Lacroix indétrônable en NASCAR

Kevin Lacroix a eu droit à un week-end... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Kevin Lacroix a eu droit à un week-end parfait à Trois-Rivières.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Depuis 2007, Andrew Ranger est considéré par plusieurs comme le roi du Grand Prix de Trois-Rivières, n'ayant jamais terminé plus loin que deuxième. Mais un nouveau monarque semble être en voie d'être couronné.

Kevin Lacroix... (Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

Kevin Lacroix

Olivier Croteau

Détenteur de la pole, Kevin Lacroix a été tout simplement intraitable dimanche lors du 50 Tours Can-Am. Il a dominé l'épreuve de la série NASCAR Pinty's du début à la fin pour remporter une deuxième victoire consécutive à Trois-Rivières.

Si la finale de l'édition 2015 entre Lacroix et Ranger a été des plus serrées, les deux véhicules étant séparés par seulement cinq centièmes, il n'y a pas eu de doute cette année.

Lacroix a devancé Andrew Ranger par plus de deux secondes à la ligne d'arrivée, suivi d'Alex Tagliani. Son bolide était tout simplement inatteignable pour ses adversaires.

«Nous avons essayé beaucoup de choses depuis le début de la saison qui ont plus ou moins marché. À Trois-Rivières, nous n'avons pas pris de chance et nous avons utilisé les mêmes réglages que l'an passé», a expliqué Lacroix, qui repoussait du revers de la main les commentaires selon lesquels il abusait un peu trop de sa voiture.

«Lors de toutes mes victoires, tout le monde a dit que j'abuse de mon matériel, mais je finis premier! C'est la preuve que je suis capable de gérer mon matériel. Je prends l'espace nécessaire en avant et je peux gérer par la suite.»

La journée n'aura quand même pas été sans frousse pour le vainqueur. Lors d'une relance à la mi-course, Lacroix et Tagliani sont entrés en contact avant même le premier virage. Les deux pilotes préféraient ne pas jeter le blâme sur l'un ou l'autre.

«Ce que j'essayais de faire, c'est de prendre l'extérieur pour être à l'intérieur dans le virage 2. Mais je ne m'attendais pas à ce que ça fasse boum! Il voulait protéger sa place, mais on était pas mal large. J'ai fait un plat dans mon pneu droit et il y avait une vibration du tonnerre. Je me suis assuré de finir sur le podium», expliquait Tagliani.

«Je regardais Alex et j'étais peut-être trop concentré sur lui et mes yeux ont suivi mes mains, a lancé Lacroix. Dans les deux virages suivants, j'ai senti une vibration, mais c'était peut-être juste de la saleté sur les pneus. Il n'y a plus eu de problème ensuite.»

Cette lutte a ouvert la porte à Andrew Ranger, qui a pu prendre le deuxième rang. Mais même en augmentant la cadence, jamais il n'a pu réduire l'écart à moins d'une seconde. Il faut dire que Lacroix gardait le pied au tapis, à un point tel qu'il a bien failli anéantir tous ses efforts alors qu'il a touché le mur de pneus du virage 6 au 47e tour, sans dommage fort heureusement.

«Dès que j'ai touché les freins, je pensais que je m'en allais dans le mur. Je pensais que c'était la fin de ma course. Mais heureusement, j'ai gardé la voiture sur la piste. Mais je sentais la pression d'Andrew et il me rendait nerveux. Je ne pouvais pas me permettre de perdre du temps et perdre l'avance», a souligné Lacroix.

La course aura été relativement calme, avec seulement deux neutralisations. Le drapeau jaune qui aurait pu permettre à Ranger de rattraper Lacroix n'est jamais venu en fin d'épreuve, malgré un incident impliquant Cayden Lapcevich, D.J. Kennington et Louis-Philippe Dumoulin lors de l'avant-dernier tour.

«Je suis content de ma deuxième position, même si j'ai souvent gagné ici. On a eu des problèmes au début du week-end, avant de trouver de bons réglages. Quand j'ai vu l'erreur de Kevin avec deux tours à faire, je me suis dit que j'allais peut-être avoir une chance.

Mais non, et j'ai gardé ma deuxième place. Parfois, il faut savoir jouer ses cartes. Kevin avait des réglages canons. On a touché le maximum de cette voiture en fin de semaine», a analysé le Granbyen.

Avec cette victoire, Lacroix grimpe au quatrième rang du classement, alors que Ranger accentue son avance au sommet par cinq points sur Cayden Lapcevich. Tagliani se pointe au troisième rang alors qu'Alex Labbé, quatrième dimanche, conclut le top 5.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer