Quel sera l'impact de la pluie?

Champion en titre de la saison 2016, Mattias... (Olivier Croteau)

Agrandir

Champion en titre de la saison 2016, Mattias Ekström est de retour à l'action après avoir raté la manche suédoise il y a quelques semaines. La pluie pourrait complètement changer la donne ce week-end.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La bonne nouvelle, c'est que la finale du Championnat mondial de rallycross, dimanche sur le coup de 15 h, devrait se disputer sous les rayons du soleil. La moins bonne, c'est que tous les pilotes, donc ceux du rallycross, du quad, des motos et des véhicules côte à côte, devront se taper une journée de pluie samedi. Quel sera l'impact sur le circuit, particulièrement dans la portion de terre battue à l'Hippodrome 3R?

«Ça reste à voir. Par contre, ça joue toujours du coude ici alors il faudra être encore plus vigilant», estime Reinis Nitiss, conscient que certains changements ont été apportés sur la piste afin de la rendre plus sécuritaire.

«En 2016, la piste n'a jamais réussi à sécher et durcir à cause des averses. On se souhaite que notre surface tienne le coup cette année», admet le directeur général Dominic Fugère, pas peur fier du travail abattu par son équipe de bénévoles dans cette section. «Ça nous a pris du temps à apprivoiser les techniques de rallycross. On parle de voitures de 600 chevaux qui atterrissent sur une piste où normalement, on voit des chevaux! Il fallait trouver une méthode pour ne pas trop manger la piste. On a fait du traitement de sol car ça creuse beaucoup. Je suis confiant que ça réponde mieux.»

Les dirigeants du GP3R ont aussi pris la décision d'ajouter deux blocs, à la fin du tracé de l'Hippodrome, pour forcer les pilotes à freiner avant de retourner sur le circuit traditionnel. «Avant ça, ils se dirigeaient vers le mur et ça créait un danger. Encore là, ça mangeait beaucoup la surface.»

On parle donc de modifications mineures, mais qui pourraient néanmoins avoir un impact positif sur la tenue de route en général, autant pour les voitures de rallycross que pour les autres catégories de véhicules. La marque de commerce de la manche canadienne demeure cette longue ligne droite au départ, la plus longue de tout le Championnat mondial, qui compte 12 épreuves. «Les motoristes doivent adapter les mécaniques en conséquence, souligne Fugère. Ils passent de 0 à 100 km/h en 2,2 secondes mais par la suite, il y a plusieurs chicanes et de la gravelle.»

Plusieurs prétendants

Une vingtaine de pilotes de la catégorie reine SuperCar s'affronteront durant le week-end. Ils devront amasser un maximum de points au cours de quatre séances de qualification afin de se classer pour les demi-finales, où l'on retrouvera 12 prétendants. La finale, disputée dimanche après-midi, ralliera les six meilleurs pilotes. Un seul montera sur la plus haute marche du podium.

Depuis 2014, le GP3R a couronné trois vainqueurs différents dans les rues de la ville. Bien malin celui qui peut prédire lequel des pilotes verra le drapeau à damier en premier, surtout que tout peut arriver en six tours de finale. On l'a vu dans le passé.

«J'avais hâte de revenir ici, je suis tellement excité et j'espère défendre mon titre», disait le Suédois Timmy Hansen, le champion inattendu de 2016. «Je ne m'étais même pas classé pour la finale, rappelle-t-il avec justesse. J'avais profité d'une disqualification d'un autre pilote (Timur Timerzyanov) pour me retrouver dans le top-6. J'en ai profité!»

Hansen, qui conduit une Peugeot, aura fort à faire pour répéter ses exploits. Johan Kristoffersson et Petter Solberg, de Volkswagen, détiennent les première et deuxième positions du championnat. Moins connu que certains de ses confrères, Kristoffersson, 28 ans, n'en reste pas moins l'un des meilleurs conducteurs de sa discipline dans le monde.

«Il y a encore cinq courses à l'horaire, mais je suis confiant, affirme le principal intéressé. Trois-Rivières est un bon test, il faut exécuter tellement de réglages pour être compétitif dans toutes les portions du circuit. L'équipe de Volkswagen prépare toujours bien nos bolides donc je suis optimiste pour Petter et moi.»

Mattias Ekström, aussi à l'aise en série DTM qu'en rallycross, fera un retour après son absence en Suède lors de la septième course du championnat, celle précédant Trois-Rivières. Troisième au classement des points, il est toujours un candidat pour la victoire. Idem pour Sébastien Loeb et Andreas Bakkerud. L'Allemand Timo Scheider, un excellent pilote de DTM à l'image d'Ekström, occupe le huitième rang du championnat à sa première année complète en rallycross.

La catégorie inférieure du SuperCar, formée des voitures RX2, moins puissantes, devrait aussi offrir un spectacle de qualité avec 17 inscrits. Le Français Cyril Raymond, champion en titre de cette classe, est à Trois-Rivières.

L'horaire des courses

SAMEDI 5 AOÛT

7 H 30: OUVERTURE DU SITE

8 H: PREMIERS ESSAIS

12 H 50: QUALIFICATIONS SUPERQUADS ET AMA SUPERMOTO

13 H 25: FORMULA DRIFT CANADA

14 H: PREMIÈRE QUALIFICATION, RALLYCROSS

16 H 30: DEUXIÈME QUALIFICATION, RALLYCROSS

17 H 10: SÉANCE D'AUTOGRAPHES

19 H 45: COURSE #1, AMA SUPERMOTO ET SUPERQUADS

21 H: FIN DES ACTIVITÉS

DIMANCHE 6 AOÛT

7 H 30: OUVERTURE DU SITE

8 H: QUALIFICATIONS SUPERQUADS ET AMA SUPERMOTO

9 H: FORMULA DRIFT CANADA

9 H 30: DEMI-FINALES CXE

13 H: DEMI-FINALES, RX2 ET CXE

13 H 15: SÉANCE D'AUTOGRAPHES

14 H: FORMULA DRIFT CANADA

15 H: FINALE, CHAMPIONNAT DU MONDE DE RALLYCROSS

15 H 50: PODIUM

16 H: COURSE #2, SUPERQUADS ET SUPERMOTO

17 H 15: FORMULA DRIFT CANADA

18 H 30: FERMETURE DU SITE




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer