Yves Desfossés fidèle au poste depuis 45 ans

Yves Defossés aimerait continuer d'être bénévole au Grand... (Photo: Andréanne Lemire Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Defossés aimerait continuer d'être bénévole au Grand Prix de Trois-Rivières pour au moins 5 ans afin d'atteindre le chiffre magique de 50 ans d'implication

Photo: Andréanne Lemire Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurie Noreau
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Parmi les centaines de bénévoles qui s'activent autour du Grand Prix de Trois-Rivières, il n'y en a qu'un qui peut se vanter d'être impliqué depuis le tout début de l'événement il y a 46 ans. Yves Desfossés, fidèle au poste, fait partie de l'équipe de bénévoles depuis maintenant 45 ans, aussi bien dire depuis toujours.

Cela fait de lui le plus ancien bénévole sur place. S'il a pu passer ses 25 premières années d'implication à proximité du circuit, cela fait maintenant vingt ans qu'il accueille et dirige les visiteurs aux entrées du site. Il n'a donc assisté à aucune course depuis deux décennies. Pas une seule. Malgré tout, il persiste et signe: «Je suis le gars le plus heureux! Et l'ambiance est là», assure-t-il.

Le Trifluvien de 58 ans était très jeune lorsqu'il a inscrit son nom sur la liste de bénévoles pour la toute première fois. Tellement jeune qu'il n'atteignait pas tout à fait l'âge requis. «La première fois, j'avais 13 ans. Comme je n'avais pas l'âge, on m'a dit que si mes parents signaient, c'était correct. Ma mère a signé pour moi et j'ai eu la piqûre», raconte-t-il. Depuis, pas une seule année ne s'est écoulée sans qu'Yves Desfossés ne soit présent et offre de son temps.

Il a donc vu grossir l'événement au fil des années. Jamais l'envie ne lui a pris de laisser tomber le bénévolat pour se procurer des billets et assister au spectacle bien assis dans les gradins. «Ce jour-là, je vais démissionner, je vais tout arrêter», jure-t-il.

Pour l'instant donc, pas question de s'arrêter. «Cet événement-là, je l'attends année après année. Si la santé me le permet, j'aimerais continuer au moins cinq ans pour atteindre les 50 ans», espère-t-il.

Tous avaient de bons mots à dire sur le fidèle bénévole. Une agente de sécurité qui le côtoie depuis plus de 15 ans ne tarissait pas d'éloges à son égard: «C'est une merveille, vraiment. Il est toujours à l'heure, de bonne humeur», souligne-t-elle.

laurie.noreau@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer