Une rock star en ville!

Ken Block croit que le circuit de Trois-Rivières... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Ken Block croit que le circuit de Trois-Rivières est taillé sur mesure pour son style de pilotage.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Ils seront des centaines cette fin de semaine à se déplacer vers Trois-Rivières uniquement pour le voir conduire sa Ford Focus RS et, si la chance leur sourit, lui soutirer un autographe. Nul doute, le GP3R accueille en Ken Block l'une de ses plus grandes vedettes des 47 dernières années.

Ses vidéos ont été visionnées des centaines de millions de fois sur YouTube. Trois millions d'abonnés le suivent sur Instagram et sa page Facebook demeure plus populaire que celle du champion de Formule 1 Lewis Hamilton.

Il est aussi le cofondateur de la compagnie DC Shoes et, question de passer le temps, il participe en 2016 à toutes les épreuves du Championnat mondial de rallycross, après avoir effectué un passage remarqué au sein du penchant américain de la discipline.

Le charismatique pilote de 48 ans admet que cette première escale à Trois-Rivières représente un moment particulier, le GP3R étant la seule manche du championnat disputée en Amérique du Nord.

Au parc portuaire, des partisans vendus à sa cause faisaient la file pour le rencontrer et le prendre en photo. Très proche de ses fans, le coureur originaire de la Californie maintenant établi en Utah reconnaît le caractère distinct de l'épreuve trifluvienne.

«Ça ressemble beaucoup aux circuits temporaires du championnat américain Global Rallycross alors ça devrait me donner un petit avantage sur les autres, non? Je sais que la culture du rallycrosss grandit dans la région ici et je suis content d'y être», disait Block, en entrevue avec Le Nouvelliste alors que déjà, quelques curieux se massaient devant les quartiers de son équipe Hoonigan Racing, dans le stationnement du parc de l'Exposition.

«Je vais découvrir la piste de Trois-Rivières et j'espère qu'elle m'apportera beaucoup de positif!»

Car depuis le début du calendrier, Block n'a pas connu les succès espérés. Installé au 14e rang des pilotes, il a jusqu'à présent récolté 23 points. En comparaison, le meneur Mattias Ekström a emmagasiné 142 points.

«J'apprends encore à bien maîtriser ma Focus, puisque j'étais habitué avec ma Fiesta aux États-Unis. C'est ça le monde de la course automobile, ça prend du temps.»

Pas question toutefois de se laisser emporter par ces déceptions. S'il ne collectionne pas les podiums au rythme où il le voudrait, Block se réjouit de son expérience qui lui permet de visiter des endroits conçus typiquement pour le rallycross. En tête de liste, les courses de Hell en Norvège et de Holjes en Suède figurent parmi ses favorites.

«Nous sommes encore très loin de ce genre de sites aux États-Unis et au Canada. Je crois que ça nous manque pour passer à un autre niveau dans ce sport. Nous avons beaucoup de chemin à faire pour y parvenir.»

Ce qui nous mène à parler du circuit du Grand Prix de Trois-Rivières. Après avoir reçu son lot de commentaires acerbes en 2014, les dirigeants de l'événement ont beaucoup travaillé afin de rendre la piste plus accueillante pour ces voitures. La hauteur des sauts inquiétait entre autres les membres des équipes.

Block n'y était pas ces deux dernières années, mais il a immédiatement constaté la différence entre Trois-Rivières et la Scandinavie à son arrivée.

«En Europe, quand tu attaques un saut, tu atterris sur un plateau alors qu'ici, tu atterris sur le plat. Avec des voitures de rallye, il n'y aurait pas de problème sauf qu'en rallycross, nos suspensions sont plus basses, la voiture colle presque par terre alors ça cogne. Les voitures se maganent plus facilement et, à 48 ans, tu te ramasses avec un solide mal de dos», rigole Block, dont les critiques s'avèrent néanmoins constructives.

«C'est correct, on va négocier avec cette réalité et ce sera quand même très plaisant. C'est juste un léger manque d'expérience dans la planification des sauts.»

Le temps nous dira si la feuille de route de Block en championnat américain lui sourira à Trois-Rivières.

Horaire du week-end

Samedi 6 août

8 h - Ouverture du site

8 h 30 - Premiers essais

12 h 30 - 1re manche Formula Drift Canada (trois au total)

14 h - Qualifications de rallycross

14 h 45 - Qualifications de côte à côte

15 h 10 - Finale de l'AMA SuperMoto

16 h 15 - Qualifications de rallycross

18 h 30 - Fermeture du site

Dimanche 7 août

8 h - Ouverture du site

8 h 25 - Premiers essais

9 h 30 - Qualifications de rallycross

10 h 10 - Qualifications de côte à côte

11 h - 4e manche Formula Drift Canada

11 h 30 - Qualifications de rallycross

12 h 45 - Séance d'autographes

15 h - Finales de rallycross

16 h 25 - Finale de l'AMA SuperMoto

17 h 15 - Finale de côte à côte

17 h 40 - Finale de Formula Drift Canada

18 h 30 - Fermeture du site

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer