AMA SuperMoto: la piste à la hauteur des attentes

Les pilotes de la série AMA Supermoto, dont... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Les pilotes de la série AMA Supermoto, dont le champion Gage McAllister, à gauche, étaient réunis au parc portuaire vendredi pour le lancement des activités du GP3R.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Pour la première fois de son histoire, le GP3R accueillera des motos ce week-end. Une nouveauté qui a nécessité la création d'une toute nouvelle portion de piste afin de recevoir en grand les pilotes à deux roues.

Dans sa majeure partie, le circuit de supermoto sera similaire à celui de rallycross. Toutefois, dans l'hippodrome, c'est une nouvelle section, située à l'arrière de l'anneau de course, qu'emprunteront les coureurs, plutôt que de passer devant les estrades intérieures. Les véhicules reviendront par la suite sur la piste actuelle à la sortie de l'ovale.

Afin de rendre le tout encore plus spectaculaire, deux sauts ont été ajoutés, dont un qui devrait permettre aux motocyclistes de s'envoler pendant de longues secondes. Pascal Thibeault a été l'un de ceux qui ont travaillé à l'aménagement de cette nouvelle portion au cours des derniers jours.

«Ce n'était pas facile d'adapter un hippodrome, parce que les chevaux courent la semaine d'après. Il fallait transporter beaucoup de terre et mettre des membranes pour que notre terre ne contamine pas la poussière de pierre en-dessous. Pour les sauts, c'est beaucoup d'essais-erreurs, parce que tu ne sais pas tant que tu ne l'as pas essayé.»

Il fallait aussi être certain que les pilotes seraient protégés en cas de chute, surtout que les murs pardonnent beaucoup moins qu'en voiture. C'est la portion où la piste rejoint celle d'asphalte, entre les virages Ryan et Villeneuve, qui causait le plus d'inquiétude.

«Le mur est loin, mais il est proche en même temps! Nous avons mis beaucoup plus de pneus, et des bénévoles ont mis des bouteilles de plastique dans des sacs. Ça absorbe l'énergie lors d'une chute», explique Thibeault.

Le chef des opérations de la série AMA Supermoto, Matt Stewart, était satisfait de ce qu'il a vu en inspectant le circuit.

«On avait des grosses attentes et jusqu'à présent, elles sont remplies. La piste a une grosse portion en terre battue comparée aux autres, mais c'est aussi le propre de notre série d'avoir de la diversité. Ça fera plaisir à ceux qui ont des antécédents en motocross.»

Des propos que partage le champion en titre du championnat dans la catégorie Pro ouverte, Gage McAllister.

«J'ai adoré la portion en terre battue. C'est large et c'est long. En plus, ils ont utilisé un rouleau compresseur. Ce sera vraiment intéressant pour les spectateurs, mais pour les coureurs aussi, et c'est important. Les sauts ont l'air bien, la piste, elle, rapide et simple. À mon avis, il y aura beaucoup de coureurs qui pourront suivre les meneurs.

Une soixantaine de pilotes

Avec la venue des motos à Trois-Rivières, les organisateurs espéraient remplir la piste de pilotes afin de donner un excellent spectacle aux amateurs dans les gradins. Ils pourront dire mission accomplie, puisque plus d'une soixantaine devraient fouler le circuit ce week-end, dans trois catégories différentes.

Parmi ceux-ci, entre 25 et 30 sont Québécois, un point qui était important pour les dirigeants du GP3R, qui tentent de rejoindre un nouveau public. Et certains pourraient se battre avec les meilleurs coureurs américains. Maxime Sylvestre, Tommy Lemieux, de Shawinigan, et Paul Jutras Rouillard, seront à surveiller dans la classe ouverte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer