Un peloton maigre, mais relevé

Les pilotes seront moins nombreux qu'à l'habitude en... (Olivier Croteau)

Agrandir

Les pilotes seront moins nombreux qu'à l'habitude en série NASCAR Pinty's, ce qui pourrait donner une course plus excitante.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Avec seulement 22 inscrits, il n'y aura jamais eu aussi peu de pilotes sur le circuit du GP3R depuis 2007 lors de l'épreuve reine de l'événement, le 50 Tours Can-Am de la série NASCAR Pinty's. Et pourtant, il pourrait s'agir de l'épreuve la plus relevée des dernières années... à moins que la pluie vienne tout changer.

Au cours des dernières éditions, on a pu voir jusqu'à 33 pilotes sur le tracé du parc de l'Exposition, ce qui signifie que plus de la moitié de la grille de départ était composée de coureurs non réguliers et surtout, moins expérimentés. Combien de fois dans les dernières années les spectateurs ont été forcés de regarder les dix derniers tours de l'épreuve au ralenti puisqu'un drapeau jaune avait été déployé à la suite d'un incident à l'arrière du peloton? Avec 22 pilotes, les risques de collision seront réduits de beaucoup.

«Je pense que ça va être plus fluide. Mais au-delà de ça, le calibre a tellement augmenté. Nous avons fait des pratiques à Toronto et il n'y a pas eu un seul drapeau jaune. Les gars ne frappent plus le mur. Le niveau de compétitivité augmente. C'est intense. Ce ne sont pas des brochets!», clame Alex Tagliani, qui en a pourtant vu d'autres.

Depuis le début de la saison, ce sont les Québécois qui mènent la charge au classement de la série NASCAR Pinty's, puisque cinq des six premières positions au classement sont occupées par des pilotes de la Belle province, dont Andrew Ranger en tête avec 289 points. Seul le jeune Cayden Lapcevich, 16 ans, brise cette hégémonie en se pointant au deuxième échelon, avec un petit point de retard sur Ranger. Le Granbyen ne pourra donc pas être conservateur dimanche.

«Je devrai être agressif, en utilisant ma tête. Lapcevich, on verra, mais d'habitude il ne performe pas nécessairement bien sur ce type de circuit. Ce sera important pour moi de bien faire.»

Derrière, Tagliani accuse un retard de 25 points sur Ranger, puisqu'il a raté une épreuve cette saison. Alex Labbé, Louis-Philippe Dumoulin et le gagnant de 2015, Kevin Lacroix, ferment la marche. «Tag» a remporté deux des trois dernières épreuves du calendrier. À vrai dire, il serait au sommet du classement s'il avait terminé dans le top 19 à Mosport, épreuve à laquelle il était absent.

Vainqueur en 2014, Dumoulin est confiant, lui qui dit avoir réglé ses problèmes de freins et de moteur qu'il l'ennuyaient depuis mai.

«Je ne peux pas être conservateur et je vise tout le temps la victoire. Mais au fil de la course, tu t'ajustes selon le matériel que tu as. Si je vois que je ne peux terminer qu'en troisième ou quatrième place, je vais être intelligent pour finir en avant quand même», note le Trifluvien.

La pluie pourrait tout changer

Les résultats jusqu'ici cette saison pourraient bien ne plus vouloir rien dire si jamais la pluie s'abat sur la région samedi et dimanche, comme le prédisent les météorologues. Si c'est le déluge samedi, les voitures pourraient bien être envoyées en piste dimanche sans même l'avoir visitée, le tout avec des pneus de pluie rarement utilisés. La grille de départ serait alors établie selon le classement général.

«S'il pleut (samedi), ils ne nous feront pas faire de qualifications, puisque nous sommes en deux groupes et c'est impossible d'avoir une piste identique. Et s'il pleut en pratique, personne ne va sortir. C'est donc dire qu'on pourrait partir la course alors que personne n'aurait fait un seul tour. Ça va être la folie!», prédit Tagliani, visiblement intrigué puisqu'il n'a pas couru dans ces conditions depuis 2008.

On pourrait donc revivre le spectacle de 2011. La course s'était déroulée sous la pluie et plusieurs pilotes n'avaient pas prévu le coup. Impressionnant de voir certains passer la raclette sur leur pare-brise en pleine ligne droite.

«Avec ces pneus, ce n'est pas terrible sous la pluie. Il ne faudra pas faire d'erreurs. Ça fait deux ans que nous n'avons pas roulé sous la pluie! Je sais qu'on a un système d'aération de la mort... mais je ne l'ai jamais essayé!», rigole Ranger qui était passé de 14e à 2e sous la pluie en 2011.

Si c'est le cas, les pilotes de circuit routier auront assurément un avantage notable dimanche.

«Ça c'était bien passé pour moi, on avait mené une partie de l'épreuve et nous n'avions pas eu trop de problèmes de visibilité. Les pilotes pourront profiter de leur expérience passée. Par contre, c'est dommage pour les amateurs qui veulent avoir du fun», souligne Dumoulin.

Le frère de ce dernier, Jean-François, sera l'un des pilotes non réguliers ce week-end, tout comme Marc-Antoine Camirand et Jeffrey Earnhardt. Les trois s'élanceraient donc à l'arrière du peloton si la séance de qualification est annulée. Mais contrairement à l'Américain et aux pilotes du reste du Canada, les deux coureurs de la région disposent de beaucoup plus d'expérience sur le circuit trifluvien.

«C'est un avantage que nous avons et j'en suis bien content. En plus, ce n'est pas un sprint, alors ce ne sera pas la fin du monde de partir à l'arrière», conclut Jean-François Dumoulin.

Horaire du week-end

Samedi 13 août

8 h 35 - Ouverture du site

11 h 55 - Course Coupe Porsche GT3

14 h 40 - Course Formule 1600

15 h 45 - Course CTCC

16 h 45 - Course Coupe Nissan Micra

18 h - Qualifications NASCAR Pinty's

22 h - La Magie des Feux (parc portuaire)

Dimanche 14 août

8 h - Ouverture du site

9 h - Course IMSA Prototypes Lites

10 h 45 - Course Coupe Porsche GT3

11 h 45 - Course Coupe Nissan Micra

13 h 15 - Séance d'autographes sur la piste

15 h 40 - Course NASCAR Pinty's

17 h - Course IMSA Prototypes Lites

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer