Le rallycross est là pour rester

Malgré une hausse de la vente des billets,... (Olivier Croteau)

Agrandir

Malgré une hausse de la vente des billets, les gradins n'étaient occupés qu'à environ 50 %, une tendance que l'on n'observe pas pour le week-end de la série Nascar.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un conte de fées lors de la finale de l'épreuve reine, une nouvelle série qui aura attiré une clientèle distincte et une hausse significative du nombre de spectateurs. Le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières, Dominic Fugère, estime que ce premier week-end d'activités mérite une note de 8 sur 10.

La température a dans l'ensemble été très clémente,... (Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

La température a dans l'ensemble été très clémente, si ce n'est que quelques gouttes de pluie.

Olivier Croteau

«On a eu du beau temps pendant presque toute la fin de semaine et nous avons confirmé la pertinence d'étirer notre programmation grâce à la popularité toujours croissante du Championnat mondial de rallycross.»

«Il n'y a pas de note discordante», affirmait sans détour le grand manitou de l'organisation, quelques heures après avoir remis les derniers trophées aux divers vainqueurs.

Selon lui, les gens apprécient la variété et l'instantanéité qu'offrent les types de courses se déroulant sur le circuit hybride, constitué d'asphalte et de terre battue en vertu du prolongement du tracé dans l'Hippodrome 3R.

D'ailleurs, Dominic Fugère sent que le niveau de connaissance augmente d'année en année. Cette tendance se transpose dans la vente des billets, autant au sein des estrades populaires qu'au niveau des loges corporatives.

«Je sens que désormais, il y a des convertis. Des clients de loges pour le NASCAR ont acheté deux billets pour les deux fins de semaine! Ils aiment le rallycross et les pilotes, ils savent que ce sont des vedettes internationales. Petter Solberg et Ken Block ne sont pas des inconnus et on l'a bien perçu dans les puits.»

En effet, il fallait voir les amateurs se masser devant les espaces réservés aux équipes de rallycross pour saisir que plusieurs d'entre eux mesuraient l'importance et le privilège associés à la présence de tels pilotes. La plupart des athlètes ont été généreux envers les amateurs.

Cette réalité incite le GP3R à poursuivre son association avec le Championnat mondial. Les deux parties travaillent sur un partenariat de trois ans, et peut-être même plus.

Mais pour continuer à prospérer au Québec, le rallycross devra bénéficier d'une présence plus active de pilotes québécois, du moins pour le rendez-vous trifluvien. On notait entre autres que les gradins n'étaient occupés qu'à environ 50 % de leur capacité.

«La Formule 1 a virevolté au Canada avant l'émergence de Gilles Villeneuve. Mont-Tremblant et Toronto se partageaient la course parce qu'ils trouvaient que c'était trop compliqué à organiser. Ils se passaient le Grand Prix comme une patate chaude! Nous, on croit que c'est une série qui a de l'avenir et qui continuera de faire connaître Trois-Rivières en Europe.»

Surtout que la fin de semaine davantage associée aux courses de sports extrêmes amène une nouvelle clientèle au parc de l'Exposition. Cette donnée était tout aussi perceptible, autant chez les dirigeants du GP3R qu'auprès des vendeurs sur le site.

Le Nouvelliste a croisé plusieurs de ces personnes qui ont noté un changement par rapport à la clientèle. Celle du rallycross est plus jeune. C'est probablement l'avenir de la course automobile.

«On a travaillé trop fort pour attirer cette série en ville pour décider de l'abandonner du jour au lendemain, estime Dominic Fugère. Au final, le rallycross, dans les négociations actuelles, nous coûterait moins cher qu'une course de la formule Indy Lights. En termes de visibilité, ça ne se compare même pas!»

«Les gens aiment les spectacles de boucane et la parade au centre-ville. Le succès de cette première fin de semaine nous confirme qu'on veut continuer dans la formule actuelle.»

Le populaire festival automobile, qui célèbre en 2016 sa 47e édition, prendra une pause de quelques jours avant de recommencer ce mercredi. Des activités seront alors prévues au centre-ville, en marge de la deuxième fin de semaine, qui impliquera davantage les voitures de stock-cars ainsi que plusieurs pilotes de la Mauricie et du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer