Parcourir le globe pour du rallycross

Fanatiques de rallycross, cinq Norvégiens ont assisté à... (Olivier Croteau)

Agrandir

Fanatiques de rallycross, cinq Norvégiens ont assisté à la troisième épreuve présentée à Trois-Rivières. Bjarte Sandven et ses amis n'auraient manqué pour rien au monde les courses d'Andreas Bakkerud, leur compatriote qui est aussi la fierté de la ville de Bergen où ils demeurent.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un groupe de spectateurs attirait l'attention dans les estrades populaires pendant le GP3R.

Fanatiques de rallycross, cinq Norvégiens ont assisté à la troisième épreuve présentée à Trois-Rivières. Bjarte Sandven et ses amis n'auraient manqué pour rien au monde les courses d'Andreas Bakkerud, leur compatriote qui est aussi la fierté de la ville de Bergen où ils demeurent.

«Je connais Andreas depuis sa naissance. Je l'ai vu commencer dans le karting et maintenant, nous le suivons à travers le monde en rallycross. C'est très excitant!»

L'expression parcourir le globe colle bien à Sandven et son groupe. En 2016, si tout se déroule comme prévu, ils auront pris part à 10 des 12 épreuves du Championnat mondial de rallycross!

«On essaie de confirmer notre présence en Argentine au mois de novembre, souligne Sandven. Si ça fonctionne, nous n'aurons raté qu'une course, celle en Allemagne. C'était particulièrement plaisant en Suède, où nous étions environ 200 à encourager Andreas.»

Les touristes scandinaves ont profité de leur séjour en Amérique pour visiter l'Ouest américain et la Floride. Mais de leur propre aveu, rien n'aura égalé leur expérience au GP3R!

La présence du populaire Ken Block a ravi... (Olivier Croteau) - image 2.0

Agrandir

La présence du populaire Ken Block a ravi les fans de course mais sur la piste, il a dû se contenter d'une cinquième place en demi-finale en rallycross. 

Olivier Croteau

L'Estage troque son volant pour un micro

Octuple champion canadien de rallye, Antoine L'Estage analysait les courses de rallycross en compagnie de Frédéric Beaulieu ce week-end.

Le vainqueur de sept titres nord-américains aimerait d'ailleurs poursuivre l'aventure dans les médias, lui qui avait déjà prêté sa voix au Réseau des sports pour des compétitions de karting par le passé.

«Mais jamais pour du rallye ou du rallycross, fait-il remarquer. C'est certain que je préférerais être dans une voiture, je travaille pour ça en vue de 2017.»

Associé à Subaru, L'Estage devra planifier plusieurs mois à l'avance s'il compte revenir au GP3R comme pilote. Il avait participé aux courses de RX Lites il y a deux ans. «Je reste en contact avec Dominic Fugère, car j'aimerais que ça débloque. Je suis confiant!»

Firmin Cadeddu, un jeune Français rempli de promesses

À 21 ans, Firmin Cadeddu figure parmi les plus beaux espoirs français du rallycross.

Le jeune homme a fait le voyage à Trois-Rivières en compagnie du journaliste Jean-Michel Leroy, question de s'initier au festival du GP3R. Même s'il n'a pas défié le difficile tracé trifluvien, Cadeddu promet qu'il fera tout en son possible pour se dénicher un volant l'an prochain au sein d'une équipe du Championnat mondial.

Disons qu'il est bien parti, lui qui mène le championnat de son pays dans la catégorie reine du SuperCar. «J'aime bien le circuit, c'est complètement différent de ce à quoi nous sommes habitués chez moi, observait-il. On ne prend pas autant de vitesse en France!»

À sa quatrième saison en rallycross, Cadeddu souhaite évidemment convaincre les commanditaires de le suivre dans l'aventure du mondial. Outre le vétéran Sébastien Loeb, aucun Français ne participe aux activités du championnat à temps plein, Davy Jeanney ayant été contraint de faire une croix sur les manches du Canada et de l'Argentine.

Un autre champion du monde en ville

On a longuement fait la nomenclature des neuf titres de champion du monde de rallye de Sébastien Loeb et des trois de Petter Solberg en rallye et rallycross, mais un autre champion du monde était au parc de l'Exposition ce week-end.

Le Finlandais Marcus Grönholm, qui a fait les beaux jours de Peugeot en rallye avec deux titres mondiaux en 2000 et 2002, est venu voir son fils à l'oeuvre, Niclas, en SuperCar. Le paternel a tenté sa chance en rallycross en 2012 dans le Global Championship aux États-Unis, où il a remporté les deux épreuves auxquelles il a pris part!

Retour dans le passé en moto

S'il s'agissait d'un premier passage des motos au Grand Prix de Trois-Rivières, ce n'est toutefois pas la première fois que des véhicules à deux roues s'affrontaient sur le terrain du parc de l'Exposition.

En 1954 et 1956, deux épreuves avaient été organisées sur un circuit semblable au tracé routier d'aujourd'hui, à l'exception que ce tracé passait derrière le stade de baseball, plutôt que par la rue de Calonne, et que la course se déroulait dans le sens des aiguilles d'une montre.

C'est sans oublier les nombreuses épreuves sur ovale qui se sont déroulées jusqu'en 2004 dans l'hippodrome.

Solberg en mode célibataire

À sa première venue en Mauricie en 2014, Petter Solberg était accompagné de sa famille et en avait profité pour prolonger le plaisir dans la région afin d'aller à la pêche. Même son enfant avait joué au hockey. Mais en 2016, c'est seul que le pilote de 41 ans est venu au Canada... ce qui ne l'a pas empêché de rester en contact.

En effet, samedi matin, son fils Oliver lui a téléphoné pour lui dire qu'il venait de briser sa transmission lors d'une course de crosskart en Europe. Visiblement, le rejeton n'a pas pensé qu'avec le décalage horaire, il était 5 h du matin au Québec!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer