Kevin Lacroix sera l'homme à battre

Kevin Lacroix sera en quête d'une troisième victoire... (Olivier Croteau)

Agrandir

Kevin Lacroix sera en quête d'une troisième victoire de suite dans les rues trifluviennes.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après avoir remporté toutes les épreuves sur circuit routier cette saison, Kevin Lacroix semble en bonne position pour s'imposer lors de l'épreuve de la série NASCAR Pinty's dimanche. Mais quelques pilotes auront les dents longues.

Depuis le début de la saison, plusieurs coureurs ont eu maille à partir les uns avec les autres.

C'est le cas de Lacroix, qui a remporté l'épreuve de ICAR en jouant du museau un peu trop fort au goût de quelques uns de ses adversaires. Il n'avait pas été pénalisé par NASCAR.

Puis la semaine suivante, c'était au tour d'Andrew Ranger de se retrouver dans le mur, gracieuseté d'Alex Tagliani. Il s'agit là d'un petit échantillon de tous les accrochages qui ont pu se dérouler lors des huit premières épreuves du calendrier. Avec des murs rapprochés et une victoire en bout de ligne, est-ce que certains comptes se règleront à Trois-Rivières?

«Peut-être que les gars vont être plus agressifs avec moi, mais il y a une limite. Tagliani a sorti Ranger à Toronto et pourtant, tout le monde ne parle que de moi à ICAR. Oui j'ai touché des gens, mais ce n'était que légèrement. Je pense que ce qui a frustré certains, c'est que j'ai gagné cette course. Mais je pense que les pilotes sont passés à autre chose. Tag était le plus fâché, on a regardé la vidéo et il est correct avec ça maintenant», explique Lacroix.

«Andrew, je ne lui ai pas reparlé. C'est lui qui a parti le bal et dans tous les pilotes que j'ai chargés, il est le seul que je n'ai pas touché. Je pense qu'il est déçu parce que j'ai gagné alors qu'il était en lutte au championnat avec moi à ce moment.»

Pratiquement éliminé de la course au titre, Andrew Ranger promet d'avoir le couteau entre les dents dimanche et que seule la victoire comptera. Visiblement, lui et Lacroix ne sont pas à inviter au même party.

«C'est pire que dans les dernières années, les coups de cochon. Il y en a eu pas mal et NASCAR ont laissé les choses aller trop loin. Ils ont commencé à mettre leur pied à terre et ont pénalisé Kevin parce que ça n'avait pas de sens. On ne savait plus quel était le règlement. C'est là qu'ils ont perdu le contrôle. Le bout du bout, c'est vraiment Lacroix à ICAR. C'était n'importe quoi. Il a fessé tous les chars en piste», mentionne le pilote de Granby, qui pestait encore sur l'épisode l'impliquant avec Tagliani lors du Grand Prix de Toronto, le 15 juillet dernier.

«Avec Alex, c'est le premier à chialer quand ça brasse, mais on arrive à Toronto, on est plus vite que tout le monde, c'était le temps de marquer des points pour remonter Lacroix au classement et il vient me faire une passe de cabochon qui m'envoie dans le mur. Il s'est excusé... mais bravo champion, on a défait nos deux chars. On venait de donner la victoire à Lacroix.»

La relation entre Ranger et Tagliani n'est peut-être pas au beau fixe, mais ils partagent la même opinion en ce qui a trait au livre des règlements de la série Pinty's.

«Je ne sais pas comment les gars vont réagir, mais j'ai confiance qu'ils ne seront pas stupides. Notre plus gros problème, c'est l'inconstance des officiels et des directeurs de course. Les règlements doivent être blanc et noir, mais c'est toujours gris. Personne ne sait ce qu'on peut faire ou ne pas faire. C'est une vieille mentalité de course sur petits ovales, mais ça ne marche pas sur les circuits routiers. Pourquoi ferais-je un dépassement créatif quand je peux pousser comme Lacroix a fait à ICAR et que ça n'a pas été pénalisé?», questionne l'ancien pilote d'IndyCar, qui s'attend à être très rapide ce week-end.

Marc-Antoine Camirand regardera cette lutte de l'extérieur lors de son 21e GP3R puisqu'il ne dispute pas une saison complète. Son expérience le laisse croire que certains pilotes pourraient manquer de patience.

«Il ne reste que trois gars qui peuvent gagner le championnat: Lacroix, Labbé et Cayden Lapcevich. Louis-Philippe Dumoulin n'est pas loin, mais il risque de lui en manquer. Des gars comme Ranger et Tag, qui ont eu des prises de bec avec Lacroix, voudront-ils se venger parce qu'ils ne sont plus dans le championnat? Je pense qu'il va avoir une cible dans le dos.»

Un tour du chapeau?

Avec une incroyable séquence de cinq victoires consécutives sur circuit routier depuis 2016, Lacroix se voit comme l'homme à battre dans les rues de Trois-Rivières. Difficile de ne pas lui donner raison puisqu'il tentera de remporter un troisième GP3R de suite. La pression de ses adversaires ne l'incommode pas.

«Ça ne fait pas longtemps que je suis en NASCAR mais on a trouvé rapidement les bons ajustements à Trois-Rivières, et ce dès 2015. On n'a jamais rien changé depuis. Quand quelqu'un est derrière moi, je m'attends à ce qu'il fasse la même chose que j'ai fait à Mirabel, pas de problème avec ça. On ne parle pas de mettre quelqu'un dans le mur, c'est une autre histoire. Encore-là, si on veut toucher quelqu'un, il faut être capable de le rattraper! Je vais pousser fort sur les relances et je suis confiant que ça va bien se passer.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer