Les Cataractes remercient leur capitaine

Félix-Antoine Bergeron n'est plus le capitaine des Cataractes,... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Félix-Antoine Bergeron n'est plus le capitaine des Cataractes, équipe qui l'avait repêché en 2010. En 147 matchs dans la LHJMQ, il a amassé 60 points.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Les Cataractes ont tranché dans le délicat dossier des joueurs de 20 ans. C'est le capitaine de l'équipe, Félix-Antoine Bergeron, qui a été invité à faire ses valises jeudi matin, après que le directeur-gérant Martin Mondou eut été incapable de l'échanger au cours des derniers jours.

«J'ai vraiment tout tenté pour lui permettre de continuer à jouer junior mais je n'ai pas été en mesure de boucler une transaction. Félix-Antoine va donc poursuivre sa route dans le junior AAA.»

Le blogue de Steve Turcotte sur le départ de Bergeron >>>

Le défenseur Sébastien Gauthier se voit donc offrir le troisième casier permanent de 20 ans dans le vestiaire shawiniganais, les deux autres appartenant à Olivier Caouette et Marvin Cüpper. «On a analysé le rendement des deux joueurs depuis le début de la saison, ainsi que leur impact, et on croit que Sébastien fait de nous une meilleure équipe», soulignait le directeur-gérant Martin Mondou.

La rencontre de jeudi matin a été émotive. Bergeron, en excluant Dylan Labbé, qui était réserviste à l'époque, était le dernier survivant de l'équipe championne de 2012. «Ce n'est jamais évident de laisser partir un joueur comme lui, mais il fallait trancher. Ce n'était pas une situation facile pour notre entraîneur, et Félix-Antoine était tanné de ne pas jouer beaucoup», ajoutait Mondou.

«Dire au revoir à un gars qui s'est dévoué corps et âme pour l'équipe, c'est toujours difficile. Des fois, tu libères un gars pour des raisons de discipline, ou parce qu'il ne cadre pas dans la philosophie de l'équipe. Dans le cas de Félix-Antoine, tout le monde sait que ça n'a rien à voir. C'est un individu formidable, qui laisse un héritage point de vue éthique de travail important au sein de notre organisation. Quand cette équipe sera à maturité, il pourra dire qu'il a eu son mot à dire dans l'évolution de ce groupe», plaidait pour sa part Martin Bernard, dont le club se retrouve orphelin de capitaine.

«Ça fait trois capitaines échangés en quelques mois chez nous, je doute qu'un joueur souhaite le titre! Blague à part, nous sommes chanceux, cette équipe mise sur plusieurs leaders. On va prendre le temps de mûrir notre décision, car elle ne doit pas être prise à la légère. Mais nous avons les éléments en place pour prendre le relais», assure Bernard.

En quatre matchs depuis le début de la saison, le vétéran natif des Bois-Francs avait amassé trois passes. «Depuis quelques jours, je m'attendais à cette décision», confiait le fougueux attaquant. «Je croyais toutefois que j'allais être échangé, qu'une équipe dans la ligue viendrait me chercher. C'est sûr que c'est décevant de ce côté. Mais sinon, on s'est séparé sans rancune. J'ai adoré mon séjour à Shawinigan, je suis fier de ce que j'ai apporté à cette équipe ces dernières années. Je vais prendre quelques jours de repos, puis j'irai à Princeville dans le junior AAA dans un bon état d'esprit», promettait celui qui ne ferme pas la porte à un retour dans le junior majeur si on cogne à sa porte dans quelques semaines.

«On verra si ça se produit. Mais chose certaine, je ne ferme aucune porte.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer