Earnhardt évite les embûches

Jeffrey Earnhardt a pris le septième échelon à... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jeffrey Earnhardt a pris le septième échelon à sa première sortie à Trois-Rivières.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si son grand-père Dale était surnommé The Intimidator, Jeffrey Earnhardt pourrait être surnommé The Navigator après la course de dimanche en NASCAR Pinty's.

L'Américain de 27 ans, qui roule sa bosse en Coupe Sprint aux États-Unis, a manoeuvré sur le circuit de Trois-Rivières en évitant toute problématique et il a pris le septième échelon à sa première sortie dans la série canadienne.

Qualifié 18e et victime de problèmes de transmission samedi, le pilote de l'une des plus célèbres familles américaines du stock-car est parvenu à négocier le circuit urbain du GP3R, même s'il ne mise pas sur une grande expertise dans ce type de tracé.

«J'ai adoré ça! J'avais beaucoup à apprendre en arrivant ici, mais mon équipe m'a permis d'y croire et je suis satisfait du résultat. Par contre, j'aurais aimé que mon coéquipier Alex Labbé finisse sur le podium. Si une autre occasion se présente dans le futur, je ne dirais pas non à un retour à Trois-Rivières. Les pilotes de la série canadienne sont très bons, c'est compétitif.»

Lapcevich impliqué dans deux incidents

Deuxième au classement général de la série, le jeune Cayden Lapcevich n'était pas pleinement satisfait de sa performance, malgré une sixième place. Il a été impliqué dans une collision qui a entraîné la deuxième neutralisation de l'épreuve au 27e tour.

Depuis quelques tours, Patrick Dussault et Simon Dion-Viens talonnaient le spécialiste des circuits ovales. Mais l'Ontarien avait réussi à résister, lui qui cherchait à accumuler quelques précieux points afin de ne pas prendre trop de retard au classement sur Andrew Ranger. Sauf que Dion-Viens a raté son freinage au premier virage et a complètement démolit sa voiture dans celle de Lapcevich. Ce dernier a toutefois été en mesure de reprendre la course.

«Je pense que nous avons terminé où nous croyions qu'on allait finir. Mais nous avons eu de la difficulté avec la voiture, qui était sous-vireuse. J'ai essayé de remonter et de prendre tout ce que l'auto pouvait nous donner, mais j'ai fait des erreurs qui ont coûté cher», a expliqué le coureur de 16 ans.

En fin d'épreuve, Lapcevich a été impliqué dans un deuxième accident. Mais cette fois, c'est lui qui a frappé un autre pilote, D.J. Kennington, au 6e virage. Louis-Philippe Dumoulin a été entraîné dans l'échappatoire avec Kennington pour éviter la collision.

«On avait une voiture qui pouvait se battre pour le top 5. Je suis quand même content de ce que nous avons fait aujourd'hui.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer