Le GP3R fait la cour à la famille Ford

Un des dirigeants de Ford Performance, Henry Ford... (Courtoisie)

Agrandir

Un des dirigeants de Ford Performance, Henry Ford III (à droite), s'est entretenu avec le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque et le directeur général du GP3R Dominic Fugère pendant près de 90 minutes, mercredi à Detroit. Lévesque et Fugère espèrent convaincre le géant américain de l'automobile de devenir le commanditaire majeur du Grand Prix.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Dominic Fugère avait été clair sur ce point il y a deux ans: le partenariat entre le Grand Prix de Trois-Rivières et la firme de renommée internationale IMG, promotrice du Championnat mondial de rallycross, ouvrirait des portes pour l'organisation. Comme une rencontre avec un des hauts placés de la compagnie Ford, à Detroit.

Flanqué du maire de Trois-Rivières Yves Lévesque, le directeur général du GP3R a eu la chance de s'entretenir avec Henry Ford III, l'arrière-arrière-petit-fils du célèbre fondateur de la compagnie automobile.

Cette réunion exceptionnelle, à laquelle participaient également des dirigeants de IMG et de Ford Performance, a duré environ 90 minutes.

L'objectif de cette campagne de séduction consiste à convaincre Ford de devenir le manufacturier officiel du GP3R, et par le fait même, son plus important commanditaire. En ces temps difficiles où les événements sportifs doivent négocier avec un dollar canadien de plus en plus faible, l'arrivée d'un poids lourd comme ce constructeur américain changerait la donne.

Si Fugère a préféré ne pas commenter le présent dossier, le maire ne s'est pas fait prier pour répondre aux questions. «On a mis la barre très haut», convient Lévesque, qui avance que la commandite de Ford supplanterait celle de Monster Energy. On parlerait d'un montant avoisinant les 300 000 $US.

«Ça représenterait un ajout majeur non seulement pour la série et le Grand Prix, mais pour toute la ville. Pendant plus d'une heure, nous avons expliqué à monsieur Ford qu'est-ce que c'était, le GP3R. Nous avons parlé des retombées économiques, des séries à l'affiche et de la clientèle, qui a rajeuni depuis l'arrivée des voitures de rallycross et de toute la portion des courses sur terre battue.»

Selon Lévesque, Henry Ford III affichait un vif intérêt au cours de l'exposé. Lui-même grand amateur de course automobile - il campe le rôle du directeur du marketing chez Ford Performance -, l'homme d'affaires semblait conscient de l'importance du Grand Prix de Trois-Rivières dans le prochain calendrier.

Le plus grand ambassadeur de Ford Performance, Ken Block, a déjà confirmé qu'il prendrait part à toutes les étapes du Championnat mondial de rallycross en 2016. Or, la seule course prévue en Amérique du Nord figure à l'horaire du GP3R.

«Je suis persuadé qu'on peut convaincre Henry Ford III de venir faire un tour à Trois-Rivières l'été prochain», sourit Yves Lévesque, très optimiste pour la suite des choses.

«Il a posé des questions au cours de l'entretien, on ne sentait pas qu'il était venu à reculons. Nous aurions pu passer par les gens de Ford Québec ou Ford Canada, mais non, nous avons eu une opportunité incroyable en grande partie grâce aux gens de IMG et nous en avons profité! Je vous en parle et je suis encore estomaqué», racontait le maire, qui a fait le voyage en voiture. Quant à Dominic Fugère, il devait se rendre à Daytona Beach, en Floride.

La rencontre était aussi propice pour discuter de l'avenir à moyen et long terme de l'association entre le GP3R et le rallycross. Fugère souhaite prolonger le contrat qui lie son festival automobile au promoteur IMG, la plus grande firme de marketing sportif au monde.

Le fait que le Grand Prix s'impose comme un véritable festival de la course automobile, s'échelonnant sur plusieurs jours, a d'ailleurs plu à Henry Ford III, un type visiblement terre à terre qui a cumulé plusieurs tâches dans la compagnie depuis 2006... dont vendeur de véhicules dans un concessionnaire!

Le maire Lévesque espère désormais que Ford répondra par l'affirmative à la requête de commandite. «Le Grand Prix, c'est 18 millions $ en retombées mais les subventions gouvernementales n'ont pas été modulées. J'espère aussi qu'on va pouvoir débloquer de nouveaux montants d'argent pour les éditions à venir. Je suis confiant avec la nomination de Julie Boulet comme ministre du Tourisme. En tout cas, ça bouge beaucoup en ce moment.»

D'ici là, Dominic Fugère et Yves Lévesque attendront avec fébrilité une réponse du clan Ford. Une décision qui pourrait propulser le GP3R à un autre niveau...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer