À la fois exaltantes et décevantes

Alex Tagliani est sans doute déçu, lui qui... (Olivier Croteau)

Agrandir

Alex Tagliani est sans doute déçu, lui qui a été victime d'ennuis électriques qui l'ont obligé à abandonner au 21e tour.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Dans l'ensemble, on a eu droit à une première journée de courses captivante. Par contre, une meilleure représentation sur le podium des pilotes locaux aurait davantage pimenté la soirée des milliers d'amateurs, la plupart vendus à la cause des leurs ou des têtes d'affiche.

Du lot, Alex Tagliani est sans doute parmi les plus déçus. Victime d'ennuis électriques en conclusion de journée pendant l'épreuve du Championnat canadien de voitures de tourisme (CTCC), Tag, qui combat une bronchite cette semaine, a abandonné au 21e tour.

Idem pour le Bécancourois Jocelyn Hébert, qui devait négocier avec une voiture en mauvais état. Impuissant, le Doc a dû se rendre à l'évidence.

«De la façon que la voiture répond, ce n'est pas cette fin de semaine que je reprendrai le record pour le nombre de podiums dans l'histoire du Grand Prix, a-t-il résumé. Je n'avais déjà pas de direction assistée, c'est déjà bon d'avoir survécu 13 minutes en piste. J'ai perdu mes freins, la pédale allait au fond. On espère que notre week-end de courses n'est pas terminé.»

Une Ferrari persona non grata

Dans un autre coin des puits, Philippe Gélinas de Grand-Mère dressait le même constat d'échec.

«Un connecteur, une petite niaiserie sûrment. Mais le moteur arrêtait et repartait. Je n'avais pas le choix d'arrêter pour sauver la voiture», expliquait-il, lui qui était pourtant dans le coup avant ces problèmes.

Il pouvait prétendre au top 3 dans la classe GT, ayant notamment réussi un dépassement sur Tagliani.

D'humeur massacrante, Gélinas pestait aussi contre la présence de Mario Guerin et de sa Ferrari. Le pilote de la région de Québec a terminé la course avec un tour d'avance sur tout le monde, sauf Chris Sahakian, 24 secondes derrière lui.

«C'est une disgrâce qu'il soit avec nous. J'étais deuxième à un certain moment, mais dans ma tête, j'étais premier. Une chance qu'il n'est pas trop driver, sinon il nous laverait tous les tours.» Gélinas pouvait prétendre à un podium à la maison.

Tagliani a également livré le fond de sa pensée. 

«C'est absolument ridicule de le voir courser avec nous. J'ai essayé de donner un show, mais il aurait pu me passer à droite, à gauche et même par-dessus! Ça n'a pas de sens. Si on accepte de telles voitures, qu'on leur ajoute de 250 à 300 livres de plomb pour équilibrer les choses, comme ça se fait partout ailleurs sur la planète.»

Le 13 chanceux de Paul Dargis

Toujours en CTCC mais dans la classe Touring, Paul Dargis de Trois-Rivières a fini deuxième. Sa 13e présence consécutive au GP3R se sera avérée chanceuse, lui dont la mécanique a souvent déçu le vendredi soir par le passé.

Coéquipier du Doc Hébert en Touring, Daniel Blanchette a pris le cinquième échelon de sa classe, le 12e au total sur les 21 voitures qui ont rallié la ligne d'arrivée.

Le meilleur en Formule 1600

La course la plus excitante de la fin de semaine jusqu'à présent appartient à la Formule 1600, qui a disputé deux de ses trois épreuves vendredi.

Dans le second épisode, les spectateurs ont eu droit à de belles batailles entre les prétendants des positions deux à cinq, pendant que Konrad Czaczyk voguait vers la victoire.

À noter qu'à peine 15 monoplaces sont inscrites au GP3R. On a cependant eu la preuve vendredi que la qualité prévaut souvent sur la quantité.

Avec la collaboration de Nicolas Ducharme




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer