Au nom du Père, et du Fils...

Le recteur du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Pierre-Olivier Tremblay, a... (Krystine Buisson)

Agrandir

Le recteur du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Pierre-Olivier Tremblay, a béni des voitures NASCAR jeudi. Les rites religieux sont souvent associés aux cérémonies protocolaires en sport automobile, mais il s'agit d'une première collaboration entre le GP3R et le sanctuaire.

Krystine Buisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) C'est une tradition: dans les minutes précédant l'épreuve reine du Grand Prix de Trois-Rivières, une courte prière est récitée afin de demander la protection aux pilotes, aux membres des équipes ainsi qu'aux spectateurs. Alex Labbé et Louis-Philippe Dumoulin ont poussé l'inspiration spirituelle un peu plus loin en faisant bénir leur voiture respective, jeudi au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap!

L'idée vient du recteur du sanctuaire, Pierre-Olivier Tremblay. Le Festival de l'Assomption battant son plein depuis le début de la semaine, il est tout à fait naturel, selon lui, d'orchestrer cette rencontre entre les deux organisations qui accueillent des milliers de touristes de l'extérieur, année après année.

«Ça démontre notre ouverture sur le monde, on est contents de travailler ensemble. Certains amateurs de courses viennent se recueillir au sanctuaire pendant leur séjour à Trois-Rivières et parmi les visiteurs du sanctuaire, on compte également des fans de sports automobiles», renchérit le directeur général du GP3R, Dominic Fugère, sous le regard approbateur du recteur, qui s'apprêtait à bénir les deux bolides NASCAR devant plusieurs curieux.

Une nouvelle tradition est-elle née entre ces deux événements touristiques majeurs? «Pourquoi pas! Nous, ça fait 50 ans qu'on est là, mais le Bon Dieu, ça fait pas mal plus longtemps. Ils ont une bonne longueur d'avance!»

Pierre-Olivier Tremblay rappelle que l'action de bénir des objets représente une vieille tradition dans l'histoire du christianisme. «En latin, bénir signifie dire du bien de quelqu'un ou quelque chose. Nous bénissons des voitures, des motorisés et des motos des visiteurs, mais nous bénissons surtout des pilotes.»

Malheureusement, ces dits pilotes ne se sont pas pointés jeudi après-midi. Alex Tagliani avait aussi manifesté son intention à se rendre dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, mais peine perdue. Qu'à cela ne tienne, si jamais Dumoulin (champion de l'édition du GP3R en 2014) ou Labbé (l'actuel meneur du championnat canadien de NASCAR) devaient franchir la ligne d'arrivée en premier dimanche, parions que la bénédiction piquerait l'intérêt de davantage d'équipes pour la 49e édition! «Ils seront 28 à faire la file ici l'an prochain si ça se passe comme ça», rigolait le maire Yves Lévesque, heureux de cette nouvelle collaboration entre le GP3R et le sanctuaire.

«Alex Tagliani me racontait que sa grand-mère lui donnait de l'eau bénite avant ses courses en Indycar, il aime à croire que cela a eu un impact sur sa carrière car il n'a jamais été blessé gravement. On ne souhaite pas conjurer le sort, mais si ça rend certaines personnes plus confortables que ça nous permet de célébrer ensemble notre passion avec les visiteurs, on dit oui», conclut Fugère, alors que Pierre-Olivier Tremblay procédait à l'acte sacerdotal.

«Que Dieu les bénisse et les garde, au nom du Père, au nom du Fils et du Saint-Esprit.»

Amen.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer