La revanche de Coupal en Coupe Micra

Michel Barette a félicité Xavier Coupal après sa... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Michel Barette a félicité Xavier Coupal après sa victoire.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Xavier Coupal aura dû attendre 24 h de plus pour décrocher sa première victoire au GP3R depuis 2013, en Formule 1600.

Le meneur au classement de la Coupe Nissan Micra l'a emporté dimanche après avoir été pénalisé la veille pour un dépassement illégal, perdant du même coup sa première victoire de la fin de semaine.

Pourtant, Coupal était monté sur la première marche du podium au terme de l'épreuve de samedi après une bataille en piste avec Stefan Rzadzinski.

Mais trois heures plus tard, les officiels de la série, après avoir revu la course, ont décidé de pénaliser le pilote de Saint-Jean-sur-Richelieu de 30 secondes pour avoir effectué un dépassement illégal dans le dernier virage du circuit, le Villeneuve, et ce, même si le directeur de course n'avait pas cru la manoeuvre inadmissible.

À vrai dire, la séquence ressemblait à s'y méprendre à la conclusion de la course de NASCAR Canada de 2015 entre Andrew Ranger et Kevin Lacroix. Coupal a donc pris le septième rang.

«C'est ambiguë. Ce qui a été dit à la réunion des pilotes et ce qui a été appliqué est différent. Ce n'est pas moi qui fait les règles. Je pense que c'était 50/50 du début de la manoeuvre. Je pense qu'il y avait assez de place pour les deux. Il m'a porté à l'extérieur, mais il savait qu'il y avait du dégagement. Sans mur, je voulais le dépasser. Je vais prendre la pénalité comme un homme, même si ça grafigne pour le championnat», avouait Coupal, qui considère tout de même avoir eu un week-end parfait.

Ce dernier n'a pas caché sa déception de voir les dirigeants de la série prendrent une telle décision, particulièrement quelques heures après la course.

«C'est une manière de faire que je n'ai jamais vue dans toutes les séries auxquelles j'ai participé. C'est comme la finale entre Kevin Lacroix et Andrew Ranger, c'est la même manière et il n'y avait pas eu de pénalité, même si je sais que ce n'est pas le même livre de règlements. Je ne veux pas me plaindre, (les gens de la série) font un travail acharné, et ce n'est que leur deuxième année. On va leur laisser une chance.»

Dimanche, Coupal, partant de la pôle, a mené presque toute l'épreuve, si ce n'est qu'au départ où Olivier Bédard a pris la tête. Toutefois, une neutralisation causée par un incident impliquant Valérie Chiasson et Timothy Hauraney quelques centaines de mètres plus loin a permis à Coupal de reprendre la tête. Mais Bédard n'avait pas dit son dernier mot et les deux se sont livré une lutte endiablée dans les tours suivants, dont une tentative de dépassement sur trois virages où les voitures étaient à quelques centimètres. Mais Coupal a finalement eu le meilleur.

L'épreuve aura toutefois laissé plusieurs amateurs sur leur appétit, puisque les deux neutralisations lors de cette course prévue pour 30 minutes auront amputé l'épreuve de plus d'une dizaine de minutes. Un autre incident impliquant Richard Spénard a mis un terme à la course de Valérie Limoges, emboutie par le vétéran, ainsi que Jean-Michel Isabelle, victime innocente de ce scénario. Spénard a été en mesure de poursuivre, terminant 6e.

Il a toutefois été pénalisé de 30 secondes pour contact évitable, le reléguant ainsi au 21e rang. Rzadzinski a vu le drapeau à damier en cinquième place, devancé par Nic Hammann et le Trifluvien d'adoption Kevin King. L'autre pilote de la région, Mario Berthiaume, a pris le 11e rang.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer