L'oncle Jacques fidèle à lui-même!

Troisième de la catégorie Master (dixième au total)... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

Troisième de la catégorie Master (dixième au total) tôt samedi, Jacques Villeneuve (oncle) a fait la rencontre du mur de pneus après le virage de la porte Duplessis, dans la seconde manche disputée quelques heures plus tard

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Quand il prend la parole, les journalistes sont rarement déçus. Sur la piste par contre, l'oncle Jacques Villeneuve n'hésitait pas à parler d'un week-end à oublier en frais de performance au volant de sa monoplace en Formula Tour 1600.

Troisième de la catégorie Master (dixième au total) tôt samedi, l'une des têtes d'affiche de ce GP3R 2015 a fait la rencontre du mur de pneus après le virage de la porte Duplessis, dans la seconde manche disputée quelques heures plus tard. Il visait pourtant la victoire.

Selon ses explications, il a freiné trop tard en attaquant le coin numéro 2.

Il ne restait que quelques tours et Villeneuve se dirigeait vers un deuxième podium consécutif.

«C'est la première fois que j'ai des problèmes à cet endroit, racontait le vétéran de 61 ans. Je ne suis pas content de mon résultat, mais au moins, physiquement, je me sens bien.»

Le frère de Gilles a pris la peine de remercier le propriétaire de la série Marcel Lafontaine et Historia, qui lui ont permis de rouler à Montréal et Trois-Rivières cette année.

«Mais là, je suis rendu trop vieux! Ça me surprendrait qu'ils me réinvitent. D'après moi, ils voulaient me voir juste une fois. Maintenant, je retourne dans mon garage pour préparer ma saison en motoneige. Ça me fait chier, mais il faut continuer!»

Finale indésirable

La course de la 1600 a pris fin sur un drapeau jaune, justement à cause des problèmes de Villeneuve. Cette situation a été décriée par de nombreux observateurs et autant de pilotes.

Voir les monoplaces franchir la ligne d'arrivée derrière la voiture de sécurité, ce n'est pas l'idéal. Patrick Dussault, qui participait à son premier GP3R, ne digérait pas cette décision.

«Trois tours sur le jaune, c'est long. J'ai beaucoup de respect pour la famille Villeneuve, mais je ne comprends pas pourquoi la série a agi de la sorte.»

Dussault, 23 ans, avait gagné une manche du Grand Prix de Montréal en Formula Tour 1600. Septième dans la course numéro 1, des problèmes électriques l'ont contrait à finir 16e dans la deuxième.

Engagé à temps plein dans le Championnat britannique de Formule 1600, Dussault a pu comparer les deux championnats cet été.

«Je suis au deuxième rang en Angleterre présentement, ça va très bien. C'est un peu comme la LNH de la Formule Ford, des gars comme Jenson Button et Ayrton Senna sont passés par là. Pour ce qui est de Trois-Rivières, j'ai trouvé ça fantastique, même si j'aurais espéré un meilleur scénario.»

Gérald sur le podium

Gérald Dumoulin a remporté la mise dans la classe Master dans la deuxième course, bénéficiant de l'incident de Villeneuve pour monter sur la plus haute marche du podium. Son frère Richard a eu moins de chance et il n'a même pas pu effectuer le moindre tour en fin de semaine.

Sinon, on a eu droit à un duel digne de mention entre Michael Adams, 21 ans, et Jean-Philippe Jodoin, à peine 20 ans. Adams a eu le dessus les deux fois, mais leur bataille demeurera l'une des bonnes de cette 46e édition. Il faudra surveiller ces deux jeunes hommes dans les prochaines années.

Voyez notre galerie photo ici: http://www.lapresse.ca/photos/le-nouvelliste/201508/03/12-14264-le-grand-prix-de-trois-rivieres-en-images.php

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer