Les pompiers volontaires veillent à la sécurité des pilotes

Le travail des pompiers volontaires est primordial pendant... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le travail des pompiers volontaires est primordial pendant le Grand Prix de Trois-Rivières. Installée dans les puits de ravitaillement, l'équipe menée par Yvon Potvin reste aux aguets, prête à se déployer. On voit sur la photo, Martin Montembeault, Yvon Potvin, Yvon Gagnon, Louis Thiffault, Denis Potvin et Gilles Potvin

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Moins vous les voyez, mieux ça va sur la piste!

Et pourtant, le travail des pompiers volontaires est primordial pendant le Grand Prix de Trois-Rivières. Installée dans les puits de ravitaillement, l'équipe menée par Yvon Potvin reste aux aguets, prête à se déployer. Elle veille à la protection des pilotes et, si la situation le demande, des spectateurs.

«On a le feu sacré», s'exclame le chef du groupe, sous le regard complice de ses hommes. Lui-même pompier volontaire à Saint-Narcisse, Potvin se fait un devoir de revenir année après année au GP3R. Une tradition qui perdure depuis plus de 15 ans.

«Nous avons un excellent taux de rétention. Je te dirais que 99 % de nos pompiers reviennent pour les éditions suivantes. Ça prend beaucoup de discipline et c'est assez demandant, mais nous avons des gens de partout dans la région et même du Saguenay!»

Les pompiers interviennent pour divers motifs, des coups de chaleur aux feux de véhicule. Il y a quelques années, Yvon Potvin se souvient d'avoir dû éteindre le feu d'une monoplace de Formule 1600.

«Le pilote se trouvait encore dans la voiture et il y a eu une petite explosion. On ne savait même pas que son bolide brûlait avant d'arriver! Tu ne dois pas perdre de temps dans ce genre d'intervention.»

En une fin de semaine, les services des pompiers s'avéreront nécessaires à deux ou trois reprises, estime Potvin. Bien sûr, la météo influence la donne.

«C'est plus tranquille présentement avec la température plus fraîche et la pluie légère, convient le responsable. Il y a eu un incendie vendredi dans la voiture du Doc [Jocelyn] Hébert, mais sinon, rien de très grave à rapporter.»

Au moment de l'entrevue, la course de la série NASCAR Pinty's s'apprêtait à commencer. «On a été habitués à plus de voitures dans cette épreuve. Donc encore là, les risques diminuent.»

Mais les pompiers ne peuvent se permettre un moment d'inattention, surtout pas pendant que l'action se déroule en piste.

«On ne peut pas les quitter des yeux. Dès qu'un officiel ou un mécanicien nous fait signe, il faut se rendre sur place au plus vite.»

Si les pompiers volontaires sont postés dans les puits, ceux de la Ville de Trois-Rivières se retrouvent derrière le stade Stéréo Plus. Il y a donc deux camions sur le site.

«Les gars de la Ville sont là surtout pour protéger les bâtiments, car ça demeure un circuit urbain fermé. Il faut être prêt à agir rapidement si un feu se déclenche.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer