Rallycross : un Français règne sur Trois-Rivières

Davy Jeanney est le grand gagnant du rallycross... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

Davy Jeanney est le grand gagnant du rallycross au Grand Prix de Trois-Rivières, devant le Finlandais Toomas Heikkinen et l'Américain Tanner Foust.

Photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le Français Davy Jeanney a succédé à Petter Solberg. Il est le nouveau monarque du rallycross au Grand Prix de Trois-Rivières.

Bénéficiant des ennuis des favoris Solberg et Timmy Hansen en demi-finale, Jeanney a enlevé la septième manche du Championnat du monde de rallycross, samedi soir, devant un public beaucoup plus jeune que celui ayant assisté à la première fin de semaine du GP3R il y a quelques jours.

Victorieux pour la deuxième fois de la saison, Jeanney, quatrième en qualification, s'est imposé devant les Volkswagen Polo du Finlandais Toomas Heikkinen et de l'Américain Tanner Foust, dont le retour dans la cité de Laviolette après une initiation désastreuse l'an dernier a été couronné de succès.

Vendredi, peu d'observateurs auraient parié sur les chances de Jeanney. L'attention médiatique se concentrait autour de Solberg, Hansen et Mattias Ekström, vainqueur en série DTM pas plus tard que dimanche dernier en Europe.

«Je ne m'y attendais pas moi non plus», souriait le héros du jour, qui a très bien décrit l'essence même du rallycross.

«On a toujours une chance. J'ai eu de bons départs dans la phase finale, ce n'était pas le cas lors des qualifications. J'ai aussi profité des incidents à de très bons pilotes pour me faufiler.»

Le GP3R mise sur des attraits uniques dans l'univers de cette discipline de sport extrême. Les voitures parviennent à franchir les 200 km/h sur la longue ligne droite, une réalité qui n'existe pas ailleurs dans le championnat.

Le pilotage change rapidement aussi. Sur la piste temporaire de l'Hippodrome 3R, les sauts font partie du spectacle pour les amateurs... mais représentent un bon défi pour ses acteurs.

«En plus, c'est un circuit qui n'est pas permanent, alors ça rend l'endroit encore plus spécial. J'espère avoir autant de succès l'an prochain», concluait Jeanney.

Quant à Heikkinen, après avoir connu de sérieuses difficultés vendredi, il savourait sa deuxième place, tout comme Foust festoyait de récolter un podium, lui qui n'est pas un régulier dans la série.

Malheureux accrochage en demi-finale

Malgré l'heureux dénouement et la finale intéressante, on se demandera toujours ce qui serait survenu si Solberg et Hansen avaient eu leur chance en finale.

Les deux ont accumulé les bons chronos pendant toute la fin de semaine. Ekström était aussi très rapide, mais il a dû se contenter du dernier rang dans l'ultime épreuve (sixième au total).

Dans la première demi-finale, Solberg et Hansen (le coéquipier de Jeanney chez Peugeot-Hansen) sont entrés en contact et ce dernier n'a pu poursuivre la course. Reinis Nitiss, un autre jeune prodige, a également dû retourner dans les puits bredouille.

Les spectateurs ont assisté, par l'entremise des écrans géants, à une altercation entre Hansen et Solberg, champion du monde de rallycross et vétéran aguerri. Les deux hommes ont jasé fort avant de reprendre le chemin des paddocks.

C'était la première fois cette année que Solberg loupait la finale. Il mène toujours au classement général après sept manches, lui qui détient désormais une avance de 46 points sur son compatriote norvégien Andreas Bakkerud. Davy Jeanney pointe maintenant au cinquième rang.

La prochaine étape du Championnat mondial de rallycross se tiendra en enfer. En fait, il s'agit de la ville de Hell, en Norvège, et ça aura lieu dans deux semaines.

Toutes les voitures de rallycross seront expédiées en Scandinavie par avion. Pour gagner le Canada, elles avaient été transportées par bateau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer