Courses palpitantes, jeune prometteur

Olivier Bédard a fait parler son talent ce... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

Olivier Bédard a fait parler son talent ce week-end en Coupe Micra, en inscrivant une victoire samedi et en ajoutant une deuxième position dimanche.

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Les membres des Amis du Grand Prix se frottaient les mains dimanche. Ils avaient raison d'être fiers.

Leur jeune boursier espoir de l'édition 2015, Olivier Bédard, a récolté non pas un, mais bien deux podiums en autant d'épreuves lors du baptême de feu de la Coupe Nissan Micra au GP3R.

L'adolescent de 17 ans originaire de Terrebonne a pris le deuxième rang, hier, environ 24 heures après avoir enregistré la victoire de la plus belle des façons.

«Oli, c'est l'avenir du sport automobile au Québec», soutenait, sourire aux lèvres, le promoteur trifluvien Jacques Deshaies.

«J'ai poussé très fort pour qu'il puisse combler son budget en vue de la saison. Selon moi, on vient de relancer la course automobile au Québec. On ouvre au moins une porte très abordable pour de nombreux pilotes et nous alignerons encore plus de voitures l'an prochain.»

Prometteur

Il fallait voir aller Bédard pour constater à quel point le jeune homme est prometteur. Samedi matin, il a doublé Stefan Rzadzinski dans les dernières secondes pour s'imposer de manière dramatique.

Sur une piste glissante en raison de la pluie, il a su trouver le bon moment pour attaquer et mériter sa deuxième victoire du championnat.

«Je savais que j'étais le plus rapide, mentionnait Bédard plus tard. J'ai profité d'une petite erreur de Stefan, mais ce fut l'une de mes fins de courses les plus difficiles à vie!»

Hier toutefois, Bédard a manqué de temps, la deuxième manche se limitant à huit petits tours, conséquence de nombreux accidents, dont certains assez spectaculaires.

Les Micras de Marc-Antoine Demers et Nicolas Touchette se sont retrouvées sur le côté à deux endroits différents, tandis que Marc-André Bergeron a également dû retraiter aux puits plus tôt que prévu, lui qui a frappé le mur sur le boulevard du Carmel. «Avoir eu un peu plus de temps, j'aurais sûrement gagné, a lancé Bédard. Dans ce championnat, on ne peut pas vraiment se sauver seul à l'avant car c'est très serré entre les voitures.»

L'Albertain Rzadzinski a ainsi pu prendre sa revanche. Le Thaïlandais Thanaroj Tanasitnitikate, surnommé Mister T, accompagnait les deux rivaux sur le podium.

Par contre, Rzadzinski a bien failli perdre cette victoire, puisqu'on a décelé un peu plus tard une «irrégularité technique» sur sa Micra. Bédard aurait donc gagné, mais l'Albertain a porté la cause en appel et on lui a donné raison.

Kevin King comblé

Derrière, le Trifluvien d'adoption Kevin King savourait une cinquième place pleinement méritée. Parti de la 19e position sur la grille avec des pneus usés, il a été en mesure de remonter la pente pour mériter son meilleur résultat en carrière au GP3R. La veille, un abandon avait gâché sa journée.

«Pour une équipe à petit budget, c'est super! On a connu de gros ennuis samedi, mais nous étions super rapides vendredi aux essais. Je vise le podium pour les deux dernières courses de la série», affirmait, confiant, celui qui travaille pour PSL Karting.

La «petite fleur» de Paul Dargis

Pas très loin de King, Paul Dargis, septième, parlait lui aussi d'un succès. Victime d'un bris de moteur dans le Championnat canadien de voiture de tourisme, le pilote de Trois-Rivières a pu se rendre justice en Coupe Micra.

«Je visais le top-10, l'objectif est atteint! Surtout qu'on partait de la 24e place. En CTCC, nous avons dû ajouter une pièce mécanique pour satisfaire aux exigences de la série, mais après six tours vendredi, le moteur a flanché. Alors dans les circonstances, cette septième place, c'est comme une petite fleur.»

Parmi les autres résultats, soulignons que l'ex-patineur artistique Elvis Stojko a terminé neuvième après avoir abandonné la veille. Valérie Chiasson a conclu tout juste devant lui. Elle était cinquième samedi.

«On peut vraiment parler d'une mission accomplie, disait avec une pointe de fierté Jacques Deshaies. Stojko renoue avec la course chez nous, Chiasson récolte le premier podium de l'histoire du Grand Prix de Montréal pour une femme et un des pilotes les plus prometteurs de la province roule avec nous. On peut se dire à l'an prochain!»

louis-simon.gauthier@lenouvelliste.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer