parfait contrôle du match, on demande aux gars d'avoir de la maturité et de bien gérer la troisième et on commence la période en se ramassant dans la boîte des punitions. On se fait ensuite lever le bâton par en arrière, on fait des petites erreurs... Si on veut grandir comme équipe, on se doit d'être plus mature dans notre jeu», soupirait-il, en ne cachant pas avoir été irrité par le jeu de certains vétérans.

«Il y a une raison pour laquelle on utilise ces gars-là dans une situation semblable. Ils ont de l'expérience, on s'attend à ce qu'ils montrent le chemin aux autres et ça n'a pas été fait, alors on paye pour et on sort d'ici sans point. Aucune raison ne peut justifier de donner trois buts en moins de dix minutes!», tranchait-il.

À son troisième départ de la saison, Antoine Samuel n'est pas à blâmer pour ce revers. Barbashev et Tkachev ont passé la soirée à s'installer près de lui en toute impunité, alors l'explosif duo a repris l'autobus après une journée au bureau de six points.

À l'autre bout de la patinoire, Gabriel Slight (2), Sébastien Gauthier et Evan Scott ont réussi les quatre premiers filets des Cataractes, tandis que Giovanni Fiore a marqué le cinquième but des siens dans la dernière minute de jeu alors que les locaux avaient rappelé Samuel au banc.

«C'est certainement la défaite la plus décevante à mon avis», plaidait pour sa part Dylan Labbé. «J'ai fait une erreur qui a coûté un but, il y en a eu d'autres par la suite. Il faut apprendre de ce qui s'est passé ici aujourd'hui.»

Dans l'autre camp, Darren Rumble s'apprêtait à s'offrir une longue balade en autobus pas mal plus plaisante qu'anticipée. «On a joué une bonne première mais en deuxième, quelques gars sont tombés endormis et les Cataractes en ont profité. Je suis toutefois fier d'avoir vu les gars trouver un moyen de revenir et de remporter ce match. Ça peut devenir un point tournant dans notre saison. C'est à tout le moins un match qui va aider à augmenter notre confiance.»

L'ex-Cataractes Alex Dubeau, qui en était probablement à son dernier départ à Shawinigan, savourait le moment. «Ce ne fut pas un match de gardiens mais une victoire, c'est une victoire! C'est toujours spécial pour moi de revenir à Shawinigan, ça faisait une semaine que je pensais à ce match. Les choses ne sont pas faciles pour nous depuis quelques matchs mais nous n'avons pas abandonné, nous nous sommes battus et c'est bien d'être récompensés.»

Carnet de notes

En l'emportant samedi face aux Huskies, les Cataractes ont décroché la 1500e victoire de l'histoire de la concession shawiniganaise. Plus vieille franchise dans le circuit Courteau, les Cataractes sont les premiers à atteindre ce prestigieux plateau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer