Impressionnantes... et effrayantes!

L'incident de Johnny Lewis a fait craindre le... (Olivier Croteau)

Agrandir

L'incident de Johnny Lewis a fait craindre le pire aux spectateurs. L'Américain s'en est finalement sorti avec plusieurs côtes fracturées.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les spectateurs du Grand Prix de Trois-Rivières ont eu droit à tout un baptême pour la première présence de motos sur le circuit trifluvien. Des courses rapides, mais qui ont donné droit à des accidents spectaculaires.

Dimanche, lors de la finale des catégories Pro Lite et amateur, deux incidents importants se sont produits, les deux au même endroit, c'est à dire dans la zone d'atterrissage du plus important saut du parcours. Le premier, impliquant Guillaume Lavoie, a laissé le Québécois avec une commotion cérébrale.

Puis, alors que la course reprenait, c'est Johnny Lewis qui a complètement raté son atterrissage pour passer par-dessus son guidon et durement tomber au sol. L'ambulance a été nécessaire et les spectateurs ont craint le pire après un incident d'une telle violence. Fort heureusement, seulement quelques côtes ont été brisées sur l'impact.

«C'est dommage, mais on est ici pour donner un spectacle et ce sont des choses qui arrivent. Mais nous n'avons jamais eu autant de problèmes importants dans la même course. Je ne crois pas que la piste est en cause», a indiqué le chef des opérations de la série, Matt Stewart.

À son avis, plusieurs pilotes ont tenté d'en mettre plein la vue afin d'impressionner la foule du GP3R, ce qui peut être la cause de ces incidents. Des propos qui trouvent écho chez Nicky Reimer, troisième chez les Pro Lites.

«C'est vraiment un événement plaisant. Avec une telle foule, ça nous donne envie de se donner encore plus et offrir un bon spectacle pour tous les partisans. La piste est vraiment différente de ce qu'on voit habituellement. La portion en terre était le fun et c'est technique. En plus, c'était intéressant d'être ici avec les voitures de rallycross. C'est déjà ma piste préférée, surtout avec les activités au centre-ville.»

À l'an prochain

Le directeur général du GP3R, Dominic Fugère, a apprécié ce qu'il a vu pour ce baptême à deux roues. Il n'a pas hésité à confirmer que la série américaine sera de retour en 2017.

«Les gars ont donné tout un spectacle. L'organisation est sur les chapeaux de roues. On ne se prend pas la tête, il n'y a pas de protocole, mais ils savent ce que les coureurs, les promoteurs et les spectateurs veulent. Je ferais des affaires avec eux n'importe quand.»

Stewart, lui, promet de peaufiner le produit afin de le rendre encore plus professionnel.

«Pour l'an prochain, je pense qu'il y a plusieurs choses que l'on peut faire. Outre, les accidents, est-ce que ç'a bien été? Oui, mais on peut toujours continuer à faire grandir le produit et c'est ce que l'on veut faire.

Dans la catégorie reine, les Pros, le champion en titre de la série Gage McAllister l'a emporté à deux occasions. Maxime Sylvestre a été le meilleur chez les Québécois, avec une sixième place.

Les pilotes de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Pros

9e Paul Jutras-Rouillard (Baie-du-Febvre)

10e Tommy Lemieux (Shawinigan)

11e Stéphane Dupont (La Tuque)

Amateurs

5e Gabriel Beaulac (Bécancour)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer