Les maux de tête de Solberg s'envolent

Petter Solberg a terminé la journée en beauté,... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

Petter Solberg a terminé la journée en beauté, avec un nouveau record de piste.

Photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Ce qui semblait être une très mauvaise journée au bureau pour Petter Solberg s'est transformé en record de piste vendredi, lors des qualifications du Championnat du monde FIA de rallycross.

Louis-Philippe Dumoulin ne s'est pas battu à armes... (Photo: Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

Louis-Philippe Dumoulin ne s'est pas battu à armes égales avec ses adversaires.

Photo: Olivier Croteau

Frappé par la malchance, le vainqueur de l'épreuve 2014 a dû, après la première pratique de la journée, demander à ses mécaniciens de changer complètement son moteur... tout ça en 80 minutes.

«Il y avait quelque chose dans les données qui nous inquiétait, alors nous n'avons pas pris de chance et nous avons changé le moteur», a-t-il expliqué après la journée, prenant place à une table à pique-nique savourant un roll dog et une Molson Canadian au beau milieu de la foule.

Les problèmes n'étaient pas terminés. Sur la ligne de départ pour la première vague de qualifications, il a vu son pot d'échappement surchauffer, le forçant à disputer l'épreuve à bas régime, le reléguant parmi les plus lents du classement. Il devait absolument se reprendre afin de rattraper le temps perdu et être en bonne position pour les deux dernières vagues de qualifications, samedi.

Solberg n'a pas manqué son coup. Il a alors offert un sans faute, survolant la piste dans une performance qui a jeté par terre plusieurs habitués du domaine. Son temps, 3 minutes 24,786 secondes, est non seulement un record de piste, mais il est près de trois secondes plus rapide que celui de Timmy Hansen, au deuxième rang.

«Je l'ai clanché! Tous les autres pilotes sont venus nous voir pour nous dire que c'était incroyable. Quand j'ai besoin d'être rapide, je le suis et je devais l'être. En plus, j'avais poli mes souliers avant la course», a-t-il lancé en pointant ses espadrilles de cuir couleur or.

Grâce à cette performance, Solberg est de retour parmi les meneurs au quatrième rang. Il est devancé par Timmy Hansen, Mattias Ekström et Davy Jeanney.

Journée ruinée pour Dumoulin et Carpentier

La première expérience de Louis-Philippe Dumoulin en rallycross ne s'est certainement pas déroulée comme il le désirait. Depuis ses premiers essais à l'autodrome Saint-Eustache, mardi, le pilote savait que quelque chose clochait avec sa Mini Cooper Countryman, puisque le moteur surchauffait. Jamais l'écurie n'est parvenue à réparer ce problème. Finalement, en milieu de journée, après une première séance de qualifications où le Trifluvien était quatre secondes plus lent au tour que les meneurs, la décision a été prise de remplacer la tête du moteur, une fissure ayant été découverte par ses mécaniciens.

«Après deux tours, la lumière de surchauffe s'allume et le moteur tombe en mode limité, afin d'empêcher qu'il explose. Je ne pouvais pas pousser. L'équipe a essayé de colmater la fuite, mais ça n'a pas fonctionné», a expliqué le principal intéressé, qui estime que sa puissance dans ces conditions est de 460 chevaux, en comparaison aux 600 de ses adversaires.

À ses premiers coups de volant en rallycross, Dumoulin aurait espéré pouvoir compter sur plus de tours à plein régime, et il devra faire des pieds et des mains afin de combler l'écart qui lui permettrait de terminer en douzième place et ainsi accéder aux demi-finales.

«On va tenter de sauver les meubles le plus possible, dit-il. Je m'amuse au boutte... quand je peux.»

Les nouvelles ne sont guères meilleures pour son coéquipier chez JRM Racing, Patrick Carpentier. La frustration était d'ailleurs palpable après la journée de course pour les deux hommes. Le Québécois n'a pas terminé la première qualification, et s'est classé 13e lors de la deuxième. Il occupe le 18e rang cumulatif, deux places derrière Dumoulin. La puissance n'est tout simplement pas au rendez-vous, ce qui est fatal sur une piste avec une longue ligne droite comme Trois-Rivières.

«J'ai eu un de mes meilleurs départs en carrière. J'étais content parce que je me disais que j'allais être premier au virage... et finalement tout le monde est venu me rejoindre avant la courbe.»

Le pilote, qui avait surpris la galerie en atteignant la finale l'an dernier, n'a pas pour autant jeté l'éponge, mais convient qu'il faudra unmiracle afin d'atteindre les demi-finales.

«Ça va prendre beaucoup de chance, des qualifications parfaites avec les bons adversaires, et ne pas être pris derrière personne. Je peux dire qu'aujourd'hui (hier) j'ai beaucoup travaillé, et le frein à bras, je l'ai utilisé énormément.»

Les 12 meilleurs pilotes au classement seront retenus au terme des qualifications afin de participer à deux vagues de demi-finales qui auront lieu samedi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer