Le néophyte devenu commentateur

Frédéric Beaulieu... (Olivier Croteau)

Agrandir

Frédéric Beaulieu

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) «Je partais de loin. Je ne savais même pas comment effectuer un changement d'huile...» Et pourtant, Frédéric Beaulieu est bien devenu un commentateur de sports automobiles!

Quand le directeur général du GP3R Dominic Fugère l'a approché en 2014 pour tâter son intérêt à participer au reportage de la première épreuve du Championnat mondial de rallycross présentée à Trois-Rivières, le journaliste d'Énergie 102,3 n'a pas su quoi lui répondre sur le coup.

«Mes connaissances des courses se limitaient à la victoire de Jacques Villeneuve en Formule 1», lance en riant le Shawiniganais, aujourd'hui beaucoup plus à l'aise quand il décrit les différentes épreuves diffusées à RDS.

«Dominic m'a dit que si je faisais du hockey, je devais être en mesure de parler de voitures. Quand quelqu'un suggère ton nom, c'est difficile de décliner l'offre. Je suis retourné à l'école. J'ai étudié le monde des courses!»

Il a donc pris place dans le studio du GP3R aux côtés de Marc Cantin pour décrire la victoire de Petter Solberg en 2014. Une épreuve au cours de laquelle Patrick Carpentier s'était aussi signalé en participant à la finale lors de son baptême de feu en rallycross.

L'initiation de Beaulieu s'est avérée concluante, tellement que Fugère a proposé au Réseau des sports de l'engager comme substitut. Le dg a dû se montrer convaincant pour vendre son ami à l'employeur. «Ils émettaient certaines réserves et c'est normal. J'étais qui moi, au juste? Je suis descripteur au hockey junior, pas un connaisseur de courses.»

Mais RDS a suivi les recommandations de Fugère. À ce jour, Frédéric Beaulieu a prêté sa voix à des séries comme le rallycross, la Formule électrique (il a remplacé Pierre Houde pour quelques épreuves), le NASCAR et la Formule 3. Dans cette dernière, il campe le rôle de descripteur principal. «C'est incroyable d'avoir la chance de suivre le jeune Lance Stroll, le plus bel espoir du Québec pour la Formule 1.»

Il y a deux ans pourtant, Beaulieu n'aurait probablement pas connu Stroll! «Je manquais gravement de connaissances autant du côté des pilotes que pour les voitures. Mais j'ai développé ma curiosité et j'ai découvert une nouvelle passion. Le rallycross, je tripe! Il n'y a que les ovales en NASCAR qui m'allument un peu moins.»

Beaulieu a pour modèle Denis Casavant, l'un des commentateurs parmi les plus respectés au Québec, entre autres grâce à sa grande versatilité. «Il m'inspire beaucoup et si ma carrière devait continuer dans ce domaine, j'aimerais qu'elle ressemble à la sienne.»

Frédéric Beaulieu commentera les épreuves de la Coupe Nissan Micra et du Championnat canadien des voitures de tourisme en fin de semaine au GP3R.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer