Fugère veut Dumoulin en rallycross

Louis-Philippe Dumoulin a été initié au rallycross au... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Louis-Philippe Dumoulin a été initié au rallycross au GP3R de 2015.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il n'en est qu'au stade des négociations, mais le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières, Dominic Fugère, assure qu'il travaillera fort pour amener un Québécois à temps plein dans le Championnat mondial de rallycross 2017.

En entrevue au 106,9 FM lundi, le dg du GP3R en a surpris plusieurs en évoquant la possibilité de voir, dans un proche avenir, un pilote canadien prendre part à toutes les épreuves du championnat. Il a même lancé le nom du Trifluvien Louis-Philippe Dumoulin comme candidat potentiel.

«Nous avons clairement énoncé nos intentions à la firme IMG qui gère le championnat, confirme Fugère. Si on en a un, le rallycross connaîtra une hausse de popularité au Québec et ce sera favorable autant pour nous que pour eux.»

Les bonzes de IMG, Paul Bellamy et James Taylor, ont d'ailleurs assisté à la 47e édition du GP3R la semaine dernière et sans surprise, certaines discussions tournaient autour de ce sujet.

On se rappelle que les deux parties souhaitent boucler une entente d'au moins trois ans pour la tenue de la manche canadienne à Trois-Rivières. La ville accueille les stars mondiales du rallycross depuis les débuts de la série en 2014.

«J'ai le goût que ça marche. Ça fait un bout de temps que j'en parle, mais là, il faut que ça devienne plus sérieux. Les gens de IMG comprennent que pour populariser leur série en Amérique, ils ont besoin de nous.»

Au stade embryonnaire

Si le projet stimule Dominic Fugère, ce dernier mentionne au détour qu'il n'en est qu'au stade embryonnaire. Louis-Philippe Dumoulin corrobore ces propos.

«J'ai beaucoup d'intérêt, surtout que ça pourrait cadrer dans mon horaire avec la série NASCAR Pinty's. Ça me permettrait également d'avoir une vitrine à l'échelle mondiale», soulignait le pilote, mercredi au Nouvelliste.

«C'est flatteur qu'il pense à moi, ça prouve que chez les Dumoulin, nous sommes des pilotes versatiles! Plus jeunes, mon frère et moi, on faisait de la course sur glace, car nous n'avions pas assez d'argent pour aller au karting. On a touché à beaucoup de choses dans notre carrière.»

Et Dumoulin a été initié au rallycross au GP3R de 2015, même si l'aventure s'était avérée décevante en raison d'une voiture tout sauf compétitive.

Convaincre son partenaire

Selon Fugère, inscrire un pilote à temps plein en Rallycross RX demande des investissements d'environ 400 000 euros par année. Ça prend donc un partenaire solide, ce que Dumoulin a depuis quelques années en NASCAR avec WeatherTech.

Mais encore là, les deux hommes jouent de prudence: aucune négociation n'a été entreprise avec la compagnie. «On parle d'un exemple hypothétique, explique Fugère. WeatherTech est présent sur le marché européen, on trouve que ça a du sens. Mais on devra leur présenter le projet et nous n'en sommes pas encore là.»

«Ça nous prend un dossier ferme, établi et structuré», ajoute Dumoulin, qui laissera Dominic Fugère faire les premiers pas. «Je veux vraiment me concentrer sur ma fin de saison en NASCAR avant de penser à l'an prochain.»

Le directeur-gérant du GP3R s'envolera pour la France dans deux semaines, où aura lieu la prochaine épreuve du championnat. Il rencontrera notamment les patrons de IMG.

En plus de Dumoulin, les noms de Patrick Carpentier, Andrew Ranger et Antoine L'Estage ont souvent été cités comme pilotes potentiels nord-américains qui pourraient rejoindre le Championnat mondial de rallycross.

Médaillé d'or en rallycross aux X Games et octuple champion canadien de rallye, L'Estage est proche de Subaru. Si le constructeur, déjà impliqué dans le championnat américain, décide de faire le saut dans la série internationale, le Québécois pourrait s'avérer une option intéressante.

Quant à Carpentier et Ranger, ils ont prouvé sur le circuit trifluvien qu'ils étaient en mesure de conduire ces voitures avec brio.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer